L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Ben-Hur –

Pourquoi un tel remake aurait mérité un meilleur traitement.

Aujourd’hui et depuis maintenant de trop nombreuses années, chaque oeuvre cinématographique relativement majeure a droit à son remake, son reboot, sa suite non avouée… C’est dans ce contexte d’adaptations et de réappropriations extrêmes que ce Ben-Hur voit le jour, déboulant avec son cortège indispensable de scènes d’actions monumentales et d’effets spéciaux favorisés à la prise de vue réelle (n’est pas ambitieux comme George Miller qui veut/peut…).

L’idée de ce remake n’est pas stupide, au contraire et pourrait même amener au film original les moyens techniques introuvables à l’époque mais c’est malheureusement à un tâcheron de yesman d’Hollywood que revient l’honneur de mettre en scène cette histoire qui au final ne vaut pas bien mieux qu’un Gladiator (voire un sous-Gladiator, c’est dire) et n’avait pour intérêt à l’époque que d’être grandiose dans sa mise en scène et originale dans sa folie des grandeurs pour un film de 1959 (une éternité en années de Cinéma). Les images que nous avons pu voir semblent emprunter au bon gros navet ses clichés sans jamais tenter quoi que ce soit de réellement ambitieux (pour un film de 2016, il faut suivre). On ne saurait que trop vous conseiller de profiter du soleil de ce beau mois de Septembre plutôt que de vous aventurer pour quelques heures devant un film déjà vu cent fois et qui semble n’avoir pour ambition réelle que de décrédibiliser Morgan Freeman, encore un peu plus (ces dreads…).

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Frantz –

Pourquoi François Ozon n’a jamais vraiment eu l’air de savoir où il allait.

Cinéaste très référencé ( peut-être même trop si on chipote), propulsé au rang de grand espoir du 7ème art français dès son premier long-métrage, François Ozon avait tout pour être LA référence du Cinéma hexagonal, très vite. Après le très ambitieux Sitcom et le « chabrolien » Swimming Pool (en passant par le relativement chiant 8 Femmes qui sous ses aspects hommages multiples et décalés ressemble à s’y méprendre à du théâtre de boulevard…) on l’a cependant relativement perdu, artistiquement s’entend.

Très actif en terme de mise en scène il a déçu plus qu’autre chose avec les incompris (et pas très bons, quand même) Angel puis Ricky. Potiche était une comédie sympa et originale mais c’est avec Jeune et Jolie qu’il allait à nouveau faire parler de lui, beaucoup et pour des raisons qui en disent long sur la France et sa « morale ». Ce qui avait choqué à l’époque c’était le sujet, abordant l’histoire d’une jeune fille qui se prostitue par nécessité mais aussi, finalement, par plaisir. Outre la polémique inutile ( jamais Ozon n’a dit qu’il s’agissait là d’une majorité, au final) c’est le film en lui-même qui n’était finalement vraiment pas très bon. Ce que tout le monde a oublié de dire, préférant se focaliser sur le sujet lui-même, visiblement mal compris par pas mal de monde. Son grand retour, positif autant pour la critique que pour les spectateurs, il le doit à Une Nouvelle Amie, comédie dramatique avec Romain Duris qui a su trouver son public avec un sujet qui aurait pu au moins autant déranger que celui de Jeune et Jolie mais passons. Avec Frantz, la sortir du jour donc, Ozon tente quelque chose, comme toujours et les critiques, comme toujours, se tiendront au courant de leurs opinions respectives avant de publier quelque papier que ce soit, histoire de tous être d’accord, comme toujours.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– The Infiltrator –

Pourquoi même les oeuvres originales d’aujourd’hui ont l’air fainéantes.

On en a déjà parlé dans cet article, on se répète, chaque semaine, on en a un peu marre mais c’est à Hollywood et à son système qui tourne en rond qu’il faut s’en prendre : combien de blockbusters basés sur une idée originale pour combien de remakes, reboots, suites etc ? Question rhétorique évidemment, la réponse devant être gênante pour tout le monde (sauf pour ceux qui gèrent les sous, ça doit aller de leur côté). The Infiltrator a pour lui de tenter un truc, d’être un thriller mettant en scène un beau casting dans une histoire originale. Ah ben non, pas vraiment car outre le fait de s’ancrer dans le réel (on parle ici d’un mec qui infiltre le gang de Pablo Escobar) on peut aussi suspecter le film de se servir du succès de la série Narcos dont la saison 2 vient à peine de sortir sur Netflix. Tiens tiens… On y a presque cru à la bonne volonté d’une petite partie d’Hollywood. Ayons au moins l’honnêteté intellectuelle de ne pas faire semblant d’être déçus…

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire