Si la force et la puissance d’un groupe sont proportionnelles à leurs prestations scéniques alors Sick Of It All fait parti du haut du gratin du panier!! Un groupe incroyable qui file des claques monumentales et orgasmiques à chacun de ses concerts.

Sick-Of-It-All3

 

Lors du dernier festival XTreme FesT organisé à Albi (81) par l’association Pollux et ses agités du bulbe, mes cages à miel ont connu l’orgasme du live devant le set énorme de Sick Of It All.

Troisième jour et dernier soir du festival à écouter d’un œil ou parfois des deux oreilles des groupes de Metal Punk Hardcore, mon corps de bénévole (au stand vin!) est à présent las et fatigué bien que toujours motivé.

Il est 22h et quelques cubis, je retourne nonchalamment vers mon poste après un repas fort copieux à la cantine des Polluxiens.  Je rêve de moments de calme et de pouvoir soigner les plaies béantes de mes esgourdes occasionnées par l’intrusion abusive de bruits et de cris de certains groupes dont je tairai le nom ici. Je suis au plus bas dans l’échelle de vitalité d’un festivalier et là je suis atteint, d’une manière fulgurante, d’un phénomène rare que je nomme « le syndrome du live »!!

Sur scène, devant mon corps ramolli, trois zicos surexcités et un guitariste monté sur ressort retournent le public avec un set bourré d’énergie Punk inondé par la violence d’un Metal rageur… Mais bordel c’est quoi!!!?

55

Mes yeux s’agitent, mes tympans sifflent de plaisir et là apparaît entre deux puissants jeux de lumière et en fond de scène, l’énorme blason mentionnant le nom du groupe! SICK OF IT ALL !!!

Leur musique énergique et sans concession illumine mes tympans comme un miracle dans cette soirée où mes yeux peinaient à rester éveillés. Des trépidations frénétiques m’envahissent et réveillent un corps tout ankylosé, bourré de toxines et de bières. Je ne suis plus fatigué, je sautille comme un jeun’s participant à son dépucelage de festival!

Sick Of It All enchaîne les titres comme d’autres enfileraient les verres de rouge. C’est dur, c’est rapide, ça prend aux tripes, ça retourne le falzar et ça rend complètement malade et addict.

Les minutes passent, le temps s’accélère et tout le monde en redemande. Le set se termine et le préposé aux lumières éclaire la salle bien trop tôt. On espère un peu et puis on comprend trop vite que c’est bien fini.

Je retourne, le pas vigoureux, à mon poste et j’apprends que j’ai loupé ma relève. Peu importe, je raconte mon concert comme on raconterait un exploit personnel. Des festivaliers reviennent vers le stand avec le gosier bien sec et aussi trempés que si ils avaient participé à un concours topless tee-shirt mouillé. Ils sont joyeux et aussi enthousiastes que moi.

J’ai vu Sick Of It All en concert!

Plus tard, j’apprendrai que leur réputation vient aussi de leur engagement politique qui les amène à dénoncer les injustices sociales et les difficultés de la vie quotidienne à New-York. Vu de chez nous cela fait un peu nombriliste comme lutte mais leur rage et leur générosité suffisent à porter ce groupe au pinacle.

Dans les prochains jours et sûrement cet été aussi, les gars du Queens feront de nombreux concerts en France. Ils seront accompagnés de Tagada Jones, punk breton teinté de métal, que tu ne dois pas confondre avec une sucrerie acidulée pour jeunes filles.

Le site à visiter pour connaitre les dates et les lieux de ravage à venir!!!

Je ne peux que vous encourager à goûter à l’un de leurs concerts si vous aimez l’énergie dévastatrice et si vos oreilles ne sont point fragiles!

Par OLiVier

 

 

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire