orelsan-et-gringe-presentent-le-trailer-de-leur-film-video-649

Nouveau numéro de votre chronique hebdomadaire. L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » les rédacteurs vous donneront leur avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Au Coeur de l’Océan

Pourquoi il était temps de sortir une adaptation ciné de l’oeuvre culte de Herman Melville

Moby Dick est une oeuvre qui, de par ses thèmes (l’accomplissement personnel, la quête sans fin…) est intemporelle mais qui, de par son imagerie, se doit d’avoir de gros moyens à disposition. Les vieilles productions des années 40-50 avaient évidemment leur charme mais on ne peut s’empêcher de penser qu’une 3d de qualité, du gigantisme à tous les étages et Ron Howard derrière la caméra nous promettent une certaine idée du grand spectacle. En cette fin d’année 2015 on sait (malheureusement? non, quand même pas) cependant que le seul film à grand spectacle attendu par la Terre entière sera sur les écrans seulement la semaine prochaine…

////////////////////////////////////////////////////////

Belle et Sebatien : L’Aventure Continue

Pourquoi, en revanche, cette nouvelle adaptation n’est pas particulièrement nécessaire

Alors cette idée est assez difficile à comprendre. Que s’est-il passé dans la tête des producteurs, des scénaristes, des distributeurs? Cette histoire d’amitié entre un gros chien et un petit garçon on la connait. C’était mignon, c’est dépassé, voire même ringard. Les petits ont droit à leurs films, aucun problème mais avec l’avènement de Pixar et autres franchises produisant du Cinéma de qualité pour la jeunesse on a plus vraiment besoin de concepts totalement dépassés qui mettent en scène Tcheky Karyo.

////////////////////////////////////////////////////////

Comment C’est Loin

Pourquoi ils (Orelsan et Gringe) sont cools

Si on a toujours l’impression de parler de branleurs lorsque l’on évoque Gringe et Orelsan c’est que leur concept fonctionne. Ils retranscrivent simplement ce qu’ils ont sans doute été pendant des années, avant que le succès n’arrive. Succès qui est forcément arrivé par le travail, un minimum. Se donner cet air cool, avoir l’air de ne rien branler, d’être comme vous et moi (que cela soit avec Bloqués ou leur album en tant que Casseurs Flowteurs) c’est tout un processus et toute notre génération se sent concernée (enfin, presque toute notre génération, soyons honnêtes). Cependant, ces mecs ont l’air sincères dans leur démarche. Pas de cynisme mal placé, pas mal de talent et, même si on peut trouver tous leurs concepts très légers on ne peut s’empêcher que c’est là tout le but. Les voix d’une génération, d’une manière d’être et le tout sans prendre leur public pour des cons. Bien joué, mission accomplie.

////////////////////////////////////////////////////////

Un + Une

Pourquoi Claude Lelouch a autant de crédit dans le Cinéma français (non, vraiment, je pose la question)

Claude Lelouch c’est le passé. Un passé au cours duquel il y avait moins de metteurs en scène, moins de choix dans les films que les gens avaient l’opportunité de voir. Depuis quelques décennies (ouais, décennies, carrément) il n’a pourtant produit que des merdes, mis en scène Bernard Tapie et Ophélie Winter pour faire parler de lui, tenu des discours totalement dépassés en ce qui concerne le Cinéma et est passé pour un réalisateur culte auprès de ses copains critiques ciné qui n’ont toujours pas pris leur retraite. Le Cinéma français (mais pas seulement, c’est un peu pareil dans tous les milieux artistiques consanguins) n’a jamais cessé de tenter l’auto-fellation, souvent avec réussite. Claude Lelouch (et pas mal d’autres, aux succès critiques inexplicables) en est la preuve vivante.


Laisser un commentaire