Par Léo

ITMM a vu Le Magasin des Suicides, en salles depuis le 26 septembre et en est sorti avec le sourire aux oreilles… On raconte !

Synopsis : « Imaginez une ville où les gens n’ont plus goût à rien, au point que la boutique la plus florissante est celle où on vend poisons et cordes pour se pendre. Mais la patronne vient d’accoucher d’un enfant qui est la joie de vivre incarnée. Au magasin des suicides, le ver est dans le fruit… »

A voir ! Adapté du Roman de Jean Teulé sorti en 2007, la sortie au cinéma du Magasin des Suicides est une véritable surprise et aussi une attente pour ceux qui ont eu l’opportunité de le lire. Patrice Leconte s’en est bien sorti car il a choisi d’en modifier le dénouement au profit d’une « fin quasiment kitsch d’optimisme, qui en devient presque ironique », contrairement au livre qui se terminait mal. Le pari est réussi et s’accorde bien au roman jusqu’à la note finale.

Le Magasin des Suicides est un dessin animé pour adultes qui ne laisse pas indifférent grâce à son dynamisme et son sujet sur fond de crise mettant au premier plan l’instinct suicidaire avec le monde gris, morose et cruel dans lequel les personnages évoluent ! Le paysage urbain et sans âme nous rappelle quelque peu la capitale des jours pluvieux, où le moral s’enfuit dans nos baskets. Le thème pourrait être limite à traiter par les temps qui courent mais il se transforme rapidement en une succession de sourires et de rires. Parce qu’en soi, Le Magasin des Suicides consiste en quoi ? C’est LA dernière boutique que l’on foule dans sa vie. Elle regorge de formules et d’accessoires pour en finir, de la corde au poison en passant par le fusil à pompe, tout y est pour franchir la barrière ! Triste !

Et pour autant, un événement va tout chambouler dans la pérennité de l’affaire familiale ! La naissance du troisième enfant de la famille Tuvache, Alan, va les conduire à bien des surprises !

Glauque ? La dépression et les envies suicidaires sont traitées avec finesse et légèreté. Même les plus dépressifs ne peuvent rester indifférents à l’adaptation de Patrice Leconte.

Comédie musicale ? Les 9 chansons du dessin animé, composées par Etienne Perruchon, le présentent en quelque sorte comme une comédie musicale mais non moins déplaisante. Cela lui permet de garder un rythme tout du long et de s’amuser des scènes chantées rendant les personnages risibles à souhait. Et qui n’a jamais vu un dessin animé sans thème musical ? D’ailleurs ce dernier reste en tête à la sortie de la séance et nous pousse à murmurer le refrain dans le métro sans en prendre conscience.

Choquant ? « Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs » (Allociné). Effectivement, on évite d’y emmener les enfants. Déjà le sujet traité n’est pas des plus glamour et pourrait être mal interprété. Mais sorti de là, on s’esclaffe de la vulgarité et de la mise en scène des suicides, toujours décalés, par les dialogues qui précèdent ou suivent l’acte final pour n’en retenir que le meilleur.

Je me retire à présent car cette création est à voir par soi-même. En espérant qu’il vous plaise autant qu’à moi, je vous souhaite un bon film !

Bande annonce :

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire