Cela ne servirait pas à grand chose de vous présenter Vald, ovni du rap français; En effet, ce jeune rappeur de 24 ans, originaire d’Aulnay-sous-Bois (93), également connu sous le pseudonyme de Sullyvan ou encore Sully pour les intimes s’est fait remarquer par son style très décalé. Sur la forme, rien de plus normal, Valentin Le Du a ce style classique mais sur le fond c’est toute autre chose. Le rappeur a un style bien particulier, qui fait toute la différence, c’est pourquoi nous avions hâte de voir ce qu’un live du Boogeyman pouvait donner et nous ne sommes pas déçus.

Nous aurions bien écrit que le show a doucement commencé grâce à la première partie, Biffty & Dj Weedim mais ce serait vous mentir. En effet, si vous connaissez de près ou de loin l’équipe du Patapouf Gang qui a accompagné le rappeur sur toute sa tournée, vous vous doutez donc bien que cette soirée a violemment commencé. On en avait vaguement entendu parler de ce gang et de son univers décalé à base de « boze » et de « souye game ». Et bien, ils ont parfaitement su nous illustrer ce dernier, quelque peu désarmant, par le biais de leurs chansons.

Mais venons-en aux faits : il est 21h40 et les choses sérieuses commencent. Le speech annonçant le début des festivités vient d’être lancé sur les écrans qui encadrent la scène. Nous n’attendons plus qu’une chose : voir Vald apparaître sur scène. Dj Weedim lance la musique de Infanticide, un des classiques du rappeur. Suikon Blaz AD fait son entrée sur scène. La foule se prépare et voilà le moment tant attendu : Vald débarque sur scène (couvert de beaux suçons dans le cou, ce qui m’a doucement fait sourire) et nous pouvons donc assister à une foule qui se déchaîne.

VALD / AGARTHA TOUR

« Comment faire du rap sans être dissident ? » 

Le show ayant à peine commencé, V.A.L.D annonce la couleur en levant fièrement non pas un poing en l’air mais bel et bien un doigt d’honneur tout en s’exclamant, le sourire aux lèvres « fuck le capitalisme ».

Le show reprend, la pression monte alors au fur et à mesure, la foule comme hypnotisée suit le rappeur des yeux et chante à pleins poumons les paroles de Promesse.

Nous avons ensuite droit à Lezarman, qui, à mes yeux, illustre au mieux l’esprit complètement décalé et les inspirations de V.A. Nous avons ici eu droit à un coulissement du public dirigé par le MC. Qu’est-ce que j’entends par « coulissement » ? Il s’agit de lever le bras et de le faire basculer de la gauche vers la droite dès que nous entendons ce drôle de refrain, sans doute inspiré des dessins animés des années 90, retentir.

Et là, changement d’ambiance : les premières notes de Ma meilleure amie retentissent (non il n’est pas question de la chanson de Lorie ; il y a bel et bien une chanson intitulée ainsi sur Agartha). Le public se chauffe de plus en plus sur un refrain qu’il a pu apprendre grâce au clip tourné façon karaoké, ce qui justifie le fait que cette chanson soit en playback lors du show.

VALD / AGARTHA TOUR

Bon, à travers ses textes, clips et nombreuses interviews, nous savions déjà que le rappeur avait énormément de mal à ne pas être second degré. C’est donc pour cela que nous avons pu entendre Vald demander à un de ses fans de littéralement fermer sa gueule alors que celui-ci s’était exclamé à plusieurs reprises durant la transition qu’il souhaitait entendre Megadose. Mais bien évidemment, cela ne suffisait pas. Vald a alors demandé à son public de l’accompagner et nous avons pu entendre Le Bikini entier crier haut et fort ces doux mots : « ferme ta gueule » pour ensuite être récompensé par un beau « merci le sang » de ce cher Sullyvan.

22h18 : Une fois le public bien lancé suite à cette douce pause, l’équipe a donc décidé d’enchaîner avec la culte Bonjour mais il aurait été dommage de juste la rapper face à son public, n’est-ce pas ? C’est pourquoi, il était temps de commencer à turn-up Le Bikini bien comme il faut. Sous les conseils du Sully, le public se prépare donc à réaliser le premier pogo du show. L’audience est à bloc.

On reste sur cette lancée pour chercher à casser l’ennui (vous avez capté la référence ?) et on enchaîne donc sur Envie. Et quoi de mieux que de voir les frères Biffty et Julius (accompagné de ses béquilles) et Dj Weedim rejoindre Suikon et Vald sur le devant de la scène afin de faire jumper au mieux le public ?

SUIKON BLAZ AD / AGARTHA TOUR

Le public sort alors les lighters. A croire que le Boogeyman aime jouer aux montagnes russes, puisqu’il décide alors de faire redescendre la pression avec Je t’aime qui est, on ne va pas se mentir, la chanson la plus douce d’Agartha.

Tout ça, pour faire une transition sur une chanson qui est le total opposé de Je t’aime. Une chanson accompagnée de ses trois clips, qui a contribué à la fulgurante montée de Vald. Une chanson figurant sur NQNT 2. Comme le titre de cet album, on pourrait d’ailleurs se dire que les transitions de ce show n’ont ni queue ni tête. Vous l’aurez deviné, la chanson dont je vous parle est Selfie.

*Il semblerait que la vidéo de Toulouse ait été supprimée. Il va donc falloir se contenter d’une vidéo de leur passage à Bordeaux (et oui), pour vous donner un avant-goût de ce show du feu de Dieu.

Mais c’est en voyant les membres du Patapouf Gang faire leur apparition sur scène, 2Cheese  accompagné de sa caméra sur le fond de la scène et les premières notes de Eurotrap que j’ai pu comprendre ce que V.A.L.D  avait dans la tête. Ces transitions plus douces paraissent justifiées lorsque nous réalisons qu’elles préparaient le public à la dernière chanson du set et au beau (excusez-moi du terme) bordel que celle-ci allait engendrer.

En effet, en voyant le public donner tout ce qu’il avait pour exclamer à pleins poumons l’interjection hébraïque « Mazel Tov ! » j’ai compris que la pression était remontée d’un coup et avait atteint son apogée en quelques secondes : le moment du second et ultime pogo était arrivé. Que demander de mieux pour clôturer un show ?

VALD / AGARTHA TOUR

Report et images d’Alexia.

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire