L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

 

– A Cure for Life –

Pourquoi ça ressemble à du déjà-vu sans pour autant sembler mauvais.

Sitôt lu le pitch et vu la bande-annonce de A Cure for Life ( A Cure for Wellness en v.o ou encore la preuve qu’on conforte la public français dans son obstination à ne faire aucun effort en langues étrangères) un constat s’impose : on connait déjà cette histoire, on a déjà éprouvé ce type d’images et cette esthétique angoissante et ce dans plusieurs films. C’est toujours un peu décevant de se dire que l’on est face à un produit qui semble bien foutu, bien agencé, bien vendu et sans doute de qualité tout en réalisant que de nombreux metteurs en scène ont déjà travaillé sur le sujet et plus ou moins de la même manière. Ici la comparaison avec Shutter Island est d’autant plus inévitable que l’on retrouve en tête d’affiche l’un des meilleurs sosies de DiCaprio Jeune, le formidable Dane Dehaan. Oui, A Cure for Life a tout pour être un excellent film et sa bande-annonce qui n’en dit que très peu pousse à vouloir savoir comment Gore Verbinski aura amené son sujet mais dans le même temps une partie de nous a peur d’avoir déjà vu tout ça, plus d’une fois.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Alibi.com –

Pourquoi La Bande à Fifi a du mal à passer au « vrai » Cinéma.

La Bande à Fifi a sévi sur Canal Plus à une époque où le Grand Journal accueillait encore d’autres personnalités que celle du petit écran français. A une époque où Cyril Hanouna était à Pôle Emploi et Trump se contentait de pratiquer des golden showers en Russie, dans des hôtels de luxe plutôt que sur le monde entier. La Bande à Fifi rendait hommage au monde du Cinéma avec quelques sketchs pas trop mauvais et ça faisait même parfois franchement marrer. Seulement, quand on est pas un médiocre chroniqueur pour TPMP ( pléonasme, oui ) on a pas envie de ne faire que de la télé. C’est en toute logique que le prénommé Fifi ( Philippe Lacheau ), désireux de passer à la mise en scène sur grand écran tout en continuant à écrire a embarqué toute sa bande pour vivre une aventure cinématographique avec pour commencer Baby-sitting. Et le problème c’est que l’écriture est restée sans doute trop télévisuelle. On assiste à des enchaînements de gags pas toujours très bons et au bout de vingt minutes ça devient franchement indigeste. La nouvelle génération de comiques « youtubers » a tout simplement rendu ringarde la Bande à Fifi avant même que ses membres n’aient totalement eu le temps de faire leurs preuves. Un simple sketch de Golden Moustache ou du Studio Bagel semble davantage travaillé. Dommage, vous arrivez trop tard, vous auriez cartonné à l’époque où les Inconnus étaient drôles…

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Loving –

Pourquoi on attend Jeff Nichols au tournant.

Take Shelter, Midnight Special ou autant de grands films qui ont placé Jeff Nichols sur la short-list des metteurs en scène à suivre, de ceux dont on guettera les moindres mouvements dans les années à venir et qui n’auront que trop peu droit à l’erreur. Pour vous donner une idée, c’est dans cette même liste que l’on retrouve Denis Villeneuve, Damien Chazelle ou encore Nicolas Winding Refn. Après deux films plutôt décalés dans les sujets qu’ils traitaient, Nichols s’attaque à ce qui pourrait ressembler à un mélo teinté de bons sentiments mais lorsque l’on a conscience de son travail passé on sait que c’est surtout de l’être humain lui-même qu’il aime parler. Une vraie curiosité donc, pour un film qui pourrait remporter pas mal de succès et de récompenses dans les mois à venir.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Rock’n’Roll –

Pourquoi on a assisté à la promotion la plus gênante et la moins naturelle possible.

Guillaume Canet et Marion Cotillard ont donc essayé de faire croire à la France entière qu’ils étaient cools, décalés, beaucoup plus sympas, normaux que ce que l’on pouvait penser et tout ça pour nous vendre un film. Cette technique de promotion est d’autant plus gênante que le premier visionnage de la bande-annonce de Rock’n’Roll donnait vraiment envie de voir le produit fini. Mais là non, c’est impossible. Cette pseudo-guerre de couple ( sortir des « dossiers compromettants sur l’un et l’autre ) menée par le biais des réseaux sociaux alors que tout était orchestré, prévu depuis le début c’est tout simplement à vomir. Une campagne de pub qui passait avec souplesse du totalement gênant au gerbant, un casting qui est le même depuis beaucoup trop longtemps maintenant ( on a compris que vous faisiez partie d’une bande de potes vachement cools et que Gilles Lellouche n’était pas un très bon acteur, ça va aller ) pour un résultat qui même s’il s’avère drôle ne pourra jamais nous faire oublier à quel point ces gens sont des technocrates du rire, de ceux qui ne semblent pas aimer le Cinéma pour les bonnes raisons tout en prenant de haut ceux qui croient pouvoir les regarder dans les yeux.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire