Au lendemain d’un dimanche caniculaire à la capitale nous sommes invités au concert d’un groupe venu du froid : les suédois de The Amplifetes. Concert qui tombait à pic pour rafraichir nos oreilles et l’ensemble de notre corps martyrisés par tant d’UV d’un coup.

 

Marklion la première partie digne d’une 5ème partie

MARKLION2

Lancement du concert à 20h dans une salle déjà presque remplie. Le temps de trouver une place devant et c’est une sorte de Jésus hybride qui débarque seul sur scène armé de son clavier et d’une MPC. Le premier morceau est digne d’un électro lounge de plutôt bonne facture, à la fois précis et planant. Pour la suite ça devient beaucoup plus sérieux. Le beat se fait de plus en plus fort et de plus en plus gras. Le concert finit par ressembler plus à un after de festival vers les 5 heures du mat. Marklion est en fait un faux calme qui fait monter petit à petit le public dans son trip électro aux sonorités métalliques capable de vous décoller 2 ou 3 neurones. On commence machinalement à bouger la tête dans tous les sens, à danser et même sauter au moment des transitions. On peut juste regretter un son beaucoup trop fort pour une première partie parce que merde à 20h en sortant du taf il faut un peu plus de 10 min pour rentrer dans un délire pareil !

 

Marklion : You and your dirty boots

 

The Amplifetes la pop sous psychotropes

The+Amplifetes+Picture+11

Le temps de se remettre doucement les tympans et de déménager la scène le concert commence. Arrivée plutôt timide, les musiciens s’installent chacun à leur place : 2 claviers, une batterie semi électronique et un micro. Pour la petite histoire hier soir c’était un peu la bataille de qui a la plus belle barbe qui s’est déroulé devant nos yeux les hipsters étant partout…

Pour ce qui est du concert ce fut une très bonne surprise. Les mélodies sont toutes plus entrainantes les unes que les autres. Que ce soit le côté pop très bien soutenu par la voix du chanteur (qui n’était cependant pas assez forte) ou les morceaux électro plus nombreux et plus agressifs, le groupe est à fond pour faire trembler le nouveau casino. Au fil des morceaux ils nous dévoilent un univers pop d’une rare brutalité. Les lignes de basses font trembler la salle, les synthés nous font sauter et nous enivrent tant et si bien qu’on se sent sous champis. Le concert n’aura de cesse de monter en pression sauf lors d’une pose pour un morceau uniquement instrumental mené par 3 claviers magnifiquement orchestrés. Puis un rappel de 3 morceaux plus rock et c’est déjà la fin.

On a passé un moment hors du temps sur une planète où la musique est capable de tout.

 

The Amplifetes : Blinded by the moonlight 

 

Et pour retrouver toute la programmation du Nouveau Casino c’est ICI

 

 

Thibaut Tayo.

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire