_MG_3937

En ces temps de Manif’ pour tous et autres joyeusetés réactionnaires on ne peut pas vraiment dire que la mode soit aux références communistes. On aurait plus tendance à faire profil bas en attendant que ça passe. Pourtant jeudi dernier c’était un petit bout d’Armée Rouge tout droit sorti d’un cours d’histoire sur l’URSS qui à mis le feu à la Dynamo. 

Ca commence par un coup de fil du Rédac’ Chef.

« Y’a Soviet Suprem à la Dynamo jeudi soir, t’y vas. 

– Pourquoi moi? 

– Parce que t’es le gauchiste du magazine, ça va te plaire.

– C’est à dire que je suis pas super sûr d’avoir bien le temps de faire ca.

– Pas mon problème, tu bosses jeudi soir, fais avec. »

Il y’a bien longtemps que je ne formalise plus d’être traité de gauchiste, au contraire j’assume en bloc.  Mais bon, assommé par tant d’autorité j’entreprend de me renseigner un peu sur Soviet Suprem, nouveau projet d’R-Wan de Java et de Toma de La Caravane Passe. J’écume You Tube et Deezer pour trouver de quoi écouter un peu du son proposé par les camarades. Ca sonnait plutôt pas mal, je suis donc allé voir ce que ça donnait sur scène.

La première partie est assurée par Mr Tristan et son spectacle qui oscille entre concert et one man show avec un son hip-hop décalé et humoristique. Cela faisait un moment que je l’avais pas vu, c’est toujours aussi sympa. Une bonne rigolade en descendant quelques bières pour attendre le début des choses sérieuses.

_MG_3708

22h, « Plaine ma plaine » explose dans les enceintes et le Soviet Suprem débarque sur scène. Un Dj, un violoniste et les deux MCs John Lénine et Sylvester Staline. Costumes de rigueur, chapkas et uniformes de l’Armée Rouge, le public lève le poing pour accueillir le groupe. Ca commence fort avec « Eastern-Western », morceau survitaminé que j’ai découvert l’après midi même sur l’EP « Bolchoï ». C’est puissant comme un bon vieux shooter de vodka. J’essaye de faire des photos mais le public saute partout autour de moi c’est assez compliqué et j’ai du mal à me retenir de faire pareil.

_MG_3829

Les deux compères envoient un hip-hop aux influences balkaniques avec des textes qui fleurent bon les références gauchistes et l’humour gouailleur parisien qu’ R-Wan nous distillait déjà dans Java. Le tout avec une complicité et une énergie qui font plaisir à voir. Quelques incursions dans la cumbia et le son sud américain complètent un set vraiment bien maitrisé. C’est du son qui s’écoute et qui se danse, et ça prend toute son ampleur en concert. Le public ne s’y trompe d’ailleurs pas en dansant tout du long et en offrant une belle réactivité au groupe qui ne se prive pas d’en rajouter dans l’énergie, dont une reprise du « Sexe accordéon et alcool » de Java qui me met un gros coup de vieux mais fait un bien fou à réentendre sur scène. Personne n’a envie que ça se termine et le groupe revient pour faire chanter le public: « Baisse le rideau de fer et remplis mon verre! »

Les meilleures choses ont une fin, même le congrès du Soviet Suprem, une dernière bière, une dernière clope, une putain de bonne soirée. Merci Rédac Chef!

Texte et photos : Pierre – https://www.facebook.com/askphotographie

_MG_3932

 

_MG_3865

 

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire