L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– American Hero –

Pourquoi on a ici affaire à un véritable o.f.n.i. dans le paysage cinématographique du moment.

American Hero nous raconte le quotidien d’un homme de plus de 30 ans, fêtard, alcoolique, amateur de drogues et de jolies filles et qui vit toujours chez sa mère. Rien de nouveau sous le soleil, on croirait être dans un mauvais teen movie pour adultes n’assumant pas le statut qui devrait être le leur. Là où se trouve l’originalité c’est que ce grand garçon immature possède des pouvoirs tels que la résistance à la douleur et le fait de pouvoir faire bouger pas mal de trucs avec la pensée. On pourrait partir sur du Hancock, classique, avec un deuxième et un troisième actes mièvres bien comme il faut, avec de la rédemption à l’américaine, avec un pouvoir qui implique des responsabilités etc mais le ton a ici l’air volontairement crasseux, second degré et assumé. On ne sait trop que penser de cette bande-annonce beaucoup trop longue mais laissons le bénéfice du doute à cet American Hero et croisons les doigts pour ne pas assister à une énième déception quant à la « comédie américaine de super héros ».

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Bienvenue à Marly-Gomont –

Pourquoi Kamini est-il de retour ?

Lorsque l’on a lu le titre de ce film pour la première fois on a tous pensé à la même chose, « tiens, ça me dit un truc ce nom de bled, c’était pas dans une chanson qui a bientôt dix ans? ». Et bien oui, il y a un rapport entre cette relativement vieille chanson et le film qui sort aujourd’hui. Le rapport c’est l’ancien rappeur Kamini qui parle du village dans lequel ses parents sont arrivés alors qu’il n’était qu’un tout petit enfant. Des difficultés de s’intégrer dans un trou paumé peuplé exclusivement de blancs alors que l’on est une famille exclusivement noire. Sans aller jusqu’à parler de clichés, sans préjuger de quoi que ce soit, on se rend compte qu’en France les idées de films ne sont pas très nombreuses et recouvrent au maximum trois ou quatre thèmes. De plus, n’est ce pas un peu tard pour Kamini ? N’aurait-il pas du sortir son film quand il était encore un tout petit peu connu ? Alors certes, on l’a vu dans un clip du Magic System et de Soprano mais en dix ans c’est un peu faiblard et pourri en terme d’actu.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– The Neon Demon –

Pourquoi Nicolas Winding Refn va encore une fois prouver qu’il est indiscutablement un grand metteur en scène.

Les cinéphiles très avisés le connaissent depuis la trilogie Pusher. Les cinéphiles le connaissent depuis Bronson. Le grand public l’a découvert avec Drive qui avait tout simplement été un véritable choc collectif au Festival de Cannes ( avec un prix de la mise en scène, mérité, à la clé ). Il avait dérouté pas mal de monde avec Only God Forgives et risque fortement de récidiver avec The Neon Demon. Cependant et malgré toutes les critiques que l’on pourrait lui adresser, Winding Refn ne pourra jamais être accusé de ne pas savoir créer un univers, son univers et d’y faire évoluer des comédiens en état de grâce, comme touchés par quelque chose qui se rapproche du mystique. Winding Refn fait partie de ces metteurs en scène dont on reconnait la patte dès les premières minutes. Il fait partie de ceux qui transcendent un scénario comme leurs acteurs. Le grand public s’attache à décortiquer, à analyser ses histoires et oublie parfois la beauté d’un plan, la signification du choix de certaines couleurs et le simple concept de développer un esthétisme autour d’une thématique. Car Only God Forgives, si décevant qu’il est pu être pour beaucoup c’était ça. On attend plus de The Neon Demon, c’est évident mais au moment de faire les comptes il ne faudra pas oublier de se pencher sur les effets ressentis, sur le côté sensoriel de la chose, sans sur-interprétation cette fois.

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire