belgica

Un numéro des « sorties de la semaine » un peu spécial car évoquant deux films qui partent avec un a priori pour le moins positif de la part de la rédac’ (et en particulier de son rédac’ chef adjoint avec qui les auteurs des deux oeuvres sont en terrain conquis du fait de leur travail passé). L’objectivité n’est pas de mise et ne peut l’être mais c’est de toutes façons un peu le principe de cette rubrique. Il est également à noter qu’une chronique concernant Belgica (après visionnage cette fois) ne saurait tarder à voir le jour. Restez connectés comme disent les vieux qui parlent aux jeunes.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Belgica

Pourquoi on attend avec impatience Belgica de F. van Groeningen 

Parce qu’en bons français on imaginait volontiers que le cinéma belge se limitait à la partie francophone du plat pays. On à grandi avec « C’est arrivé près de chez vous », regardé beaucoup trop de fois Dikkenek et globalement on a une tendresse particulière pour le cinéma belge, à la fois drôle et poétique, si proche et pourtant si diffèrent de ce qu’on fait chez nous.

Et puis en 2009 débarque Felix van Groeningen avec La merditude des choses, première grosse claque du réalisateur flamand. En 2012 il enchaine avec le magnifique Alabama Monroe, un film tout simplement sublime qui obtiendra la césar du meilleur film étranger.

Voilà pourquoi on va se ruer au ciné pour voir Belgica, son nouveau film. L’histoire de deux frangins qui transforment un bar un peu miteux de Gand en temple du rock n’ roll. Un histoire inspirée par l’adolescence du réalisateur dans le bar de son père, avec une nouvelle fois une B.O qu’on imagine soignée avec Soulwax aux manettes. On ne vous en dit pas plus, une chronique est à venir sur votre webzine préféré.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Saint Amour

Pourquoi Delepine et Kervern ne sont pas reconnus à leur juste valeur

Ce n’est pas un secret, vous vous en êtes sûrement rendus compte si vous nous suivez régulièrement, Groland est sans doute l’une des références humoristiques les plus importantes de l’équipe d’InTheMorning. Mais au delà de cet amour pour l’humour grolandais, il serait temps de reconnaître qu’avec déjà six long métrages au compteur le duo KervernDelépine a largement fait ses preuves à la réalisation.

Six films et jusque là un sans faute tant chacune de leurs oeuvres est un petit bijou. Du surréaliste Avida jusqu’à Near Death Experience. Avec à chaque fois un casting de haute volée et des performances d’acteurs complètement folles: Yolande Moreau, Depardieu, Poelvoorde, Albert Dupontel et même Michel Houellebecq… Les deux compères semblent avoir un don pour écrire de grands rôles sur mesure pour les acteurs qu’ils aiment.

Alors quand ils retrouvent Depardieu et Poelvoorde pour un road trip en taxi entre père et fils (sans compter une bande originale de Sébastien Tellier) sur la route des vins, on se dit qu’il serait surement temps que les deux réalisateurs obtiennent la reconnaissance qu’ils méritent. La aussi restez branchés, on vous chronique ce film dès qu’on a le temps de le voir.

 

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire