Par Arnaud M.

Comment ne pas considérer la Série Télévisée (ou TV Show, en anglais) comme un art visuel ne cessant de s’améliorer années après années ? Comment ne pas remarquer que beaucoup de ces dernières sont aujourd’hui bien mieux écrites qu’une bonne partie des films que nous sommes amenés à voir, régulièrement (loin de moi l’idée de vouloir dénigrer le 7ème art, celui-là même qui a su éveiller plusieurs de nos sens artistiques) ?

Comment ne pas rester scotché à certains de ces programmes dont les intrigues sont de mieux en mieux ficelées, l’humour toujours plus fin et subversif et les personnages de plus en plus fouillés ? (Vous pouvez ajouter ici l’interrogation faussement scandalisée de votre choix.)

En ayant une vision franco-française de la chose bien entendu !

Car c’est bien dans les pays anglophones que l’on trouve la majeure partie des plus grandes séries. Celles qui font passer nos productions nationales pour des publicités Javel Dose. La différence de cultures et l’ouverture à de nouvelles formes d’art sont quelques raisons qui peuvent expliquer ce grand écart entre productions françaises et américaines, mais pas seulement.

Par séries TV j’entends plusieurs genres. Que ce soit :

  • Le Drama (avec ou sans policiers) et les mythes d‘HBO comme The Wire ou The Sopranos ou encore Breaking Bad, produit par AMC.
  • La Sitcom, avec des chefs d’oeuvres de cynisme et d’humour élevés à un tel degré que c’en devient insupportable de plaisir (The Office, Eastbound and Down, South Park et tant d’autres…). Ou encore certains OTNI (Objets Télévisuels…) qui seront, eux aussi, évoqués, analysés, disséqués dans cette rubrique.

Non, la France n’est pas une terre d’asile pour l’art télévisuel. Cependant elle sait être terre d’accueil pour certaines séries assez médiocres et nous en gaver jusqu’à plus soif. L’exemple le plus frappant étant C.S.I (Les Experts, dans la langue de Molière), série déclinable à l’infini, pas mal mise en scène mais sans véritable intrigue de fond ni même second degré (ce qui peut toujours sauver les meubles). Alors, la série TV, parent pauvre de l’audiovisuel français?

Oui, mais là n’est pas la question.

N’ayant aucune frontière et toujours en recherche de produits de qualité, remercions tous ensemble ITMM de faire une place à un art qui ne demande qu’à être un peu plus respecté, en France, et d’où qu’il vienne.

Vive ITMM, vive la France !


A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire