Après ce titre hommage au grand détournement (que je conseille vivement a tout les amateurs de doublage parodique qui n’aurait pas encore eu la décence de le voir), lumière sur « Knock for Knock », un court métrage d’Anthony Crook qui prend place dans la capitale japonaise.

Il n’aura pas échappé aux amateurs de Post Rock, que le groupe écossais Mogwai compose actuellement la musique du film Hudson River Project, actuellement en production. En attendant, c’est pour ce petit film dont le thème est « pédaler et boxer dans Tokyo » que Mogwai prête ses harmonies.

A croire que le groupe fait une fixette sur les pignons, puisqu’en 2010, ils avaient réalisé la bande originale de «  Thirty Century Man », documentaire retraçant le quotidien de James Bowthorpe, qui détient le record du plus rapide tour du monde en vélo, en 176 jours, soit plus de 160 km par jour. Il y a la un lien mystérieux entre le VTT et le Post Rock et par syllogisme j’imagine Alberto Contador écouter du Godspeed You en sillonnant le Tourmalet. Epique.

Mais restons sérieux, ce film dont le message, vous vous en doutez, n’est pas la dramaturgie qui réside dans le cyclisme tokyoïte, alterne vidéo et estampes animées (d’une grande qualité de réalisation et qui respectent l’esthétique et les matériaux chers a la calligraphie japonaise) et met en scène un autochtone visiblement a la recherche d’une personne, de son passé. Sur fond de mythologie shinto, la voix off (en japonais sous titré) nous relate cette investigation personnelle avant de nous en dévoiler son origine.

Les trames orchestrales et les riffs syncopés de Mogwai embrassent parfaitement le propos, collent à l’image et sublime l’ensemble, sans l’occulter. Peut être peut on reprocher une composition somme toute assez classique, mais on ne pourra pas nier que cela reste très efficace et cohérent.

Sur ce, je vous rends votre cortex frontal en tirant ma révérence pour vous laisser apprécier ces 6 minutes  qui ne vous  laisserons pas, je l’espère, indiffèrent.

Monseigneur .

PS : Pour les intéressés , la créature des estampes est un Kappa , un demon de l’eau japonais , dont la cavité au sommet du crane doit être en permanence remplie d’eau sous peine d’immobilité instantanée .

 

La vidéo :

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire