Lerocherdepalmer.fr

Lerocherdepalmer.fr

Popa Chubby, Le bluesman new yorkais s’est déplacé à Castres, au Bolegason. Une Session musicale impeccable. Un son impeccable. Une performance impeccable.
Bref, ce mec est un habitué de la scène, et les amateurs de blues y ont trouvé leur bonheur.

 

Vendredi 20 Mars 2015.

Armé de 10 balles en poche, je décolle au concert avec la ferme intention de ne pas rater un morceau.
Arrivé sur place avec 20 minutes de retard, je décide quand même de faire la queue à la buvette. Sait-on jamais, je n’encourrai pas le risque d’une pénurie.

Ainsi débute mon expérience « Popa Chubesque ». Le son qui se dégage de la salle de concert est… Rock’n’Roll ! Encourageant quand on sait que la moyenne d’âge du public est assez élevée. Le risque était de passer une soirée assis par terre à contempler l’une des idoles de la génération flower power. Mais les hippies ont fait du chemin, et certains se sont même secoués l’arrière-train. Bon, j’exagère un peu, de nombreux jeunes étaient également présents. La salle était comble… à ce moment-là je sais que je vais passer une bonne soirée.

Popa Chubby c’est un musicien abonné au live, il ne prend pas vraiment le temps de souffler. En effet le monsieur a déjà réalisé une trentaine d’albums depuis 1991.
Son style de jeu est très influencé par Jimi Hendrix (qu’il reprend à merveille avec, par exemple : Red House, Little Wing), le punk, et, accrochez-vous, le hip hop !
Rien de bien étrange pour un New-Yorkais en fait.

Copyright Thomas Dalmasso

Copyright Thomas Dalmasso

Côté live, c’est simple, ça déboîte. Le son est énorme, et les musiciens qui accompagnent Chubby sur scène sont largement à la hauteur. L’organiste est tout simplement excellent et lorsqu’il se met à chanter, la salle se tait. Une vraie leçon de blues. Il y a les groupes qui jouent une heure pour contenter la foule… Puis il y a les groupes qui jouent pour l’amour de la musique. La formation qui a fait le show ce soir-là fait définitivement partie de la seconde catégorie ! Un vrai bonheur. En effet le concert débute à 20h30. Il finit à 00h00, soit 3h30 de show !! Personne n’est sur sa faim, et nombreux sont ceux qui regrettent leur pause clope entre deux morceaux. La qualité de lead guitarist de Popa Chubby est incontestable : ce mec est un génie ! Il peut très bien chanter un blues avec des notes hip-hop tout en enchaînant sur un bon morceau punk sans que cela ne lui pose aucun problème. Bref, un régal.

J’ai ouï dire que certaines de ses performances pouvaient être décevantes … Eh bien pour le coup, ce n’était pas pour ce soir.

Côté négatif, comme toute personnalité qui se respecte, le Popa prévient plusieurs fois les ingénieurs du son qu’il devra arrêter le concert s’il n’a pas plus de retours. Certains verront cela comme un caprice. Je peux le comprendre. Mais l’attitude du guitariste reste cependant très correcte. Il fait même rire le public avec quelque boutades bien salaces (après tout « pop a chubby » est une expression d’argot américain qui signifie avoir une érection).

Popa Chubby – Little Wing Nürnberg Hirsch 04.10.2010

Ainsi s’enchaînent les morceaux. Entre deux « motherfuckers, are you alright ?! » les musiciens s’autorisent des improvisations dignes des plus grands.
Les solos de guitare composent la grande majorité de la performance proposée. Si vous n’aimez pas la guitare… Fuyez !! Sinon… Enjoy, cette soirée est faite pour vous.

L’apothéose du show, c’est le rappel. Dans les trois quarts des concerts les musiciens s’autorisent un rappel sans que le public ne l’ait demandé. Là, toute la foule en veut, même les quinquagénaires atteints d’une sévère hernie-discale sautent partout ! S’ensuit une performance acapela, accompagnée d’applaudissement rythmés savamment menés par le maître de cérémonie. Vient alors le medley final qui regroupe des titres cultes, une reprise de la musique du film Le Parrain, Mannish boy… Un petit condensé de bonheur, malgré la « kitschitude » du moment, toute la foule se laisse entraîner.

Non, vraiment, je vous le dis, vous l’assure, Popa Chubby en live ça vaut son pesant de cacahuètes. Amateurs de blues… Foncez !

 

Par Vincent

 

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire