Comme chaque année depuis maintenant trois ans, ITMM sera présent pour une nouvelle édition de Marsatac (à Marseille, évidemment). Comme chaque année on vous offrira un débrief qui comme chaque année vous expliquera à quel point on aura passé un week-end tout bonnement génial, mémorable et indescriptible pour quiconque ne s’est jamais rendu sur place car comme chaque année c’est un moment d’exception auquel nous aurons eu droit. C’est à la friche de la Belle de Mai, lieu atypique, culturel et se prêtant parfaitement à un festival de cet acabit qu’auront encore une fois lieu des festivités proposant pour cette édition et comme toujours une programmation en tous points parfaite, cohérente, excitante et assez inédite.

Si vous voulez savoir où se trouvera l’équipe d’ITMM suivez le guide (guide susceptible de très vite évoluer suivant les errances de chacun des membres de sa rédaction au sein du festival).

Nous tenons à préciser qu’en vous proposant notre sélection parmi la programmation proposée par Marsatac nous ne donnons que des pistes et les avis exprimés ci-après n’engagent que ceux qui les formulent (il fallait que ça soit dit).

– Vendredi 23 Septembre –

Quoi de mieux, après un trajet Toulouse-Marseille que d’être accueillis à 21h30 par Odezenne, groupe que l’on commence à connaitre par coeur au sein de la rédac tout en les aimant à chaque fois un peu plus ? Leur hip-hop aux sonorités multiples mêlant musiques électroniques, symphoniques, jazz,  flows puissants, graves souvent, poétiques toujours a fait de nombreux adeptes et créé une véritable communauté de fans tous devenus plus intransigeants en terme de hip-hop depuis leur découverte du collectif. Ces derniers ont tout simplement élevé le niveau de la musique française dans son ensemble, n’en déplaise aux plus gros vendeurs de disques et artistes survendus par les médias (artistes que nous ne citerons pas ici, de toute évidence).

Après cette mise en bouche attendue c’est avec un crew « local » que nous aurons rendez-vous à savoir Chinese Man qui pour ce live sera accompagné par Tumi et Youthstar. Le show proposé devrait satisfaire un maximum de personnes tant il semble répondre à une demande de hip-hop avec la présence de Tumi, véritable Mc s’il en est. La dernière fois que l’on a pu assister à un show de Chinese Man il nous avait paru quelque peu trop…reggae et c’est la déception qui avait dominée. Gageons que ce nouveau show saura nous satisfaire, tous les éléments semblant être réunis pour que cela soit le cas.

On reste autour de la scène de la Cartonnerie pour un troisième live mettant cette fois-ci en scène deux poids lourds du hip-hop, Ghostface Killah et Raekwon, membres fondateurs de ce que l’on peut considérer comme le plus grand groupe de rap de tous les temps, le Wu-Tang Clan. Un véritable retour en arrière là aussi avec ce duo que notre équipe (par encore sous la bannière ITMM à l’époque) avait eu la chance de voir à Montpellier il y a plus de dix ans, dans une toute petite salle. Ils ont vieilli, nous aussi, croisons les doigts pour qu’on soit toujours au même niveau, tous autant que l’on est.

Il sera dès lors temps de quitter la Cartonnerie pour aller découvrir les deux autres scènes à commencer par le Cabaret pour entendre Ocean Wisdom et son impressionnant débit sur fond de grosses basses bien électroniques. Une forme de grime toujours exceptionnelle à voir en live que nous offrira également la grande, l’immense, la violente Lady Leshurr à peu près à la même heure au Club. A partir de 2h la ville de Marseille résonnera au son d’un grime bien gras et c’est exactement ce que chacun aura envie d’entendre à ce moment de la soirée/nuit. On a hâte de découvrir en direct les performances de ces relativement petits nouveaux et quelque chose nous dit qu’on ne saurait être déçus.

Pour qui aime le grime couplé à un bon gros UK garage et à de la house c’est Flava D qu’il faudra aller découvrir en live. Le show devrait être à la hauteur, alternant gros sons et nappes plus deep sans jamais discontinuer. Dans la continuité de Lady Leshurr, on ne saurait en demander moins, ou plus d’ailleurs.

Un gros samedi nous attend dans le cadre du festival mais il faudra pourtant profiter de ce vendredi jusqu’au bout et la programmation ne nous laisse de toutes façons pas le choix. On termine donc en beauté ce premier soir de joyeusetés avec Dj Fly et Dj Netik qui proposeront ce que l’on pourrait qualifier de transition avec leurs sons oscillant entre hip-hop, electro, trap, dubstep et même dnb. Un show à quatre mains qui ne devrait pas donner envie de rentrer à grand monde. A peu près à la même heure sur la scène du Cabaret se produira Alo Wala, combo proposant un son entre le rap et la tropical bass. Une belle manière là aussi de finir une soirée qui se sera passée à la perfection.

– Samedi 24 Septembre –

Après une « nuit » de repos qui devrait davantage ressembler à une longue sieste il sera temps de retrouver des forces pour un samedi très électronique, bien techno comme Marsatac sait nous en proposer.

Une soirée qui commencera avec les locaux de DRMC Soundsystem qui viendront évidemment accompagnés de leur platine pour un live à six mains très house, héritier des soirées rave dont la France manque cruellement. Une excellente manière d’entamer une soirée qui prendra pour chacun des allures de marathon.

Dans un autre style mais également de bon ton pour bien débuter la session qui vous attend vous devrez de toute évidence rester aux abords de la scène de la Cartonnerie pour assister à la performance de Thylacine. Après Fakear il y a deux ans et Superpoze l’année dernière, Marsatac propose le troisième membre d’un triumvirat français à l’electronica puissante, planante et dépassant les limites de la simple musique électronique. Une véritable symphonie, orchestrée par un seul homme et qui devrait définitivement lancer votre nuit.

A partir de 23h vous faites absolument tout ce que vous voulez mais s’il y a bien une performance que de notre côté on ne loupera pour rien au monde, c’est celle de MSTRKRFT (Masterkraft pour ceux qui l’ignoreraient). Les canadiens sont en France pour une fois et cela fait simplement dix ans que, personnellement j’attendais un tel moment. Après s’être faits connaitre pour des remixes bien sentis de Bloc Party ou Justice et avoir fait danser la Terre entière avec Easy Love, ils sont de retour avec un tout nouvel album qu’il sera jouissif de découvrir en live. De la vraie musique électronique, de quoi danser, suer, faire trembler les murs. La seule véritable réserve que l’on puisse avoir concerne le fait que cette performance ne durera qu’une petite heure.

On peut cependant « pardonner » la courte durée du live de MSTRKRFT si elle sert à mettre en place le show de Richie Hawtin qui s’annonce tout bonnement grandiose. C’est à 0h30 que le canadien (après MSTRKRFT ça commencerait presque à faire beaucoup…) sortira sa minimale internationalement reconnue comme l’une des meilleures pour un spectacle inédit en France qui devrait être l’un des grands moments du festival. On n’en sait pas beaucoup plus mais si le son est aussi bon que d’habitude et la scénographie à la hauteur on ne peut qu’être impatients.

Après la potentielle claque infligée par Richie Hawtin direction Le Club pour s’envoler toujours un peu plus haut avec le duo de Mind Against. Une techno symphonique et des basses denses pour un résultat qui, dans la salle du Club, devrait donner chaud à tout le monde.

Il sera, à ce moment de la nuit, presque temps de se dire au revoir, d’envoyer un dernier bisou à la Friche de la Belle de Mai qui nous aura fait vivre des moments intenses mais avant cela c’est en beauté, dans un feu d’artifice de techno germanique prodigué par deux des plus grands dj dans leur catégorie que l’on finira ce week-end. Chris Liebing sur la scène du Club à partir de 3h et Marcel Dettmann sur celle de la Cartonnerie à 4h. Que dire de ces deux monstres sacrés qui ne l’ait pas déjà été ? Pas grand chose si ce n’est que leurs présences conjuguées en un seul endroit ne peut être prise que comme un véritable cadeau, une manière parfaite de nous inviter à revenir l’année prochaine, en septembre, à Marseille.

Car on peut en être sûrs et certains, cette édition de Marsatac ne sera pas la dernière.

Pour toutes les infos concernant Marsatac vous pouvez cliquer juste .


Laisser un commentaire