Après être retourné boire quelques bières premier prix sous le signe du Svink, il est l’heure de se rendre à nouveau dans l’antre du Connexion pour assister au live. Début 21h donc… Nous voilà accoudés au bar (on ne change pas une équipe qui gagne, enfin qui boit, enfin vous m’avez compris) en attendant l’arrivée du groupe…

svink1

23h, une rumeur se propage dans la salle déjà bien remplie du Connexion : avec un «léger retard» auquel ils ne sont pas étrangers, Gérard Baste, XanaX, Dr Vince et Wax montent sur scène. Le public est chaud bouillant, leur retard personne ne leur en tiendra rigueur . Et pour cause, dès l’entame, le Svink envoie sec. De leurs premiers titres à des exclus en passant par des covers totalement improbables, Gérard Baste et ses compères font vite oublier leur sens particulier de la ponctualité. Déjà durant l’interview ils avaient donné le ton en plaçant ce concert sous le signe du regroupement de potes : Svinkels est un nom qui appartient plutôt au passé, dernier album en 2008, des projets solos, de nouvelles collaborations… D’entré, le Svink donne l’impression de jouer à domicile. Une aisance toute particulière qu’on avait déjà pu ressentir pendant notre entretien : une sympathique discussion autour de la musique avant d’entamer l’apéro en quelque sorte.

 

Côté public, c’est éclectique : des punks à chien sympathiques discutent avec des teufeurs, des gars de la street qui prennent une bière avec des néo-babos. C’est ça aussi la force des quatre acolytes : ils font une musique que personne ne veut classer mais que beaucoup aiment écouter. Comme ils nous l’avaient dit avant le concert ils ont longtemps refusé l’étiquette de rap alternatif qu’on leur collait mais au final c’est elle qui fait leur charme et leur originalité. Un rap un peu crado à base de bière et d’étrons sur lequel pogottent toutes les franges de la société torse-poil. Dire que l’on a rarement vu le Connexion dans cet état ce n’est même pas exagérer : les canapés qui bordent la salle et qui sont d’habitude les objets de toutes les convoitises restent vides toute la soirée, seulement utilisés comme refuge pour ceux qui ne savaient pas à quoi s’attendre en allant voir les Svinkels.

imgres

Au sein de la masse, un joyeux drille brandit fièrement son mélange pastis/cristalline, le public est bouillant, et pour cause, ces messieurs mouillent le maillot sur scène histoire de lui donner le meilleur. Autour de la table de Dr Vince, au cas ou le carburant venait à manquer les cadavres côtoient les rouges encore à moitié pleins. On se croirait plus à la buvette du coin que sur un DJ set d’une qualité rare. On le dit précurseur du Mashup et nous avons pu l’expérimenter ce soir, Dr Vince est capable non seulement de mixer tout ce qui bouge, mais également de passer du coq à l’âne sans que cela paraisse étrange. Au top du nawak il nous a même fait danser sur la danse des canards grâce à un remix reggae.

 

Xanax propose quelques exclusivités de son album à venir, « un petit moment émotion » comme le charrie Gérard Baste. Pour autant, on sent que le rappeur en a sous le coude : une introspection aussi fine que juste posée sur une instru tout à fait adéquate de Dr Vince, le tout magnifié par le flow hors pair de XanaX. De son côté Wax assure ses parties guitares et on comprend pourquoi le Svink l’a pris sous son aile : lui et Vince fonctionnent à merveille et il ajoute cette touche «live» qui ravit les plus rockers d’entre les fans.

14GerardBaste_une

Ce joyeux bordel se termine en siège de la scène, le public n’ayant pu se contenir plus longtemps. Mais Les 4 acolytes semblaient n’attendre que ça. Le concert se finit donc en énorme pogo-beuverie-jam-set improbable pour le plus grand bonheur de tous, sauf peut-être des employés du Connexion qui ont bien dû s’amuser à « ramasser » vomi, cadavres-de-bouteilles-en-plastoc-ayant-contenues-on-ne-sait-quelle-mixture et mégots. C’était la bière premier prix, c’était l’éclectisme bourrin, c’était un vomi dans la file d’attente, c’était les Svinkels au Connexion.

 

Par Léo

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire