On l’avait découverte il y a quelques mois en première partie de Jeanne Added au Connexion. Un concert court, devant un public qui n’était pas venu pour elle mais qui nous avait convaincu qu’on entendrait parler de la demoiselle dans un futur proche. Une prédiction qui se réalise aujourd’hui puisque Norma sera au Week-end des Curiosités ce samedi au Bikini. L’occasion de discuter un peu avec cette musicienne avant le concert qui approche.

Elle a la voix douce et un débit rapide qui font penser à une petite fille, presque amusée de cette discussion quasiment impromptue avec un inconnu. Pour autant Norma se livre sans problème, sur son parcours et sur sa musique, une passion qui remonte à très loin.

« J’ai grandi dans une famille de musiciens et de passionnés de musiques. J’ai commencé le piano très tôt puis j’ai commencé à toucher à tous les instruments disponibles à la maison, principalement guitare et basse… »

C’est dans cet environnement que Norma va grandir, bercée a la fois par les Beatles et la musique américaine: blues folk et country. Une dualité d’influences qui va construire sa musique entre mélodies pop et songwriting à l’américaine. Sans oublier ses propres références, Kate Bush, Fiona Apple ou encore PJ Harvey. Un univers musical auquel Norma va rajouter des sonorités et une énergie typiquement rock.

Si elle à grandi à Toulouse, c’est au retour d’un voyage à Londres que Norma entame une grosse période de composition pour créer les chansons que l’on connait aujourd’hui. Désormais installée à Paris, la jeune auteure – compositrice – interprète a entamé ce printemps une tournée de concerts pour aller défendre sa musique sur les scènes de différents festivals.

A commencer par les « Inouïs du Printemps de Bourges » au mois d’avril, passage obligé des jeunes musiciens qui montent.

« J’étais stressée de jouer à Bourges, même si j’étais honorée d’être invitée a jouer dans un festival avec autant de visibilité. Au final tout c’est bien passé et j’étais vraiment contente de mon concert. »

Une prestation qui lui a d’ailleurs valu des éloges de la part des Inrocks et de Libé, excusez du peu. Pourtant Norma avoue volontiers que la scène n’est pas exactement son milieu naturel.

« Au départ je prenais surtout du plaisir à composer, j’étais plus une musicienne de studio que de live, mais la scène a été une vrai découverte pour moi, être en contact direct avec les gens, découvrir le public qui aime mes chansons c’est quelque chose que j’apprécie beaucoup désormais. »

Un plaisir qu’elle va partager samedi avec le public toulousain des Curiosités du Bikini. Forcément un moment fort pour Norma.

« C’est forcément très excitant de revenir jouer à Toulouse, c’est chez moi. Comme  pour n’importe quel artiste toulousain c’est émouvant pour moi de jouer au Bikini, c’est un endroit tellement important à Toulouse. »

Un concert aux Curiosités auquel succéderont de nombreux autres tout au long de l’été, notamment à « We love Green » ou elle partagera l’affiche avec son idole PJ Harvey. En attendant la rentrée et la sortie de « Girl in the city », le premier single d’un EP de cinq titres à paraître en septembre.

Un EP qu’on a vraiment envie d’écouter et d’ici là si vous êtes du côté de Ramonville ce week-end, faites comme nous allez jeter un oeil au concert de Norma ça risque vraiment de valoir le détour.

Par Pierre. 


Laisser un commentaire