Ce jeudi 13 novembre, Le Peuple de l’Herbe retrouve le Bikini avec plaisir. Les membres du groupe sont très certainement décidés à en découdre avec cette réputation de mauvais performeurs live qui leur colle à la peau. Il faut dire que les divers retours que l’on peut entendre concernant leurs concerts ne sont pas toujours très flatteurs. Ajoutés à cela, les commentaires publiés sur les réseaux sociaux par les fans de Guts laissent présager une vague de départ suite à la première partie.

next level

 

Pourtant, il faut reconnaître que le 7ème album du groupe, Next Level, n’est pas en reste niveau énergie. Comme toujours, le crew lyonnais y injecte divers styles musicaux : dub, hip-hop, rap, funk, mais aussi cajun et musique orientale. Cet album-là bénéficie d’un son plus électrique, plus rock grâce à la présence de Varou Jan, le guitariste du groupe hardcore Condense. Les deux premiers tracks, « Won’t no make the different » et « Soya Green », annoncent la couleur. Le dub que l’on retrouve dans « Mogador » et « Rude Bwoy » cède quant à lui sa place à un son plus dancefloor, comme sur les excellents « Le Boom » et « Tell the Dj ».

 

© NB.

 

Ces titres-là sont faits pour être joués en live et le groupe n’y manque pas. Le public, effectivement pas très fourni ce soir-là, a face à lui 6 mecs plein d’ardeur qui donnent envie de bouger. Un regret cela dit : l’absence de l’entêtant titre « Mon étoile rouge », magnifique ôde amoureuse rappée par Marc Nammour de La Canaille, à la gloire d’une féministe. En effet, ce qui fait aussi l’identité du Peuple de l’Herbe, c’est ses refrains engagés voir militants comme l’hymne écologiste « Soya Green » ou le révolutionnaire « Class War » assénant en boucle « Back to the Barricade ! ». En plus de ces petites pépites issues du dernier album, le groupe rejoue quelques uns de ses vieux succès : « No escape », « History Goes » et « PH Theme ».

 

 

En conclusion, si Le Peuple de l’Herbe n’est pas une réserve de show-men, le groupe se défend très bien sur ce live, notamment grâce à la présence du charismatique MC londonien JC-001 qui module sa voix de façon hallucinante et nous fait des démo de beat-box bluffantes. Aussi, l’absence du trompettiste N’Zeng, qui a quitté le groupe en 2013, ne se fait pas sentir grâce à la présence d’un tout nouveau et fringuant tromboniste qui apporte sur cette touche de cuivre dont seul Le Peuple de l’Herbe a le secret !

 

JC-001, l'as du beat-box.  © NB.

JC-001, l’as du beat-box.

Le Peuple de l’Herbe en tournée dans toute la France.
L’album en écoute sur deezer.

Par Noémie.

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire