Nous sommes allés à la rencontre de L’Or du Commun, le trio explosif que forment  Loxley, Swing et Primero et qui incarne le renouveau du rap belge. Si vous ne les connaissez pas encore, cela ne saurait tarder car c’est bien l’un des groupes les plus prometteurs du hip-hop belge francophone. À l’occasion de leur passage sur la scène toulousaine du Metronum nous leur avons posés quelques questions. Retour sur cette rencontre.

ITMM : Présentez-vous en quelques mots.

Nous nous appelons donc L’Or du Commun, on est un groupe de hip-hop fondé au printemps 2012 à Bruxelles. Le groupe est composé de 3 membres : Primero, Loxley et Swing. Nous avons également Dj Junior Goodfellaz qui nous accompagne sur scène.

ITMM : Votre groupe existe depuis 2012, comment expliquez-vous une telle ascension en si peu de temps ?

Loxley : Il y a pleins de facteurs : le facteur chance, le fait d’être au bon endroit au bon moment, de faire la bonne chose au bon moment et puis y’a aussi d’office le travail et la passion du truc qui poussent à la persévérance.

Primero : On a très vite rencontré des collaborateurs essentiels pour pouvoir avancer dans un milieu comme le nôtre. Si on fait du rap ; il nous faut un ingé son performant, il nous faut un bookeur… Il nous faut une panoplie de personnes avec qui collaborer pour avancer vite et on a trouvé ces personnes très rapidement. On est également arrivés à une période qui était super intéressante pour le rap belge, donc c’est clair que dans ce sens-là il y a une part de chance. Après il y a également beaucoup de travail parce qu’on a passé beaucoup de temps pour écrire les morceaux, pour les enregistrer, pour les travailler et pour les monter sur scène donc c’est l’alliance des deux.

« Le travail et la passion poussent à la persévérance. »

ODC ©Alexia Abakar

ITMM : Comment vivez-vous ce gain de notoriété ?

Swing : Pour l’instant c’est très facile à vivre car on n’est pas encore à un stade où les côtés négatifs de la notoriété sont vraiment présents tu vois ? Là c’est quelque chose de quasi positif en fait. Les points négatifs s’il faut en trouver on peut en trouver, mais pour le moment y’a vraiment pas à se plaindre parce qu’on a fait notre petit bout de chemin. Le fait d’être en groupe aussi ça facilite parce que les gens remarquent moins l’individualité tu vois et donc par rapport à ça le nom L’Or du Commun est plus connu que nos visages et donc ça facilite et ça éloigne tous les côtés négatifs.

Primero : On peut encore se promener en festival sans mal le vivre.

Loxley : C’est aussi que ça a été sur un long terme tu vois, ente 2012 et 2017 ça a été progressif c’est pas comme si on avait connu un succès soudain et incontrôlable. On a toujours eu le temps de s’habituer aux choses et au final on le vit de façon assez normale.

ITMM : Avant Zeppelin il y avait un quatrième membre, pourquoi a-t-il quitté l’aventure ? 

Loxley : C’est le cousin de Swing en fait. Il avait formé un groupe qui s’appelle Le 77, qui existe toujours d’ailleurs et avec qui il est assez productif. Je crois qu’il avait moins envie de travailler avec nous et puis c’était un moment où nous on avait envie de se reconstruire et de trouver une autre direction artistique qui lui a moins parlé. Donc ça marchait plus trop, mais ça s’est passé assez naturellement.

Primero : Il y a aucune tension entre nous, c’est juste la façon de voir la musique qui était différente autant au niveau de l’ambition qu’au niveau de la pure création et c’était plus compatible.

ITMM : Primero, dans le morceau « L’Or du Commun » tu donnes la signification du nom de votre groupe. Pourquoi avoir voulu y dédier un morceau ?

Primero : C’était pas prémédité, y’a juste eu un jour où j’ai écrit comme un jour lambda quoi et j’ai eu envie d’en parler. J’ai mis les mots que j’avais dessus. Ce texte il me plaisait, je l’ai trouvé symbolique et à la période où il est sorti c’était sur le projet L’Odyssée, on trouvait qu’il avait une place intéressante dedans et qu’il n’y avait pas forcément besoin de trois autres couplets pour en dire plus. On voulait pas en faire une carte d’identité du groupe.

Loxley : Mais au final c’est un texte qui a été écrit il y a super longtemps, à l’époque du premier projet.

«  L’Or Du Commun n’a pas de prix » 

ITMM : Comment expliquez vous le fait que les rappeurs belges ont l’air plus unis que les rappeurs français ? 

Primero : Jusqu’à récemment je pense qu’il y avait moins ce climat de compétition et ce truc où il faut vraiment se battre pour sortir du lot en Belgique qu’en France.

Swing : Disons que quand on est un petit pays frontalier avec un grand pays, il y a vraiment un esprit d’outsider tu vois. Du fait qu’on cultive pas cet esprit compétitif et du coup quand il y a eu beaucoup de visibilité qui est arrivée, tout le monde était juste content et donc finalement ça a presque plus poussé les gens à faire des choses entre eux que l’inverse.

Primero : Et en quelques dates on est tous très vite amenés à se rencontrer. On s’est tous déjà vu une fois, on a parlé et en plus de ça le pays a deux langues tu vois donc on se sent encore moins en compétition quoi.

Loxley : Mais je crois que de façon générale c’est un esprit qui est très belge aussi tu vois. Les gens en Belgique ont tendance à être moins hargneux ou à montrer les dents qu’ailleurs peut-être. Tout le monde est content dans le milieu, de pouvoir échanger, mais je crois que ça change en France aussi avec les mecs comme Fianso. J’ai l’impression que sur les Planète Rap aujourd’hui tu vois beaucoup plus les rappeurs ensemble en France que ça existait y’a 5 ans. Y’a moins de compétition aussi, tout le monde s’accorde à collaborer.

ITMM : On différencie quand même facilement certains groupes. D’un coté t’as le crew Bigflo et Oli, t’as tout le crew Nekfeu et après t’as le crew Fianso…

Loxley : Mais après je pense que tout le monde se respecte, ils se connaissent tous, mais ils vont peut-être un peu moins travailleé ensemble parce que c’est peut-être aussi des artistes qui ont de grosses signatures, qui ont de grosses carrières donc forcément ils sont obligés de bosser un peu pour leur écurie tu vois, mais au final j’ai l’impression qu’il y a quand même de plus en plus d’échange en France.

ODC ©Alexia Abakar

ITMM : Vous vous démarquez de part votre identité visuelle. D’où vous vient l’inspiration ?

Primero : L’inspiration elle vient de nous, mais aussi d’un membre dont on doit parler qui est Romain Habousha qui travaille avec LaBrique qui est notre label maintenant. Il a aussi Exonatif, sa petite structure sur le côté qui sur Zeppelin a été responsable de toute l’identité visuelle du groupe autant la pochette que les clips etc… On a réfléchi avec lui et je crois que c’est quelqu’un qui a beaucoup d’idées, qui croit en ses idées et quand on met l’énergie qu’il faut et le travail qu’il faut ça donne ce résultat là.

ITMM : Loxley, tu réalises également des clips, notamment pour Roméo Elvis. Que fais-tu d’autres ? 

Loxley : J’ai une émission pour Tarmac, qui est un média de la RTBF (la télévision nationale avancée). C’est une WebTV qu’on a commencé en Juin. On m’a tout d’abord proposé de créer un programme et je suis pas journaliste de formation ; le défi a donc été de trouver quelque chose qui me correspondait, car c’est assez étrange au final d’interviewer des gens quand tu es toi-même artiste. Je me suis laissé le temps pour y penser et au final la façon dont l’émission se passe c’est que : Je suis Loxley. Je reste moi-même et je suis une sorte de passeur pour le public plutôt qu’un journaliste. Les émissions sont disponibles sur YouTube tu verras, avec plein d’invités déjà. C’est des émissions documentaires, chaque fois c’est un focus sur un artiste belge.

ITMM : Et vous, Primero et Swing que faites-vous en dehors de l’ODC ?

Primero : Swing est avec Roméo Elvis sur ses dates. Il fait le soutien scénique, le backing et moi sur le côté je suis une formation dans l’hôtellerie à côté du rap mais avec l’évolution que ça prend maintenant je pense qu’on va doucement devoir se concentrer sur L’Or du Commun parce que ça demande de plus en plus de temps.

ITMM : Swing, tu as sorti le clip de « Cercle » qui annonce ton projet Marabout. Peux-tu nous le présenter ? 

Swing : Ouais en effet ! Alors, j’ai un projet solo qui va sortir le 19 Janvier et il s’appelle Marabout. Il y a 10 titres et on a sorti le premier clip aujourd’hui qui s’appelle « Cercle », c’est une prod de Mataya. C’est un clip de Exonatif et voilà j’espère que ça va plaire aux gens…

ITMM : Pour les gens qui vous découvrent, lequel de vos titre conseilleriez-vous ? 

Loxley : Je crois que ce serait « 1000 », au niveau du texte c’est le meilleur.

Primero : Parce que dans un sens il est pas dans le nouveau-nouveau L’Or du Commun, il a quand même encore une patte de ce qu’on faisait à l’époque et il a quand même plus de rap. Étant donné que sur Zeppelin il y a quand même des morceaux où il y a du chant qui prédomine parfois beaucoup, ce qui est assez nouveau. En plus dans la façon dont on a écrit et tout je trouve que c’est assez fidèle à nous même et puis il y a quand même cette part de chant qui appartient depuis le début à Swing.

Swing : Pour la thématique et le titre aussi. Le fait que ce soit un son sur Bruxelles. C’est difficile à dire, mais je trouve ça étonnant qu’on soit tous les trois d’accord.

ITMM : Votre style en 3 mots ? 

Swing : Positif.

Primero : Recherché.

Loxley : Vivant.

ITMM : Votre groupe en 3 mots ?

Loxley : Complexe.

Swing : Opposé.

Primero : Diplomate.

Swing : Non, le troisième faut qu’il soit positif.

Loxley : J’allais dire « Amour » justement.

Swing : Le groupe est complexe, mais nous trois on est opposés. Autant physiquement que mentalement, mais t’façon moi je trouve ça chouette qu’on soit tous les trois aussi différents, c’est un peu ce qui fait la force.

Primero : On peut dire « Fraternité ».

ITMM : Zeppelin en 3 mots ? 

Loxley : Organique. J’ai les trois si vous voulez : Organique, Chaleureux et Positif.

Primero : On peut dire « Thématique » aussi.

ODC ©Alexia Abakar

ITMM : Vous avez surfé sur la vague Old New School avec l’EP Origine et cette influence nineties est toujours présente aujourd’hui. Quels groupes de l’époque vous ont marqués ? 

Swing : Disons qu’au tout début du groupe il y avait une influence américaine tu vois, des choses comme A Tribe Called Quest, Lords of the Underground etc… et en français j’ai beaucoup écouté Les Sages Poètes, de la scène toulousaine KDD.

Primero : Je me sens moins concerné par la question parce que j’écoutais pas beaucoup de rap au moment où j’en ai fait.

Loxley : Moi j’ai beaucoup écouté Ideal J, Les Sages Poètes, KDD.

ITMM : Dans Zeppelin on a des sonorités 808 …

Loxley : 808 ? Sur Zeppelin ? Beh il y en a pas vraiment c’est marrant.

Swing : Il y en a quelques-unes mais elles sont voulues par le compositeur Vax1.

Primero : On les sent plus sur les dernières prods qu’il nous a fait écouter que sur Zeppelin, mais il y en a je pense, même sur « Apollo ».

Loxley : C’est peut-être inconscient du fait qu’on les remarque pas, mais c’est pas étonnant que ça nous parle parce que c’est de la musique qui nous a influencé. Ça vient de cette époque là c’est sûr, il y a un lien.

ITMM : On peut dire de par ces influences que vous êtes les 1995 ou 5 Majeur belges ?

Primero : Les gens aiment toujours bien trouver des équivalents… Après c’est flatteur.

ITMM : Dans le sens où ils étaient les premiers à ramener ça sur le devant de la scène française et que vous êtes les premiers à apporter ça sur le devant de la scène belge à nos yeux.

Swing : Non mais disons qu’à l’époque tout le monde rappait comme ça, c’est juste que nous on a continué où d’autres se sont arrêtés, mais en soit on était pas du tout les premiers de Bruxelles à écouter des sons à l’ancienne et à rapper de manière Old School.

Loxley : Sur la sonorité oui, il y avait sans doute quelque chose, mais je pense qu’on avait l’air de rien des sonorités qui étaient plus à l’ancienne sur certains morceaux que 1995 qui étaient peut-être un peu plus, surtout avec leur premier album Paris Sud Minute, tourné vers la pop. Je pense que ce qu’on faisait avant Zeppelin était parfois vraiment crade, tu vois, il y avait vraiment un côté underground et puis surtout on était pas dans le même esprit. Il y avait tellement de thématiques dans nos morceaux, on parlait de personnages qu’on inventait, on créait des histoires et tout. Je crois que c’est un truc qui était très particulier. Donc oui, peut-être que dans les influences on avait des points communs.

Primero : Après ce qu’il y a aussi c’est que quand on a commencé à rapper on avait pas forcément un beatmaker à disposition, donc on rappait sur des Face B de morceaux aussi à l’ancienne. Je crois qu’il y a aussi certains morceaux qu’on a sorti sur des Face B comme « Lotus Bleu », comme « Tarte aux Frites », comme d’autres qui nous ont vite mis une étiquette Old School comme si on refaisait cette sauce alors qu’on a juste réutilisé une prod d’un morceau qui était de cette époque. Ça a aussi influencé dans ce sens-là…

Swing : Dans le flow il y a quand même quelque chose.

Loxley : Oui, il y a des similitudes c’est sûr, mais après je pense pas qu’on puisse dire que c’était des influences parce qu’on avait les mêmes influences, mais par contre ils ont donné de la foi, tu vois ? C’est l’époque où ça marchait pour eux, nous on avait envie de faire la même chose et on voyait bien qu’en France il y avait un public pour ça et ça nous a encouragé clairement tu vois.

Primero : A ce niveau là oui.

ITMM : Pour Zeppelin, avez-vous voulu vous identifier au mouvement cloud rap ? 

Primero : On avait envie de faire un projet qui avait vraiment un corps et qui était plus abouti que les projets précédents et on trouvait l’idée que d’avoir un seul beatmaker pour le faire c’était déjà une bonne chose et après on savait qu’on était un peu entre ces influences à l’ancienne qu’on aimait et les influences modernes qu’on avait aussi et qu’on avait trouvé un hybride et Vax1 c’était le gars par excellence pour faire ça. c’est vraiment ce qu’on ressent dans ses prods c’est un entre-deux et une couleur super singulière.

Swing : Je trouve pas ça si cloudy …

Loxley : Franchement pour moi il y a aucun cloud rap, peut-être sur « Étranger » et à la limite « Cordes Métalliques » on voit un côté un peu cloud mais c’est pas du cloud rap.

Primero : Le Motel, qui est en notre présence, est peut-être un peu plus parfois  dans le cloud rap.

Le Motel : Non. Pour moi en fait c’est un style qui existe pas vraiment, c’est les gens qui mélangent de la musique électronique avec du hip-hop et dans la sonorité on a inventé ce mot.

Junior : Pour moi cloud rap c’est plus PNL, où même les voix sont dans des nappes et tout.

Loxley : Même Cyborg de Nekfeu ça peut être dedans aussi, les prods, les compos je trouve qu’il y a ce côté… Pour moi à mon avis cloud rap ça vient de mecs comme Drake ou je sais pas, si je me trompe. Donc en fait non, en un mot la réponse c’est : non. (rire)

ODC ©Alexia Abakar

ITMM : Est-ce qu’au final, vous ne suivez pas un peu les pas du Rap US East Coast ? Avec premièrement un feeling Wu-Tang, puis repris par du A$AP Mob penché Rocky. 

Swing : C’est exactement ce que Primero a raconté, il y a eu cette rencontre avec Vax1 et à partir de là on a vraiment fait de la musique en faisant un partage tu vois et c’est ses influences et nos influences et ça a donné Zeppelin. Mais du coup c’est pas quelque chose de réfléchi c’est vraiment ce mix qui a donné ça tu vois, après avec du recul je sais pas vraiment si on peut faire l’analogie avec ASAP Rocky. Lui il peut le faire tu vois, mais nous ça nous sert à rien de réfléchir à ça. Nous dire « ah ouais peut-être qu’on pourrait faire le même chemin que… » c’est pas comme ça que ça marche, c’est comme tout dans la vie, c’est de l’instinct et des rencontres tu vois.

Primero : D’office notre parcours va à mort ressembler au parcours de l’un ou de l’autre.

Swing : Il y a eu un changement brutal mais c’est sûr qu’après quand tu passes de Wu Tang à ASAP c’est un changement brutal, donc oui si c’est juste pour exprimer le fait qu’il y a un changement brutal.

Primero : Ca sert de bon exemple.

Swing : Ca peut être intéressant de parler du fait qu’il y ait une grande différence entre les EP et Zeppelin mais c’est comme je t’ai dit, la rencontre avec Vax1, c’est le temps aussi, c’est une période de nos vies durant laquelle on a beaucoup grandi, beaucoup cogité et il y a eu quand même deux ans entre les derniers et Zeppelin. Il y a eu aussi le départ du quatrième membre, c’est toutes ces choses qui font que voilà Zeppelin est très différent des deux autres.

Texte et clichés par Alexia. 


Laisser un commentaire