L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Rocco

Pourquoi ce mec est une légende.

Rocco Siffredi, pour ceux qui ont été ados à la fin des années 90 reste le mec qui squattait pas mal les premiers samedis du mois sur Canal Plus. Pas le genre à s’emmerder avec un scénario ni avec la monogamie. Que ça soit dans Rock’n’Roll Rocco ou dans (meilleur titre du monde) Rocco et les sex mercenaires le mec débarquait dans un endroit occupé par des filles peu vêtues et sortait son matériel de professionnel pour débuter ce qui à l’époque ressemblait au meilleur métier du monde pour un gamin de 13 ans. Oui mais voilà, Rocco Siffredi ce n’est pas que ça. Rocco Siffredi c’est un mec qui en a dans le crâne, qui a du recul (heureusement me direz-vous, blague de beauf inside) et qui a toujours eu conscience du côté superficiel, temporaire de sa situation. Un film-documentaire sur le spleen de l’étalon semble donc tout à fait pertinent voire même pas con du tout.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Sausage Party

Pourquoi se sent-on obligés de tout (mal) adapter en France.

Le titre précise « en France » car c’est l’endroit dont on connait le mieux les adaptations mais on se doute bien que notre pays n’a pas le monopole de la mauvaise idée, rassurez-vous. Sausage Party est ce que l’on appelle un film de la « galaxie Apatow » (un article sur cette dernière ne saurait tarder d’ailleurs) et, comme pour tous les films de cet univers si particulier, si codifié, il va voir son essence même changée par des distributeurs/producteurs n’ayant aucune confiance dans le public hexagonal. Comme d’habitude on va retrouver des doublages dégueulasses et une adaptation des vannes, du vocabulaire qui tueront toute velléité comique et empêcheront le long-métrage de trouver son public. Si encore cela avait déjà fonctionné par le passé on pourrait faire amende honorable mais ce n’est absolument pas le cas. Tous les films produits/écrits/réalisés par Apatow se sont vus détruire par leurs versions françaises. Sausage Party est sans doute celui qui en souffrira le plus (même si le pauvre Pineapple Express…) car interdit aux moins de 17 ans aux Etats-Unis, ce qui pour un animé n’est pas acceptable dans beaucoup de pays. Seth Rogen (à l’écriture avec son pote de toujours, Evan Goldberg) ne pouvant vendre sur son seul nom ici, il est obligatoire de réunir un maximum de pré-ados dans les salles et donc d’abaisser l’interdiction à 12 ans… On a vu la version U.S. (facilement téléchargeable…) et on vous conseille de vous y tenir. Du cul entre aliments (oui), de la violence outrancière, gore, de la drogue (la touche Rogen) des réflexions politiques et religieuses, un casting vocal tout bonnement hallucinant :il y a tout dans Sausage Party.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Sully

Pourquoi Clint Eastwood est-il aussi inégal dans son travail.

La carrière d’acteur de Clint Eastwood a ça de bien qu’elle est facile à analyser. Des rôles de justicier, de mec intègre mais souvent vieille école, quelques bastons, des flingues…Un bon gros côté républicain à l’américaine en gros. En tant que réalisateur c’est un peu plus compliqué de suivre. Entre d’excellents films (Un Monde Parfait, Gran Torino), des beaucoup moins bons (Million Dollar Baby, L’Echange) et des trucs passables, oubliables (Lettres d’Iwo Jima) on a toujours un peu de mal à savoir à quoi s’attendre avec l’interprète légendaire de l’inspecteur Callahan. Pas mal d’odes à la réussite individuelle mais aussi à la solidarité, à la fraternité, au respect de l’autre, à la main tendue, au pardon. Des thèmes vastes, intemporels tournés dans des styles différents, assez souvent. On ne peut nier qu’Eastwood est un grand, un très grand. On ne peut pas non plus nier ses écarts, ses échecs. Personne ne peut constamment être au top (à part Scorsese visiblement) et ce bon vieux Clint n’échappe pas à la règle. Si sa filmographie semble si dense, si variée dans sa qualité, cela vient tout simplement du fait que Clint Eastwood est vieux, pas loin d’être grabataire et peut-être même un peu malade. Il suffit de le voir en plateau télé, dans un meeting politique, de l’écouter tenir des propos pour le moins fascisants puis de voir Gran Torino pour comprendre la schizophrénie du bonhomme. C’est triste une légende qui tombe, surtout quand elle met si longtemps à tomber.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire