Le travail comme la sodomie, c’est quand même mieux avec du lubrifiant. La bonne nouvelle c’est que notre cerveau le fabrique gratuitement.

happy worker clean

 

Avant de comprendre qu’il me fallait un vrai métier, j’ai passé pas mal de temps le cul sur une chaise à faire des études. Quand j’ai appris que la loi « pour la croissance et l’activité » allait vous faire, vous aussi, travailler le dimanche, j’ai logiquement commencé par sourire. Avant de me souvenir de ce concept génial qu’est la dissonance cognitive, ou, en gros, comment nous rendre tous heureux de nous faire mettre quotidiennement.

 

Pour commencer, tout être humain (soit, nous moins les animaux, les plantes et les reptiliens) possède une base de pensées, croyances, valeurs qui dirige en partie ses actions. C’est notamment ce qui incite rarement les skins à boire du thé à la menthe à la grande mosquée.

Prenons un autre exemple :

Vous avez oublié la chanson, et êtes persuadés que le travail : c’est la santé.

Sauf que voilà « Ô drame », par un malheureux concours de circonstances, vous vous retrouvez en vacances… Comme votre religion et cette petite qui vous attend chez vous, vous empêchent de vous suicider, vous allez donc devoir ne rien foutre.

Il y a là un écart entre votre système de croyance (Travail !) et vos actions (zzzZZzz), c’est la dissonance cognitive :

« Un état de tension désagréable dû à la présence simultanée de deux cognitions psychologiquement contradictoires ».

Et votre petite psyché, toute bouleversée de cette incompatibilité va tenter de remédier à cela, par exemple par une modification de votre système de croyances afin d’être plus en adéquation avec vos actes.

 

 

 

Évidement, tout ne change pas complètement et vous ne laisserez pas vos potes du Medef tout de suite. Vous commencerez certainement par des pensées du genre « dans certaines circonstances, prendre un peu de repos peut faire du bien » etc. De même, ces modifications varieront selon d’autres critères, être vu dans cette action, son éventuelle obligation ou encore les récompenses possibles.

 

Ok, mais concrètement, à quoi ça sert tout ça…? A beaucoup de choses en fait.

 

En 1959 Festinger et Carlsmith proposent une expérience.

 

 

Soient 2 groupes forcés à faire un truc complètement inintéressant et terriblement chiant pendant une heure entière, chose qui devrait exciter la dissonance. Le premier recevra 20 dollars à la fin, le second l’équivalent d’un ticket de bus.

Quand on leur demande leur avis sur cette expérience les 1ers trouvent logiquement cela nul à chier mais les deuxièmes, eux, sont beaucoup plus enthousiastes..! C’est parce que la compensation à la dissonance varie  :

– Dans le groupe 1 (20$) c’est la récompense financière, le syndrome du « je fais de la merde mais je suis très bien payé ».

– Dans le groupe 2 (1$) pas ou peu de récompense, on modifie son système de pensées pour éviter de s’en rendre compte : « Ce n’était pas si nul que ça », « j’ai participé à une expérience qui fait avancer la science » etc…

 

 

Si on rattache ça à votre quotidien cela veut dire que si vous faites un job à la con ou avec des horaires de merde ET que vous êtes mal payé, vous vous habituerez progressivement à votre condition jusqu’à y trouver des bons cotés. Et c’est vrai que Josiane à la compta a des blagues plutôt sympas…

 

Pour en revenir à la loi Macron, on vous fera bosser la nuit ou le dimanche ET on abrogera la directive obligeant les entreprises qui augmentaient leurs actionnaires à augmenter aussi leurs salariés… Vous vous y habituerez aussi. C’est même plutôt logique tiens.

 

 

rich old men laughing_6

 *

 

En tout cas dites-vous bien que si vous n’étiez pas au courant, votre manager, son boss et le boss de son boss, eux, l’étaient depuis longtemps.

 

 

 

par <3


Laisser un commentaire