jbugg

C’est peut être le prochain événement folk/rock. Jake Bugg a sorti son premier album éponyme depuis maintenant 3 mois et s’il reste encore peu connu en France il a déjà reçu un succès considérable outre Atlantique.

Commençons déjà par présenter ce (très) jeune homme. Né en 1994 dans la ville de Clifton, il commence la guitare à 12 ans et se prend d’amour pour un artiste, et une chanson en particulier, « Vincent » de Don McLean. Ses gouts vont ensuite le pousser à écouter des artistes comme Buddy Holly, les Beatles ou Donovan. Il se fait connaître en envoyant une de ses démos au site de la chaine BBC qui décide de le programmer dans son émission de découverte musicale. S’ensuit une signature avec Mercury Records et un premier album. Alors, ça donne quoi ?

Et bien ça donne de l’espoir. Déjà parce que avoir 18 ans et décider de faire un album mêlant à la fois blues, country, rock, folk et pop ça pose un peu le bonhomme, mais la vraie réussite c’est de revenir aux sources de cette musique en y ajoutant juste ce qu’il faut de modernité.

Pour faire clair cet album est extrêmement influencé par toute la vague rock 60’s. Plus les pistes défilent plus on a l’impression d’entendre Bob Dylan, les Kinks, les Stones et beaucoup d’Oasis (je sais Oasis c’est pas 60’s). Alors on est parfois un peu décontenancés face à tant de décalage générationnel mais heureusement Jake Bugg n’a pas fais du simple copié collé, il y a ajouté sa jeunesse et toutes les autres influences rock qui ont vu le jour depuis les années 60.

Le résultat final donne une pépite rocailleuse intemporelle en marge des normes actuelles.

Les morceaux country/blues tels que « Lighting Bolt » sont mêlés à des solos de guitares rock. Les 2 morceaux pop de l’album sont des hymnes imparables : « Two Fingers » et « Seen it All », et je gage que d’ici peu on les entendra plus que de raison (« Two Fingers » était le coming-next du grand journal juste avant Nöel). Le reste de la galette ce sont principalement des morceaux folk plus ou moins puissants mais toujours extrêmement touchants.

Pour un premier album et à seulement 18 ans on peut dire que Jake Bugg nous fait voir de belles perspectives pour le rock d’ici quelques années.

Vous pouvez écouter l’album : ICI

Thibaut Tayo

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire