IMG_5822 - CopieReportage en immersion chez Progrès Son

Progrés Son c’est une asso bien connue du public toulousain. Depuis 9 ans les bénévoles se bougent pour que la scène toulousaine vive. Des événements tout au long de l’année dans les divers lieux de notre bonne ville rose, et un temps fort : la Semaine du Rock. Autant vous dire qu’InTheMorning Mag a immédiatement dépêché son meilleur photographe/rédacteur (cette affirmation n’engage que moi) pour aller voir de plus près à quoi ça ressemble cette fameuse Semaine du Rock.

Sept jours de concerts, à chaque fois dans un lieu différent, 25 groupes, énormément de bière, pas mal de cocktails aussi, une putain de tendinite, des gueules de bois en plomb et beaucoup de guronsan. Mais laissez moi vous raconter tout ça.

Jour 1 – Le Communard.

On commence tranquillement, première rencontre avec les bénévoles de l’asso, quelques bières en attendant le début des concerts.

« – Donc moi c’est Pierre et vous risquez de me voir trimballer mon appareil photo dans les soirées cette semaine.

– Toutes les soirées ?

– Ben a priori oui.

– Et les afters aussi ?

– Ben surement oui.

– J’espère que t’es en forme. »

Super rassurant comme entrée en matière, sous le choc je m’envoie ma pinte cul-sec et commence à compter les cours que je suis susceptible de faire péter cette semaine. Enfin bon, maintenant que je suis là je vais faire quelques photos.

Sur scène c’est du Blues, Dead Man River et Up to No Good, plutôt sympa, et une bonne manière de commencer la semaine. C’est tranquille, mais bizarrement j’ai comme l’impression que ça va pas durer.
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Jour 2 – L’Esquille.

Là je suis en terrain connu, c’est à 50 mètres de chez moi. Du coup j’ai embarqué mon équipe de voisines histoire de me sentir moins seul et de me faire payer quelques bières. Sur place je retrouve le beau Matt (si si vous savez il bosse pour InTheMorning aussi), qui est assez sympa pour me filer les résultats de France-Espagne au fur et à mesure de la soirée.

Je connaissais déjà This Silly Thing, mais je l’avais jamais vu en live. Ben c’est largement aussi sympa que sur CD, du folk indé, tranquille, guitare/voix, soutenu par le charme de la chanteuse. Matt à la larme à l’œil, ce qui tend à prouver qu’il a un coeur, n’en déplaise à la pauvre Zaz, et j’oublie un peu de shooter pour me laisser porter par le son.

Un poil plus rock c’est Dreamy Dog qui enchaine. Pendant ce temps là la France paume contre l’Espagne. La soirée est plutôt chouette, mais commence à alcooliser. Comme pour accompagner Dreamy Dog accélère. Cette semaine du rock commence à me plaire. Je fais peu à peu connaissance avec les bénévoles, les groupes sont cools et l’ambiance sympa.

6 - Copie

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Jour 3 – O’Bohem.

On rentre dans le vif du sujet, une salle plus grande et une programmation qui s’énerve grave. J’arrive plus tôt que les autres jours et profite pour la première fois du concours de catering entre les bénévoles de l’asso, sur le mode « un diner presque parfait » chaque soir une équipe différente prend la bouffe en charge. Autant vous dire que je me pète le bide de Lasagnes. Deadly Fang attaque avec un set bien rock, mais pour ne rien vous cacher je suis scotché au bar, le serveur est un pote que j’ai pas vu depuis longtemps. A force d’enchainer les bières je finis bien chaud, et retourne en coulisse voir si par hasard y’a pas un groupe a shooter bachotage. Ça tombe plutôt bien, Go Baby Go est entrain de se préparer. Malheureusement la décence m’empêche de publier ici les images que j’ai réalisées à ce moment là, c’est l’inconvénient des groupes de métal, on rigole bien mais les photos ne sont pas vraiment utilisables. Je me rattraperais quand il seront sur scène. Un bon gros concert bien violent. Avec un mur de guitare qui fait bien plaisir. On est enfin dans le bon gros rock qui tache. Et je lésine pas sur la sangria pour fêter ça.

Ce qui devait arriver arrive, je suis bien chaud, il est temps de ranger l’appareil photo. Dj Mayday commence et je vais tenter d’évacuer un peu d’alcool sur le dancefloor et d’oublier mon réveil du lendemain. C’est un échec cuisant. Retour a pied, accompagné de Charlotte, une bénévole de l’asso. On se quitte au Carmes et je finis la route tout seul sous la flotte. Comme un looser, mais heureux.
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Jour 4 – Cri de la Mouette.

Réveil ultra difficile, je sèche sans vergogne le premier cours de la matinée. Par contre première surprise je ne peux plus bouger le poignet. Tendinite. Après trois jours d’appareil à la main pendant cinq heures ça n’a rien d’étonnant mais ça risque de ne pas être super pratique pour la suite des événements. Ma journée de cours est une torture, j’expérimente les micro-siestes en pensant que j’en suis à peine à la moitié de la semaine.  

Ouverture du premier tube de Guronsan, je trace direct au Cri de la Mouette sans passer par l’Autan ou joue Charly Fiasco, je les ai déjà vu pour les 20 ans de Groland, et je suis pas exactement en état de shooter.

Heureusement comme toute bonne asso qui se respecte Progrès Son possède une infirmière pour me strapper le poignet. Bien serré pour que ça bouge pas, j’enroule la sangle de l’appareil autour et fais descendre un Paracétamol avec un p’tit shooter de Jaeger. C’est reparti pour une nouvelle soirée.

C’est She Hunt Koalas qui commence. Honnêtement pas trop ma came. Je bois quelques bières en discutant dehors avec les gens de l’asso. La suite de la soirée est plus rock, Holly Spank livre un gros set, bien stylé, avec une armée de groupies de 17 ans au premier rang ce qui ne manque pas de me faire ricaner. Ça n’enlève rien à leur prestation mais c’est quand même bien drôle. Pour terminer Mulot & Moltisanti passent au platines. Les bénévoles se lâchent sur le dancefloor, les shooters descendent tout seul, mes images sont floues… Une bien belle fin de soirée quoi. Je trouve un membre de l’asso à peu près sobre pour me déposer chez moi et m’endors comme un sac sans mettre de réveil.

 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Jour 5 – Le Connexion Live.

Réveil brumeux et épilation en arrachant le strap autour de mon poignet. J’ai une méchante gueule de bois que même une bonne douche ne parvient pas à dissiper. Mon poignet me fait toujours aussi mal et j’ai pas été en cours de toute la journée. Pourtant faut bien repartir, j’ai besoin d’images de la préparation. Me voila donc au Connexion au milieu de l’aprem. Nouveau strap, et pas mal de bénévoles qui commencent à porter des lunettes noires même à l’intérieur.

Bizarrement mes images sont pas vraiment folles. J’enchaine les coca frais sans vraiment que ça me remette à l’endroit. Le Connexion est en travaux, j’ai l’impression que la perceuse est dans mon crane.

Les concerts finissent par commencer, Desperate Fajitas assure plutôt bien. Je me rattrape un peu sur les photos de l’aprem. J’accroche pas trop au reste de la prog et passe pas mal de temps vautré dans un canap’ du 1er étage en essayant de voler un portrait à une jolie fille posée derrière son Macbook.

Retour chez moi relativement tôt, je commence à fatiguer. Réussi à presque rien boire et autant vous dire que c’est un putain d’exploit.

 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Jour 6 – La Dynamo.

Samedi soir. La grosse soirée de cette semaine du Rock. Je suis plus prêt que jamais, j’ai presque bien dormi, j’ai toujours du mal à bouger le poignet mais je fais avec. J’adore ce lieu, du coup je me lâche pas mal sur les images d’ambiance.

Découverte de Rough Influence, groupe toulousain bien sympathique, porté par la voix de la chanteuse tout simplement spectaculaire. Je suis un peu déçu par Vison, groupe que j’avais pourtant bien aimé sur la compil que Progrès Son avait balancée.

C’est la que commence Electric Octopus Orchestra, groupe perpignanais, pour ce qui est clairement le meilleur concert de cette Semaine du Rock. J’en oublie de shooter tellement je prends une grosse claque. Un duo guitare/batterie d’une efficacité redoutable. Un bon vieux rock à l’ancienne et une prestation scénique époustouflante. On risque de vous en reparler très bientôt dans InTheMorning. Si ils passent par chez vous hésitez pas, c’est de la bonne.

Encore sous le choc de ce magnifique set je force un peu sur la Koenigsbeer dans les loges. Les Dj enchainent et offrent des cocktails au public, le problème c’est que pour faire des photos je suis forcément proche de la scène, voire carrément dessus. Du coup je récupère pas mal de verres de rhum, et je suis pas su genre à gâcher…

Ça se finit par un trou noir, le vrai, comptez pas sur moi pour raconter le reste de la soirée je m’en rappelle plus…

 9 - Copie

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Jour 7 – Le Mandala.

Je suis en vrac total, complétement explosé, besoin de dormir 48h minimum… Pourtant me voila au Mandala pour la soirée de clôture. J’évite soigneusement les miroirs mais la tronche des bénévoles me rappelle que je dois avoir exactement la même. Personne fait trop le malin et moi encore moins.

On finit tranquille avec Terre Neuve et Lafcadio. C’est plutôt pas mal mais j’ai vraiment du mal à me concentrer sur les concerts… Quelques photos pour terminer, prendre les numéros des nouveaux copains de Progrès Son et quelques punch histoire de finir dignement…

Bilan de ces 7 jours de concerts : une ambiance folle pour des concerts à un prix plus qu’abordable, une tournée des principaux lieux toulousains qui font que cette ville vit aussi la nuit, un super accueil de gens qui me connaissaient pas 2 jours avant et qui m’ont laissé les shooter à tort et à travers sans aucun commentaire désobligeant (c’est assez rare pour être signalé), de la super bouffe ( mention spéciale pour les burgers du Cri de la Mouette), de très belles découvertes musicales et un foie un peu plus endommagé qu’au début. Pour les photos ça se passe juste en dessous, dans le diaporama…

Il me reste à placer un énorme Big up comme disent les jeunes à toute l’équipe de Progrès Son pour leur accueil, leurs sourires et leur énergie qui permet à ce festival d’exister… Longue vie à la Semaine du Rock, vous pouvez me mette un accrèd de coté pour l’an prochain , pas question que je rate la dixième…

Texte et crédits photo : Pierre Noël Cuq

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire