Vendredi 18 mars dernier, deux reporters d’In The Morning Mag étaient présents au Connexion Live pour assister au concert de La Yegros. Ambiance Caliente, Cumbia et Mojito à 9 euros, voici leur live report.

La Yegros, ça ne vous dit rien ? Mais si, rappelez-vous le tube Viene De Mi. Fidèles auditeurs de Fip, de France Inter ou encore de Nova, vous n’avez pas pu passer à côté et vous l’avez fredonné tout au long de l’hiver 2013 lorsque La Yegros sortait son premier album intitulé du même nom Viene De Mi.

Issue de la scène underground argentine, Mariana Yegros est aujourd’hui considérée comme la reine de la Nueva Cumbia grâce à sa musique cosmopolite mélangeant sonorités électro et urbaines avec de la musique folklorique traditionnelle du Nord de l’Argentine (le chamamé !). La Yegros venait donc présenter son deuxième album Magnetismo, sorti une semaine auparavant sous le label Soundway Records. Ce deuxième opus est le fruit de diverses expériences et collaborations internationales, en particulier avec Gustavo Santaolalla (BO « Carnet de Voyages », « Les Nouveaux Sauvages »). C’est le deuxième passage de La Yegros à Toulouse et le public est au rendez-vous, le Connexion affichant complet depuis plus d’une semaine.

On arrive à l’heure sur place pour assister au show. Ravis et excités d’en être mais également très curieux de découvrir ce que ça donne sur scène. Le concert commence à 21h00, pile à l’heure après une première partie expédiée en une demie-heure. D’entrée, ce qui frappe, c’est la présence scénique incroyable de Mariana. Debout, au centre de la scène, entourée de ses trois musiciens (guitare, percu/clavier, et l’incontournable accordéoniste -Cumbia oblige-). Sublime et majestueuse, La Yegros a assurément un véritable charisme. Devant un public assez mixte et hétérogène, elle enchaîne ainsi les titres de son nouvel album en y injectant quelques morceaux du premier, le tout dans une chaude ambiance mais finalement somme toute assez mesurée et toute en retenue. Toujours souriante, elle réserve quelques mots en français au public de temps en temps pour présenter ses titres. Les premiers rangs s’ambiancent tranquillement et osent quelques pas de danse, mais il faudra attendre le tube phare Viene De Mi pour voir le reste du public se réveiller un peu.

Si l’atmosphère est chaleureuse, on est loin des ambiances de feu et du joyeux bordel que peuvent mettre en un rien de temps d’autres groupes du genre comme Celso Pina ou Systema Solar. Le show va durer ainsi deux heures avant de se terminer vers 23h00 après deux rappels bien mérités. C’est avec l’efficace et très dansant morceaux Trocitos de Madera que La Yegros nous quitte définitivement (en fait non, elle reviendra juste après et toujours avec le sourire, signer en personne son nouveau disque et prendre quelques photos avec ses fans). Le concert s’achève certes sur une bonne note avec ce dernier rappel plus percutant, mais un léger sentiment de frustration nous anime. L’atmosphère du concert jusqu’alors un poil aseptisée commençait tout juste à décoller, les zicos’ sur scène un peu inertes tout au long du concert se rapprochaient du public et semblaient enfin lâcher prise après un show un peu trop bien huilé, ne laissant aucune place à quelque improvisation.

La Yegros live 1

On sort du concert avec un avis mitigé et partagé, une légère déception il faut bien l’avouer, et en même temps avec une envie réelle de défendre cette artiste talentueuse. On a aimé la fraîcheur de sa musique et de son univers ainsi que son enthousiasme sur scène et c’est avec un grand plaisir que nous continuerons à suivre La Yegros, ne serait-ce que pour son ravageur roulement de « rrrr » à faire fondre la calotte glacière.

Par Max et Anaïs

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire