Pas de musique anglaise sans qu’une image forte ne lui soit associée. Que ce soit la mode, la photo ou le design graphique, les British ont une marque de fabrique forte. Retour sur le travail de Storm Thorgerson, qui a notamment travaillé sur les visuels des albums des Pink Floyds.

Photographe, graphiste et réalisateur, ce vieux bonhomme de 70 ans est reconnu comme une des références dans l’art de passer d’une bande son à une oeuvre visuelle. En 1968, il fonde avec Aubrey Powell la mythique agence de design Hipgnosis. Leurs travaux sur les pochettes de vinyles marquent les années 70 et 80 à travers un style qui mêle surréalisme et humour.

Les gars d’Hypnosis ont été les premiers à dire qu’il ne fallait pas mettre une photo du groupe sur le support (comme c’était souvent le cas dans les années 60) ; ils préféraient proposer une vision oblique, une image choc ou surréaliste, comme pour le visuel de Darkside of the Moon.

L’idée qui définit leur travail est que la musique est un art. Le public qui l’écoute doit s’immerger dedans et doit se faire son propre film.

« Je préfère une image qui interprète la musique plutôt qu’un simple portrait des musiciens. De toute manière je n’étais pas doué pour ce genre de trucs. Je ne crois non plus que des groupes comme Led Zeppelin, les Pink Floyd et Genesis n’avaient pas très envie de voir leurs têtes sur leurs albums. Je préfère un travail d’interprétation plutôt qu’un portrait de quatre gus sans intérêt ».  Storm Thorgerson.

Dans ses travaux on retrouve souvent des thématiques tournées autour d’ éléments comme le feu, l’eau, la terre et le sable. Mais ceux-ci semblent aspirés dans une autre dimension.

Gali

Voici un portfolio des œuvres majeures de Storm Thorgerson  :

A regarder avec un petit morceau des Floyd :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire