Que vous soyez salarié, étudiant, lycéen, chef d’entreprise, pigiste, intermittent ou même en recherche d’emploi, il va bien arriver un moment où l’été va s’arrêter pour vous, vous forçant, la mort dans l’âme, à reprendre ce que vous faisiez avant de glander sur la plage à la montagne ou encore devant les Jeux Olympiques (car oui, ces seules trois solutions sont recevables). Le compte à rebours est lancé et les plus chanceux d’entre vous retrouveront ce fameux « rythme de travail » bien plus tôt qu’ils ne sont pour l’instant en mesure de le réaliser.

Alors quelles sont les solutions qui s’offrent à vous en attendant l’inéluctable instant où votre réveil sonnera avant 11h du matin ?

Rester prostré en position foetale dans un coin de votre appartement en pleurnichant  » Non, je veux pas y aller, je suis malade » ? Se créer un calendrier de l’avent relevant davantage du masochisme que de la logique pure ? Ranger toutes ses petites affaires, bien se préparer et se la jouer clean et straight edge jusqu’à la rentrée comme le dernier des fayots ? Se foutre en l’air comme Patrick Dewaere ?

Non, la solution est simple, elle est devant vous depuis le début et ne vous demandera pas beaucoup d’efforts : Profitez du temps qu’il vous reste, faites tout un tas de trucs et arrêtez de déprimer. Vous direz que c’est facile à dire et on vous répondra que c’est même facile à faire.

Suivez le guide et soyez attentifs. Vous pouvez même prendre des notes.

( la première partie, fort bien achalandée, se trouve juste là )

 

Ce que vous pouvez aller voir au Cinéma

Certes nous sommes au mois d’août, il fait beau, le plus souvent et c’est là l’occasion de s’adonner à des activités extérieures qu’il sera impossible de réaliser au mois de Novembre, par exemple. Oui bon, ça va, on sait très bien que sortis des lacs, des piscines et des cuites en extérieur vous n’avez pas non plus totalement diversifié votre quotidien juste parce que des rayons de soleil ont daigné se montrer depuis quelques mois, ne nous prenez pas pour des cons. D’autant plus que lorsqu’il fait plus de 30 degrés et que vous n’avez aucun point d’eau à proximité la clim est une sacrée alliée. Et vous savez où on trouve de la clim à environ 5 euros de l’heure ? Dans les salles de ciné (oui, elle était facile celle-là). L’été c’est la saison des bons vieux blockbusters ayant pour seul but le divertissement pur, souvent au détriment d’un vrai travail d’écriture ou d’une créativité artistique quelconque. Le pire c’est que des gros films qui dégueulent de fric on en a à peu près tous vu et qu’on continue à la faire, sans aucune honte pour la plupart d’entre nous. Cette année 2016 n’échappe pas à la règle et c’est donc de bons gros futurs succès commerciaux que l’on va parler dans cette rubrique.

Commençons par le film qui a subi le plus gros bashing de ces dernières années, un comble dans le pays qui a enfanté Les Visiteurs 3, Les Bronzés 3 ou encore Les Trois Frères 2. Des films qui eux non plus n’ont connu ni succès public ni critique mais qui au moins méritaient ce qui leur est tombé dessus à l’époque. Ce film, digne héritier dans la haine de Batman v Superman (une autre adaptation DC Comics) est bien évidemment Suicide Squad. Ayant eu la chance de le voir la veille de sa sortie officielle c’est avec un esprit « pur » et ouvert que je m’étais rendu au Cinéma et en étais ressorti pour le moins…satisfait. Certes le long-métrage comporte pas mal de défauts tels que le manque d’intérêt de certains de ces personnages ou le fait que les méchants n’en soient jamais réellement mais le déversement de bile dont il a été victime est tout simplement incompréhensible. Comme si chaque « critique pro » avait lu toutes les autres avant de voir le film et ne s’était concentré que sur ses défauts une fois dans la salle. Le truc classique du mec qui ne veut pas passer pour un con en ayant l’outrecuidance d’avoir un avis discordant de la masse. On n’est avec Suicide Squad définitivement pas devant le plus grand film de super héros de tous les temps mais on est tout de même loin d’un Iron Man 2, d’un Avengers ou encore du Hulk avec Edward Norton. Le meilleur moyen de savoir ce qu’il en est reste évidemment de faire sa propre opinion et d’arrêter de lire les critiques avant d’aller au cinéma à l’avenir ( pour celui-là on peut considérer qu’il est trop tard)…

Poursuivons sur les grosses franchises avec Star Trek Beyond qui se présente comme étant le troisième volet de la « nouvelle génération » amorcée par J.J. Abrams ( ici repris par Justin Lin, coupable de la plupart des Fast and Furious). Si Lin arrive à se mettre ne serait-ce qu’à la moitié de la hauteur de son prédécesseur on pourra dire que le contrat a été rempli. Malheureusement les images que l’on a pu voir dans les différentes bandes-annonces semblent nous diriger vers un film d’action pur ou les différents univers potentiellement inhérents à Star Trek ne semblent que très peu exploités…

Si vous voulez passer un très mauvais moment dans une salle de cinéma en 2016 allez voir un film d’horreur. Non, vraiment, c’est un conseil. Les adolescents étant friands de ce genre ils aiment à se retrouver, à crier de peur et de bêtise, à parler, beaucoup et fort et par conséquent à détruire toute l’ambiance développée par le film lui-même. Dans le Noir a bien failli ne jamais sortir dans les salles en France pour cette simple raison, les gérants de cinéma ne voulant plus s’attirer le moindre problème (on parle quand même de bagarres, d’insultes, d’effectifs de vigiles démultipliés afin de calmer les différents groupes de gens chiants etc…). On ignore si le film est bon et les premières images sorties semblent promettre tout et son contraire. Un concept véritablement angoissant mais une photographie et des acteurs peu engageants à première vue. On jugera plus tard, quand il sera sorti, en téléchargement, illégal.

Le prix de la potentielle plus grosse bouse de cette fin d’été revient sans conteste aucun à Le Correspondant qui arbore fièrement sur son affiche le fait d’être réalisé par le mec qui a commis la série SODA. Un truc qui a l’air tout aussi débilisant et qui met en scène ce que le cinéma français merdique pense être la vie des ados. Sans compter cette grosse tache de Jimmy Labeeu qui, non content d’être un youtubeur sans talent semble désormais vouloir sévir sur grand écran. Si vous regardez la bande-annonce dans sa totalité sans détourner le regard pour des questions de gêne on vous offre un sandwich, à la fraise.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les Séries de votre fin d’été

On aurait pu appeler ce chapitre « Les Séries télé/tv » mais soyons honnêtes, aucune d’entre elles ne passe sur le petit écran, pas en France du moins. Du coup vous pouvez payer un abonnement à Netflix ou tout autre service de vidéo à la demande ou utiliser votre connexion internet à bon escient (vous voyez à peu près ce qu’ on veut dire dans ces cas-là).

Le gros carton critique de l’été c’est Stranger Things, tout le monde ou presque le sait. Si vous n’êtes pas au courant c’est que vous avez passé de super vacances, sans internet, que vous avez profité du beau temps et de vos amis, loin de la civilisation. Si c’est votre cas vous ne pouvez pas lire cet article et, par conséquent, j’ignore pourquoi je continue de m’adresser à vous. Revenons-en à Stranger Things donc. Créée et réalisée par d’illustres inconnus, les frères Duffer (dont on entendra parler à l’avenir, on peut en être certains), cette série est un véritable événement, un phénomène mondial même et il n’est quasiment pas utile d’en parler ici tant tout le monde a déjà donné son avis, toujours le même, sur ce mélange de Spielberg et Stephen King (ça aussi tout le monde l’a déjà dit). Le casting est très bon, le personnage de Winona Ryder très chiant (signe qu’elle joue bien, sans doute) et l’ensemble se regarde comme un très long film dont on veut tout savoir le plus vite possible. A regarder, en deux ou trois sessions de visionnage grand maximum évidemment.

Si vous aimez l’univers des comics, Tarantino, la violence graphique, les paysages désertiques, les histoires plutôt surnaturelles, le politiquement incorrect (bref, si vous êtes comme la plupart des personnes de notre génération) vous aimerez Preacher. Adapté d’un comic des années 90 de fort belle qualité par Seth Rogen et Evan Goldberg (raisons de plus pour se pencher sur ce joyeux bordel), Preacher raconte les péripéties d’un prêtre touché par un mystérieux pouvoir de persuasion accompagné d’un vampire toxicomane, alcoolique et super chaud de la bite ainsi que de son ex super badass. Autour d’eux on retrouve évidemment tout un tas de personnages plus ou moins tarés mais s’ancrant dans une sorte de réel profondément glauque le tout baignant dans une photographie digne d’Une Nuit en Enfer. Toutes ces raisons font que Preacher est sans doute l’une des séries à attaquer avant la rentrée, en attendant la nouvelle saison d’American Horror Story et l’arrivée de la très attendue Westworld.

Comme le disait le chatoyant Henri Salvador, faut rigoler. Et pour y parvenir quoi de mieux qu’une sitcom sans trop de prétention que j’ai eu la chance de découvrir il y a peu ( je triche par conséquent légèrement, la série ayant maintenant deux saisons à son actif et n’étant donc pas une nouveauté) et dont je me suis envoyé quasiment tous les épisodes en un temps record j’ai nommée Fresh Off the Boat (dont je refuse de donner le titre français pour des raisons de bon goût). Un truc super drôle dans la veine d’un Modern Family ou l’introuvable donc inestimable Black-ish mettant en scène une famille d’origine chinoise emménageant à Orlando. Rien de bien nouveau, rien de très novateur et pourtant… Un ou deux épisodes seront nécessaires à la mise en place des différents personnages (comme dans toutes les séries de ce tonneau au final) mais une fois lancé on ne s’arrête plus. Tous les acteurs sont bons, les situations variées et les problématiques soulevées relativement originales. Vous pouvez y aller sans crainte. Sauf si vous n’aimez pas vous amuser, ce qui est triste.

Voilà, c’est à peu près tout pour ce petit guide qui, on l’espère aura réussi à vous donner quelques pistes pour occuper votre fin d’été. Vous pouvez aussi faire des activités de plein air, du sport, rencontrer du monde, prendre des cours de guitare-couture, aller dans la Creuse chez votre tante, celle qui est raciste et qui sent mauvais, c’est comme vous voulez, on s’en fout un peu en fait.

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire