La nuit dernière se tenait la 56e cérémonie des Grammy Awards et une fois de plus, elle fut mémorable.

daft

Avec comme toujours son lot de stars sur le tapis rouge, la grande remise de prix a célébré différents événements. On a ainsi pu assister aux mariages en direct de 34 couples hétérosexuels et homosexuels, sous l’égide d’une Madonna sur canne.

Le duo entre Beyoncé et Jay-Z, et le 18e Grammy de ce dernier pour « Holy Grail” en Best Rap/Song Collaboration avec Justin Timberlake, serait presque éclipsé par les deux autres événements majeurs de la soirée.

En effet, on a pu assister hier soir à l’interprétation de « Queenie Eye” par Sir Paul McCartney et Ringo Starr, les deux derniers survivants du Fab Four de Liverpool ! D’ailleurs McCartney repartira avec deux Grammy : un pour “Live Kisses” dans la catégorie Best Music Film et l’autre pour “Cut Me Some Slack” (avec entre autre Dave Grohl) en Best Rock Song que je ne saurais que vous recommander d’écouter et voir !

L’autre événement de la soirée, c’est bien sur les 4 Grammy Awards raflés par Daft Punk. Avec “Get Lucky” remportant la catégorie Record of the Year et Best Pop Dup/Group Performance, et “Random Access Memories” pour l’Album of the Year et Best Dance/Electronica Album, on peut dire qu’ils ne sont pas repartis les mains vides. À noter que les ingénieurs ayant participé à l’album des Daft ont également été récompensés avec le Grammy du Best Engineered Album (Non-Classical). Enfin on a pu retrouver le duo français sur scène pour un mash-up de “Get Lucky” avec des morceaux de Nile Rodgers et Stevie Wonder, présents pour l’occasion, ainsi que Pharrell Williams. Rien à dire, mythique !

Je profite d’ailleurs de l’occasion pour pousser un petit coup de gueule personnel vis-à-vis du succès des français. J’ai entendu beaucoup de critiques négatives faciles concernant cet album. Alors oui, les Daft ne nous ont pas refait un Homework ou un Discovery. Ils sont revenus sur les sons qui les font kiffer. Au lieu de sampler des vieilles chansons comme ils en avaient l’habitude, ils ont créés leurs propres références. Certes, l’album a des faiblesses, mais il possède aussi de très bons morceaux. Peut-on reprocher à des artistes de vouloir faire évoluer leur musique après plus de 15 ans de carrière internationale ? Et dire qu’on n’aime pas un morceau comme “Get Lucky” parce qu’on l’a trop entendu et qu’il a trop fait le buzz, c’est comme dire qu’on n’aime plus un artiste parce qu’il vend des disques, c’est triste… Alors peut-être que la meilleure réponse à tout ça c’est de faire comme les deux robots hier soir, ne rien dire et juste continuer à jouer !

Bref, sur ces mots, je vous laisse le plaisir de découvrir cette prestation d’anthologie. Pour découvrir le palmarès complet des 82 Grammy Awards de la soirée, c’est par ici que ça ce passe, et s’il-vous-plait, la prochaine fois, dégagez Yoko Ono !

Par PEL


Laisser un commentaire