JA021

C’est certainement une des révélations de l’année et l’équipe d’ITMM n’allait pas rater ça ! Jeanne Added était au Connexion Live la semaine dernière dans le cadre de la 4ème édition du festival « FUCK LES MAYAS… On est encore là », accompagnée pour l’occasion de Norma.

Quand Pierre, notre photographe bel homme, me donne rendez-vous à 20h pour un concert à 21h, je me dis qu’il a une idée derrière la tête… Il est vrai que quelques bières avant un concert n’ont jamais tué personne. Malheureusement pour moi, cet horaire précoce n’est en aucun cas relatif à un goût commun pour le houblon fermenté mais en rapport à la foule compacte qui, à l’heure dite, attend déjà devant le bar/salle de concert.

De fait, l’affiche de ce soir a attiré, et la queue devant le bar est assez impressionnante. Après une bonne vingtaine de minutes à poireauter, nous voilà enfin à l’intérieur où Norma, originaire du coin mais maintenant à Paris (quel dommage !) vient d’entamer son set.

Le son est agréable, aérien, indéniablement inspiré de ce rock-folk des années 60 qui nous rappelle Inside Llewyn Davis, mais remixé au goût du jour à coups de guitares puissantes et de synthé oscillant entre orgue et basse. Au fil des quelques morceaux que mademoiselle jouera ce soir, on sent l’influence certaine de The Do, ce qui n’est pas une surprise puisque Norma vient justement de terminer un bout de tournée avec le combo Franco-finlandais (comme une certaine Jeanne Added l’avait fait quelques années auparavant, tiens, tiens…).

Le set se termine rapidement mais avec une certitude, la jeune femme sur scène fera parler d’elle, et très vite !

Après un petit moment d’attente, la salle a eu le temps de se remplir d’un public que l’on n’a pas tellement l’habitude de croiser en concert. Jeunes et moins jeunes ont investi le Connexion, et il n’est pas rare de croiser des ados accompagnés de leurs parents, même si on se demande lesquels ont attirés lesquels (smiley clin d’œil).

Le concert commence enfin avec un peu de retard (des problèmes techniques à priori), et Jeanne Added entre sur scène. L’ambiance est sombre, comme la salle, et les morceaux s’enchaînent en laissant une impression étrange.

Je m’explique, les ambitions electro-pop de l’artiste sont intéressantes et les titres, pris un par un, sont tous de très bon niveau, on a pourtant du mal à rentrer dans le concert, et ce pour deux raisons : la première, c’est que le set, d’une intensité capricieuse, nous fait monter avant de redescendre, les titres les plus dansants étant invariablement suivis de ballades pop éthérées. Entendez-moi bien, je n’ai rien à redire sur la qualité des titres présentés, juste sur la mise en place du set qui se retrouve du coup un peu difficile à appréhender.

JA009

La deuxième raison tient en l’arrangement de ces titres en concert par rapport à l’album. Je ne suis pas un afficionado de Jeanne certes, mais j’ai beaucoup apprécié Be sensational, son premier album, et il me tardait de voir ce que ça allait donner en concert, notamment Look at them, A war is coming et Lydia. Et franchement, il manquait quelque chose ou plutôt, on en attendait vraiment plus.

Je ne crois pas être le seul à ne pas avoir vu une grande différence entre album et performance live. La faute à un premier album déjà de très bonne facture ou à une performance un peu trop académique? Je ne sais pas.

Pour autant, je me fais ici l’avocat du diable car comme je le répète encore une fois, les titres sont vraiment bons (dont les très dansants Back to summer et It), la voix de Jeanne aussi, et la performance des musiciens également, et je n’hésiterai franchement pas à aller la revoir. Mais quand elle aura un album de plus au compteur, et donc, un peu plus de possibilités pour un set mieux maîtrisé.

C’est donc sur ce sentiment assez mitigé que nous quittons le concert après une toute petite heure, rappel compris (ce qui est quand même un peu juste), mais avec l’envie d’en voir plus, et très bientôt.

Parce que le talent est là, c’est indéniable, et que finalement, c’est ça qui compte.

JA037

Photos par Pierre, Article par M.


Laisser un commentaire