L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’Histoire de L’amour

Pourquoi Radu Mihaileanu va encore vous/nous faire chialer.

Après Va, Vis et Deviens et La Source des Femmes (entre autres), le metteur en scène français a bien l’intention de continuer dans la même veine, celle qui amène des larmes, tantôt de tristesse, tantôt causée par des joies issues de thèmes humanistes, profonds, touchant l’âme et donnant envie d’embrasser son voisin. Avec L’Histoire de l’Amour, Mihaileanu semble parti pour offrir une partition pouvant paraître de prime abord facile (parler d’amour à travers quelques générations, aborder les hasards de la vie, les promesses de sentiments éternels) mais qui, soyons en sûrs, sera amenée avec la finesse que l’on connaît au réalisateur. Le synopsis et la bande-annonce promettent du mignon et une absence totale de loups si ce n’est, peut-être la fatalité, le destin, la vie…

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Inferno

Pourquoi Ron Howard continue ses adaptations filmées de Dan Brown.

Ron Howard a toujours eu cette faculté à osciller entre le bon (Apollo 13, Frost/Nixon), le moyen (Un Homme d’exception, Splash) et le franchement pas terrible voire tout pourri (le reste de son immense filmographie).  Avec la bibliographie de Dan Brown c’est sur une mine d’or qu’il a mis la main. On prend Tom Hanks, que tout le monde aime bien ou dont on se fout, au pire, on adapte un truc pas forcément génial mais qui a son public vu le nombre de bouquins vendus, on torche ça vite fait et on s’assure un certain nombre d’entrées à moindres frais. C’est fainéant, c’est assez mauvais, ça se fait défoncer par la critique mais ça marche, relativement. Et avec la présence à l’affiche d’Omar Sy on se dit que le succès devrait être au rendez-vous en France.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’Invitation

Pourquoi ça peut être une bonne idée.

Le thème abordé dans L’Invitation est celui de l’amitié, des gens qui galèrent à prendre des décisions, à grandir, à se dire les choses, à accepter d’être des adultes, tout simplement. Le déni du changement et la dépression sont beaucoup trop souvent abordés dans le Cinéma français, maladroitement et avec Louis Garrel qui fume des clopes. On a toujours du mal à se sentir concerné, sans doute à cause d’une mise en scène régulièrement elle aussi dépressive et empêchant l’empathie envers les personnages. Ici on semble sur une vraie comédie avec ces instants de grâce, ses bonnes punchlines et des rapports entre acteurs/humains pour le moins naturels. Le tout serait inspiré de la géniale série You’re The Worst (qui, si vous ne l’avez pas encore vue, doit se trouver au sommet de vos priorités pour les jours à venir) que l’on ne serait pas surpris. Bon, en toute honnêteté on reste sur de la comédie française et il y a tout de même 80% de chances que ce soit raté, soyons sérieux.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Tu ne Tueras Point

Pourquoi Mel Gibson est un (très) grand metteur en scène.

Oui, on sait que la personne Mel Gibson est sujette à controverses mais cela ne doit pas faire oublier la magnifique carrière d’acteur et de réalisateur qui est la sienne. Devant la caméra il fut l’une des têtes d’affiche des années 90 avec des films d’action, des drames, des comédies et toujours ce jeu et ce regard cultes, toujours. Une fois derrière la la caméra c’est tout simplement Braveheart qu’il nous offre (et le plus méconnu L’Homme Sans Visage qui a le mérite de ne pas être aussi manichéen qu’il peut en avoir l’air) et par conséquent l’une des plus grosses claques que les personnes de ma génération aient pu recevoir dans la gueule à une époque où le « film en costume/historique » était à son apogée. Les côtés polémiques et particulièrement anxiogènes de La Passion du Christ comme d’Apocalypto ne doivent pas faire perdre de vue qu’ils regorgent de grands moments de Cinéma, de prouesses techniques en ce qui concerne la mise en scène. Oui, Mel Gibson est passionné par la violence, surtout physique. Il aime également l’idée que toute rédemption soit impossible, que l’humain, pour être bon, doive essayer de se surpasser. Il s’agit là de thèmes foncièrement durs, rarement exploités de la manière aussi extrême que celle employée par Gibson car ce dernier n’a jamais peur d’aller au bout de ses idées, aussi fixes soient-elles. On peut tout à fait ne pas l’aimer, avoir une aversion certaine pour sa filmographie mais on ne peut objectivement pas lui reprocher sa mise en scène, le jusqu’au-boutisme de sa démarche et son talent certain. Tu ne Tueras Point semble parti pour foutre une nouvelle claque dans la gueule de ses spectateurs, parti pour faire réagir (surtout aux Etas-Unis où l’on peut aisément deviner que la simple question de la désertion militaire soit inenvisageable). L’amour de la violence en somme.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Laisser un commentaire