10922686_10153669386185200_7981107499759254475_n

Suite à l’attaque subie par le journal satirique Charlie Hebdo, la rédaction d’ITMM tenait à réagir. Nous ne sommes certainement pas assez « importants » pour que nos voix portent autant que celles de grands quotidiens, mais peu importe. Nous apportons tout notre soutien et nos condoléances aux familles des victimes

Les dessinateurs Cabu, Charb, Wolinski, Tignous,  l’économiste Bernard Maris, deux policiers, des journalistes… tous ont été abattus froidement dans l’exercice de leurs fonctions. Non pas par l’islam, non pas par une religion quelconque, mais par la haine, la barbarie et le fanatisme.

Peu importe de savoir pourquoi, ou par qui. Quand ce sont les valeurs de la république dans laquelle nous vivons qui sont attaquées, l’important, c’est la réaction que l’on aura. Doit-on sombrer dans la peur ? Doit-on céder à la paranoïa ? Peut-on se permettre de tomber dans ces amalgames tellement faciles ?

Non, il ne faut pas, on ne peut pas se le permettre. On peut se sentir trahi, on peut se sentir dégouté, on peut se sentir profondément choqué, mais on ne peut se sentir indifférent.

Plus qu’à la liberté de la presse, c’est à un droit encore plus profond que l’on a voulu attenter aujourd’hui : celui de pouvoir s’exprimer librement. Ne vous y trompez pas, ce ne sont pas seulement  ces douze personnes que l’on a  martyrisées, mais nous tous.

Quand on assassine ceux qui représentent cette liberté d’expression, il est de notre devoir de citoyen de réagir, de crier sa rage, de s’investir pour que de telles ignominies ne puissent se reproduire.

A titre personnel, il m’est extrêmement difficile de supporter ce qui s’est passé aujourd’hui. J’ai toujours pensé, à tort ou à raison, qu’il était essentiel de pouvoir rire de tout, que l’on se devait de tourner au ridicule tout extrémisme. Et Charlie Hebdo m’a aidé en cela. Comme d’autres. Car ces gens-là, ces fous furieux sans aucune limite, me faisaient croire que tout était possible, et je les en remercie, du fond du cœur.

Qu’attendre alors, pour le futur ?

Doit-on se résigner à un durcissement des mentalités, à une vague de haine islamophobe, une victoire de Le Pen en 2017 ? Oh, on pourrait, certainement. On pourrait se laisser aller à notre petite haine mesquine, mais ce serait aller à l’encontre de tout ce que prônait l’hebdo depuis si longtemps.

Pour ma part, j’espère, de tout cœur, que ce carnage se retournera contre ses instigateurs. Qu’il permettra aux mentalités de se réveiller, de casser le communautarisme nauséabond qui s’installe peu à peu, de montrer où l’extrémisme mène, c’est-à-dire à descendre sans pitié des mecs en train de faire leur taf.

Nous avons le devoir de nous unir, ensemble, contre tous ceux qui menacent nos valeurs, contre ces fascistes des consciences qui voudraient nous voir adopter leurs petites pensées étriquées de détenteurs de « vérités ».

Contre tous les tarés qui veulent nous priver du droit le plus fondamental qui est de pouvoir ouvrir sa gueule quand on n’est pas d’accord.

Emmerdons profondément tous les connards de la haine.

Pour Charlie.

Pour nous.

La rédac

 

 

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire