On croyait que c’était terminé, que les surfeurs blonds avaient retrouvé un peu d’amour propre… Que nenni ! Pour la quatrième fois, la Bellevilloise parisienne ouvre ses portes et son âme (pourtant intègre) à cette invention étrange qu’est le Ukulélé. Pourquoi ? Pourquoi cet instrument pullule-t-il encore alors qu’on espérait l’épidémie de gastro musicale terminée à jamais ?

Pour vous, ITMM a mené l’enquête auprès des adeptes de « l’instrument », au risque d’y laisser oreilles, tympans et dignité. Il en est ressorti que le Ukuléliste se cache Festival-ukulele-boudoirderrière quatre arguments, pas toujours glorieux.

Argument 1 : Le ukulélé, c’est l’arme absolue de la drague

Ukuléliser du Tom Frager à une suédoise en bikini sur une plage de sable fin, ce serait l’assurance de passer une belle nuit et d’avoir un abonnement à vie aux meubles Ikéa… Oui, mais !  Si personne n’a jamais harponné une hollandaise avec une contrebasse sur la plage, c’est tout simplement que nul n’y a jamais pensé. Sur une contrebasse aussi il y a quatre cordes et un manche. En plus la contrebasse, peut éventuellement vous servir de parasol, ce que ne fera jamais le meilleur des ukulélé.

Argument 2 : Le ukulélé, ça ne prend pas de place

Certes, mais à ce moment-là, pourquoi ne pas jouer de la guimbarde ? C’est original la guimbarde, on la rentre dans sa poche, on ne change pas les cordes et on ne fait pas chier les voisins. En plus, vivre dans 9m² ça n’excuse pas tout. Monter un piano à queue au 6e sans ascenseur n’est peut-être pas une partie de plaisir ; mais jouer du Beethoven sur un Ukulélé me paraît ambitieux. Ce pauvre homme subit déjà les assauts répétés de Johnny, inutile qu’il se retourne davantage dans sa tombe.

Argument 3 : Le ukulélé, c’est à la mode.

Peut-être , mais K. Maro a lui aussi un jour été à la mode. Tout comme les chaussures qui clignotent, la coupe « mulet », la tecktonik et autres joyeusetés.  L’Histoire a déjà fait assez d’erreurs.

Argument 4 : De toute façon c’est ça ou le Djembé …

La peste ou le choléra en somme. Comme l’a dit un grand philosophe « le Djembé est à la musique, ce que le couteau est à la purée ». On pourrait ajouter que le Ukulélé est à la guitare ce que David Guetta est à Daft Punk : un ersatz, une tentative infructueuse, une contamination malencontreuse …

Arguement 5 : On peut faire de la bonne musique avec un ukulélé.

Oui, certains ont essayé …

D’autres en ont même fait un « concept », des concerts, et plusieurs centaines de milliers de vues sur youtube …

Alors pour toi qui prépare ton été, en travaillant (vainement) des abdos qui iront rôtir sur la plage ; je n’aurai qu’un conseil : les suédoises ont du goût pour la bonne musique.

Anto Tenac

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire