Quel meilleur endroit que celui-ci pour s’oxygéner les poumons et mélanger les pointures internationales aux révélations francophones en les accompagnant d’un soupçon de fresh homemade food ? Le tout en s’offrant un si grand cadre de verdure aux portes de Paris…

WE LOVE GREEN 2017 + Playlist à la fin de l’article

L’équipe fraîchement de retour du festival We Love Green, nous vous devions de partager un retour (après des tartines de Biafine) sur cette expérience unique et tant convoitée dans la capitale du Style. En effet, contrairement à sa localisation, le voyage proposé offre exotisme et programmation de haut vol en plein centre du bois de Vincennes, tout proche de ses quartiers bobos.

Programme plus qu’alléchant afin de ravir tous les goûts, il se doit d’être aussi désaltérant avec cette splendide météo offerte en pleine journée. Tout le confort est mis à disposition, ça sent le bois, la récup’, la peinture, la recycle et les réalisations artistiques offrant une belle démonstration de surcyclage. Le tout créant un cadre chaleureux sur ce festival qui a été propulsé en un temps record comme l’événement parisien devenu phare ou « the place to be ».

Alors on sort de notre si belle région province, (ndlr : terme péjoratif pour ses habitants) pour aller observer de plus près les valeurs citoyennes singulières, si alléchantes que le festival semble prodiguer sur son programme éco-responsable, du moins sur le papier. On l’aura vite oublié tant le menu est déjà consistant en musique et ne laisse guère d’appétit pour se sustenter avec d’autres douceurs philosophiques. Alors certes, c’est déjà bien d’être sensibilisé un minimum à la cause et ce même par des petites choses. Oui, tout se répète au quotidien et commence par l’alimentation, ici très soignée à grands renforts de bons produits locaux et pléthore de titres tous plus incongrus les uns que les autres. #freegan #detox #glutenfree #healthy #handmade #housemade, soit de bons titres pour de bonnes choses. Que de l’amour au final.

Doit-on vous rappeler que le magazine, sans chauvinisme acerbe, vient de la meilleure région en terme de bons produits du terroir (à prononcer en roulant les R) ? Pas besoin de parler des Chef Constant, Darroze & Saran.

Et d’autant plus maintenant que l’Occitanie oscille entre terre & mer en gagnant même les produits de la Méditerranée : rouille, tielle, moules & pulpitos à gogo ! Erratum : ça c’est chauvin.

D’autre part, difficile d’étancher notre soif concernant les boissons avec le peu de choix qu’offre le bar. Certes, il y a de la bière estampillée du célèbre logo à l’étoile rouge, de très bonnes limonades victimes de leur succès et parties trop tôt…et une pénurie en ce qui concerne le vin sorti de nos beaux vignobles.

Ou serait-ce Action Bronson lui même qui aurait réquisitionné la meilleure partie du stock en fin connaisseur ?

Ndlr : en tant qu’amateur de bons produits naturels (qui se mangent, se boivent, se f…..), ce n’est pas étonnant que Bambambaklavat fasse appel aux services du terroir français pour sortir sa première bouteille de Vin « A la natural ».

Alors on vous passe, les consignes sécuritaires assez peu gérées aux abords du site, avec 1h à piétiner dans une foule si dense pour un couloir étroit qui joue considérablement sur les nerfs à user notre patience dès l’arrivée et fait manquer le 1er groupe (désolé les 1re parties – ça vous donnera encore plus envie de percer pour vous placer en haut de l’affiche) et l’attente interminable pour se désaltérer avec des pintes de houblon bien loin de la mouvance locavore aux tarifs naturellement moins justifiés. Surtout quand on perd presque 30 min pour se faire servir, ça doit être ça qui joue.

Un peu moins dans un ancrage totalement citoyen on a tout de même pu constater de nombreuses incivilités (poubelles peu pratiques, nombreux détritus). Alors certes, on peut attendre la fin pour tout nettoyer mais il s’agit ici plus de pédagogie que de répression donc bon… (cf. le colibri de Pierre Rhabi)

Il suffit de montrer l’exemple pour que le message passe et s’applique.

« Bonjour les écolos ! » scanda DAMSO.

Alors même si on a du mal à comprendre la place de Deliveroo sur un festival pour la nourriture, il est vrai que leur offre de livraison semble encore plus écologique… à pied mais moins déontologique. #esclavagemoderne3.0

Plutôt peut-on rêver de se faire livrer même des boissons locales avec des barmans ambulants en pleine fosse pendant la poésie de Nicolas Jaar ?

Effectivement, malgré une forte volonté citoyenne de sensibiliser au développement durable, on retrouvera cet aspect davantage dans la nourriture servie ainsi que dans le défilé de coiffes de nos princesses amazones aux colliers de fleurs exhibant les tenues fashion estivales les plus à la mode.

Oui, ce fameux côté vestimentaire gagne un terme supplémentaire bohème/chic/rock/écolo à paillettes…

 

 

 

Contrairement aux retours précédents, qui ne sont que des détails et si cela semble peu crédible, je peux vous dire que l’expérience, d’un point de vue personnel, a été complètement positive. Le dépaysement est total et j’en ressors, petit provincial, complètement ressourcé à la capitale et convaincu par cette manifestation de haute voltige. C’est de la fraîcheur qui en ressort, qui commence par la nourriture, se poursuit avec des rencontres humaines et une musique de qualité. Comment rendre un festival si grand, avec autant de monde, à l’échelle humaine avec tous ses avantages ?
De plus les valeurs qu’il prône, par sa Charte Green sont les suivantes : prendre le temps, se relaxer, chiller, évacuer sur le dancefloor en arrivant à apprécier le fait de faire les choses en mode slow life (c’est de l’anglais). Prendre le temps, tout simplement, de vivre…

« …oui, c’est bon le Quinoa en fait ! » 🙂

« Rien à envier à Coachella… »

On vous passe les détails car la Playlist doit être représentative de ce qui a convaincu nos oreilles mais dans les grandes lignes :

  • Le show tellement surprenant et spectral de Flying Lotus, neveu de Coltrane, à grand renforts de visuels.
  • La prestation de Justice parfaite pour les nostalgiques avec cette merveilleuse ribambelle de classiques.
  • Le flow de Ta-ha en totale osmose avec la trap à tel point qu’elle nous envoie dans le cosmos.
  • La leçon d’amour d’Amadou & Mariam en cette belle journée dominicale.
  • La prestance scénique sans faille du Chef Action Bronson. Fuck, that’s enormous !
  • La soul tellement ennivrante d’Anderson Paak qui nous transforme en Sex machine.
  • La poésie plus profonde et envoutante de Jaar.
  • La belle combinaison électro, voix et visuel de Moderat.
  • Pour finir sur un son plus machinal du génie de Maceo Plex qui nous donne envie que cela ne s’arrête jamais.

WE LOVE MUSIC
WE LOVE ART
WE LOVE BEER
WE LOVE BAR
WE LOVE GREEN
WE LOVE YOU

 

On finit donc sur une sélection des 10 morceaux phares qui résonnent encore dans nos têtes avec des classiques et de belles découvertes par ordre d’affinité (décroissant) :

Propos recueillis par Nelson

Photos par Grégory Gué

PS : On en profite pour saluer notre sponsor sans qui on ne pourrait vous donner les meilleures ondes matinales.
Merci Yogi Tea d’embellir mon quotidien avec ses messages emplis d’amour car si peu en soit peut délivrer tant.

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire