Attention, âmes sensibles s’abstenir. Le Joker est libre et plus fou que jamais dans ce graphic novel daté de 2008. Préparez-vous à plonger au plus profond de la noirceur de Gotham en compagnie de ce personnage au sourire inoubliable !

Joker smile

Le Joker sort une fois de plus de l’Asile d’Arkham, mais cette fois-ci par la grande porte. Libéré, sans vraiment d’explication, le Prince du crime de Gotham compte bien reprendre ses anciennes activités. Tout le monde ne l’entend pas ainsi mais ce n’est pas grave, car le clown sait se montrer persuasif … Très persuasif !

C’est Jonny Frost, un petit malfrat épaulant le Joker dans sa reconquête de la ville, qui est le narrateur de cette histoire. C’est donc à travers ses yeux que l’on va découvrir la psyché du plus cinglé des ennemis de la chauve souris, et le moins qu’on puisse dire c’est que tout cela est effrayant. Naviguant sans frontière, il laisse place à ses envies, ses crises, et à la violence. On voit également apparaître dans ce graphic novel Killer Croc, le Pingouin, The Riddler (le Sphinx), Harley Quinn ou encore Two-Face (Double-Face) et bien sur Batman.

Joker - harleyAprès Lex Luthor : Man of Steel en 2005, le duo formé par Brian Azzarello (100 Bullets, Hellblazer) et Lee Bermejo (Batman:Noël) se reforme pour nous parler cette fois-ci de la némésis de Batman. L’aspect graphique très réaliste de ce comic change de ce à quoi on peut être habitué. Difficile de s’empecher de remarquer la ressemblance avec le personnage joué par Heath Ledger dans The Dark Knight de Christopher Nolan, notamment l’aspect physique. Écrites en parallèles, les deux œuvres n’ont pourtant pas été inspirées l’une par l’autre. Les dessins permettent à toute la noirceur du scénario de ressortir. Au delà du coté assez classique de l’histoire de guerre des gangs dans Gotham, il est surtout question de montrer qui est vraiment le Joker. Pas forcement considéré comme un récit majeur de l’univers de la chauve souris, on est pourtant ici en présence d’une histoire moderne et adulte, pleine de malveillance, de crimes en tout genre, un véritable récital.

Joker glassÉdité il y a quatre ans par Panini Comics en français, Urban Comics ressort ce récit dans un bel album. La couverture que Lee Bermejo a offert à ce graphic novel est parfaitement à son image, sublime et dérangeante. On retrouve dans les bonus divers visuels, recherches ou encore des pages en noir et blanc. Petite surprise en toute fin de volume avec un sympathique comic strip, en hommage à Calvin & Hobbes, mettant en scène le Joker et Lex Luthor.

Cet album est une véritable immersion dans la folie quotidienne du protagoniste. Ne pas avoir fait du Joker le narrateur est une excellente idée, car on garde à l’esprit que seul le clown sait ce qui ce passe réellement dans sa tête. Certaines répliques sont mémorables et pourrait presque réussir à détendre une ambiance des plus sombres. Même si il ne s’agit pas là d’un récit essentiel de l’univers de Batman, il n’en reste pas moins, d’après moi, un classique à lire et posséder.

Par PEL

Joker cover

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire