RokiaTraoré

C’est à l’occasion d’un concert au Bikini pour l’ouverture de la deuxième édition du festival Pink Paradize que je découvre Rokia Traoré et ses musiciens.

Sur la scène, elle prend rapidement le relais du Kanazoe Orkestra, curieuse fusion balafonique toulousaine, en quête de reconnaissance et en charge de dérouler le tapie rouge pour Rokia Traoré. Mission accomplie et longue vie au balafon (parent malien du xylophone).

Rokia arrive donc pieds nus et crâne rasé, « c’est comme ça que je me sens libre » nous dit-elle.

La salle est pleine, un public conquis acclame celle que l’on apparente volontiers à Billie Hollyday. L’analogie est flatteuse et méritée pour celle qui chante en français et en bambara, les deux langues les plus couramment parlées au Mali.

Rokia nous distille un magnifique blues mandingue, métissé et mélancolique.

Le résultat de la voix additionnée au soutien orchestral couplé à la ferveur du public, est dingue. On se croirait à Bamako (de ses propres aveux).

Rokia prône le respect des peuples. La paix règne parmi nous, même si la réalité nous rattrape quand elle interprète Né So, titre tiré de son dernier album du même nom sorti en 2015.

 

Rokia chante et enchante le peuple, un peuple fier, un peuple fort qui peut être méchant quand il a la haine et qui n’accepte pas qu’on lui marche sur les pieds !!

Sans rire, Rokia Traore est une artiste engagée qui nous rappelle qu’il faut continuer de rêver à l’unification des peuples et aider son prochain. Hakuna Matata.

En conclusion, la session 2016 du Pink Paradize commence sous les meilleurs auspices.

Un grand merci à Rokia Traoré pour avoir délayé nos hanches et nos esprits.

A découvrir cette semaine entres autres Mr Oizo, Elisa Do Brasil et DJ Krush pour de la musique d’ordinateur et bien plus encore.

Rokia Présidente.

OoB.

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire