snow

 

Nouveau numéro de votre chronique hebdomadaire. L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi (là on est à la bourre pour des raisons techniques qui m’ont données envie de tout casser autour de moi. Du coup je ne m’excuserai pas. Prenez-vous en à wordpress…). Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » les rédacteurs vous donneront leur avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité…

 

– L’Art de la Fugue

Pourquoi le Cinéma français peine tant à se renouveler : Tant que des producteurs fainéants accepteront sans sourciller des histoires de deux pièces-cuisine avec Agnès Jaoui, Laurent Lafitte (putain, Laurent Lafitte…) et toute la bande du Théatre venue cachetonner dans ce qui ne ressemble à rien de nouveau on aura le même problème. Sous le soleil de l’excellent Cuisine et Dépendances rien de moderne, rien d’ambitieux. Rien… Elodie Frégé est même à l’affiche. Et si c’est pour qu’elle joue aussi mal que dans Nouvelle Star

 

– Chappie

Pourquoi Blomkamp va nous livrer son meilleur film : Blomkamp est plutôt très connu des cinéphiles. Ces derniers ont évidemment vu et aimé District 9. La particularité de ce cinéaste sud-africain c’est sa propension à parler de l’humain, de la politique, des sociétés et de leurs déviances tout en faisant de la putain de SF. Au casting de son nouveau film on retrouve un robot (Sharlto Copley) susceptible de sauver/détruire la race humaine, Dev Patel (Skins, Slumdog Millionnaire, The Newsroom…), le duo de Die Antwoord (dont l’amour pour le cinéma transpire de chacun de leurs clips), Sigourney Weaver et même Hugh Jackman avec un mulet. Ah oui, et Blomkamp sera aux commandes du prochain Alien

 

– Citizenfour

Pourquoi l’angle choisi par la documentariste Laura Poitras peut être très intéressant : De l’affaire Edward Snowden on sait pas mal de choses. Ancien « employé » de la C.I.A, ce dernier n’en pouvait plus de l’omerta régnant sur ce milieu et des exactions commises. Il a donc vidé son sac au point de devenir un ennemi national et d’être à présent protégé par la Russie. C’est dire… Ce que l’on sait moins concerne ses motivations, ses ambitions, sa personne tout simplement. Ce documentaire se propose d’y remédier en nous livrant un portrait de l’homme derrière l’affaire. Oscar du meilleur film documentaire pour lui.

 

– Inherent Vice

Pourquoi on va en prendre plein la gueule pendant 2h28 : Paul Thomas Anderson aux manettes (Magnolia, Boogie Nights, There Will be Blood…), un casting de malade mental composé de Joaquin Phoenix, Josh Brolin, Benicio del Toro (Laurent Lafitte, prends en de la graine. Ouais, c’est gratuit) et de plein de gens cools, une histoire bien alambiquée et un esthétisme original qui a l’air de se prêter à la narration. Tout à l’air super bon et la bande-annonce ci-dessous est sans doûte, pour le moment, la meilleure de 2015.

– Snow in Paradise

Pourquoi on pourrait assister à un Mean Streets made in UK : Des gangsters plus ou moins à la petite semaine, une histoire de rédemption (ici à travers la religion) et un passé qui se voudrait présent et futur. Voilà pour le pitch de Snow Paradise. Ajoutez à celà un Frederick Schmidt qui bouffe totalement l’écran et une ambiance bien lad et vous obtenez le coup de coeur potentiel de la semaine. Faire revenir le Scorsese des débuts d’entre les morts et en Angleterre c’est une putain de bonne idée.


Laisser un commentaire