Le 6 juillet 2012, Urban Comics entamait la publication d’un évènement majeur de l’histoire de Batman, Knightfall. Un an et demi plus tard, le 24 janvier dernier sortait le cinquième et dernier tome de la saga inédite en France. Retour sur plus de 1800 pages qui ont vu les heures les plus sombres de Bruce Wayne.

Batman-Knightfall-Tome3-cv-610x250

En Octobre 1992, un séisme secouait le monde des comics, les équipes créatives de DC Comics faisaient mourir Superman des poings du monstre Doomsday. Quelques mois plus tard, une réplique avait lieu, cette fois ci c’était Batman qui allait en prendre pour son grade. Un nouvel ennemi arrivait à Gotham, le dénommé Bane, génie du crime échappé de l’île de Santa Prisca. Gonflé à bloc grâce à la drogue appelée Venin et caractérisé par son masque de catcheur, il va mettre au point un plan pour briser le chevalier noir.

La saga Knightfall se décortique en trois arcs majeurs, « Knightfall », « Knightquest » et « KnightsEnd » qui prennent place à travers 8 séries mensuelles différentes ! Cinq auteurs et plus d’une dizaine de dessinateurs vont se relayer pour raconter l’histoire durant laquelle Batman, a.k.a Bruce Wayne, sera brisé par Bane puis remplacé par Jean-Paul Valley, ancien Azrael. Non, ceci n’était pas un gros spoiler de ma part, il vous suffit de voir la couverture du premier tome (« La Chute ») pour le comprendre !

bane

Avec plus de 1800 pages, cette aventure est longue … Trop longue même ! Si le premier tome s’avale comme un petit pain, le second n’est pas mal non plus. Mais ça se complique par la suite. Les troisième et quatrième tomes forment un bloc de 800 pages assez indigeste et c’est avec une certaine délivrance qu’on voit arriver la fin ! Certaines lourdeurs se font clairement sentir, les visions et délires du nouveau Batman étant à la fin d’un ennui mortel et nous feraient presque oublier le plaisir pris au début du récit. Bane est un ennemi incroyable et son plan, exécuté avec une telle maestria, conduit à un scénario mémorable. Les dessins sont malheureusement assez inégaux. Même si on sent qu’ils ont vieilli, certaines planches restent plus belles que d’autres, et on a l’impression d’être lésé sur d’autres.

Dur de vous en dire plus sans vraiment vous spoiler cette fois ci ! Vous retrouverez ici la plupart des méchants de la chauve souris, du Joker à l’Epouvantail, en passant par Lady Shiva ou Poison Ivy. Épaulé par Dick Grayson, désormais Nightwing, et Tim Drake, nouveau Robin, Bruce Wayne va tout tenter pour sauver Gotham une fois de plus, mais des mains de qui…? C’est là toute la question !

Batman-Legends-of-the-Dark-Knight-63-cover-resize

Urban Comics nous livre donc enfin cette histoire inédite en France. Même s’il aura fallu attendre un an et demi pour pouvoir la lire dans son entièreté, la totalité du récit est bien là. Les préquels, que sont « La Vengeance de Bane » et « La Lame d’Azrael », ont également été publiés dans la collection DC Nemesis de l’éditeur. Ils introduisent ces deux personnages d’une importance capitale pour la saga. On regrettera un peu de ne pas avoir quelques bonus à la fin de chaque tome.

En résumé, une histoire importante du chevalier noir mais, qui souffre de sa longueur. Difficile cependant de faire l’impasse sur les numéros 3 et 4 tellement on a envie de savoir la fin dans le 5.  Importante car c’est l’une des très rares fois où Batman est réellement vaincu et brisé sous la personne de Bruce Wayne. Un minimum de connaissance de l’univers de Batman peut s’avérer nécessaire. On notera enfin que cette saga a influencé « The Dark Knight Rises » de Christopher Nolan.

covers Par PEL


Laisser un commentaire