L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

 

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– De Plus Belle –

Pourquoi Florence Foresti est presque trop rare sur le grand écran.

Drôle sur scène, un jeu d’actrice appréciable quand il s’agit de passer au grand écran, une popularité très importante en France…Non vraiment, il est difficile de comprendre pourquoi Florence Foresti ne squatte pas davantage le Cinéma. Sans doute n’est-elle pas contactée pour des projets suffisamment à son goût auquel cas la faute en incomberait directement aux producteurs et autres directeurs de castings. Avec De Plus Belle on est en droit de s’attendre à ce que la lyonnaise livre une nouvelle partition de qualité dans un rôle qui pourrait en appeler d’autres du même genre. On demande à voir mais on peut être à peu près certains que pour « Florence Foresti actrice » ce n’est qu’un début.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Les Figures de l’Ombre – 

Pourquoi des écarts de temps aussi variables entre les sorties U.S. et françaises suivant les films.

Les dates de sorties des films sont un véritable mystère. Pourquoi Star Wars VII est-il sorti en France quelques jours avant de sortir aux Etats-Unis alors que La La Land est lui sorti en Novembre 2016 et a fait patienter le public français environ deux mois ? On parle là de deux grosses machines dont le succès à l’international était assuré dès le départ. Une histoire d’argent, d’études de marché, de festivals et cérémonies auxquels on veut présenter les films en question et qui nécessitent que le long-métrage soit au Cinéma depuis une date précise. Pour Les Figures de l’Ombre, l’excuse officielle est que les distributeurs français attendaient la Journée de la Femme pour marquer le coup…mouais… Ce qu’on regrette surtout c’est de ne pas avoir pu voir ce film avant la cérémonie des Oscars tant il bénéficiait d’une belle réputation et aurait pu remporter quelques statuettes.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Kong : Skull Island –

Pourquoi des mecs se font encore chier à essayer d’avoir des idées originales.

Dans un bureau à Hollywood…

 » Bon elle est chiante cette réunion, on avance pas là…

– Et si on faisait un reboot/remake de King Kong les gars?

– Ben Peter Jackson en a sorti un il y a quelques années et ça a pas trop marché.

– Ouais mais là on dirait qu’on prépare le terrain pour un affrontement avec Godzilla dans un prochain film.

– Ah ouais, et on pourrait même faire d’autres films avec des grosses bêtes qui se battent entre elles, des spin-offs, un peu comme The Av…

– Un peu comme The Avengers ouais. Tu me l’ôtes de la bouche Michel.

– Ben banco Patrick, va falloir trouver d’autres bestioles et leur créer un background.

– Mais non, te fais pas chier, on pique des trucs dans des films de série Z japonais, ça coûte rien et ça fera plaisir aux geeks.

– Putain mec, t’es un génie.

– Encore une bonne journée de travail les gars. « 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Monsieur et Madame Adelman –

Pourquoi ça passe ou ça casse.

Nicolas Bedos est un personnage pour le moins segmentant. On est en droit de le détester, de le trouver particulièrement drôle ou tout simplement de n’en avoir rien à foutre, s’il est une chose qu’on ne peut lui enlever c’est son talent. Le bonhomme possède une véritable plume, une facilité d’écriture et un sens du verbe qui lui appartiennent. Dire le contraire relèverait de l’accusation péremptoire de celui qui n’a jamais rien lu du fils de Guy. En se lançant dans la mise en scène avec Monsieur et Madame Adelman, Nicolas Bedos prend un risque, entreprend une démarche originale et se met en danger avec un film qui semble sortir des carcans de la comédie française « traditionnelle ». On sent dès les premières images une vision, une idée, plusieurs idées. L’ambition ici est de trouver un public en proposant quelque chose d’original, ce qui n’est jamais simple. On souhaite cependant toujours le meilleur à quiconque essaie tant que la démarche s’avère sincère.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Traque à Boston –

Pourquoi Mark Wahlberg est totalement en roue libre.

Le mec est un putain d’acteur, oui, je le maintiens, Mark Wahlberg peut être un putain d’acteur ( je vous accorde cette nuance). Cependant le mec semble n’en avoir rien à foutre et faire à peu près n’importe quoi en terme de choix de films. On imagine que de voir l’un de ses BFF, Peter Berg ( Friday Night Lights, Ballers, Deepwater… ) à la réalisation de Traque à Boston est un indice quant à ce choix précis. On imagine aussi que Marky Mark n’en a strictement rien à foutre de ce qu’on peut penser de lui, de sa carrière et c’est ça qui le rend terriblement cool.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Laisser un commentaire