L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Braquage à l’Ancienne –

Pourquoi ce film est un tournant pour Zach Braff le réalisateur.

Après une carrière d’acteur marquée par son rôle dans Scrubs (qui ne se souvient pas de John Dorian et de ses monologues internes) et avoir prouvé qu’il était doté d’une puissance tant comique qu’émotive, Zach Braff s’est essayé à la réalisation avec les excellents Garden State et Wish I Was Here. De véritables réussites critiques et publiques qui lui ont valu une place de choix dans le Cinéma indé’ et appelaient de nouvelles tentatives derrière la caméra de sa part. Ses deux précédentes réalisations avaient en commun d’être relativement autobiographiques et par conséquent introspectives et c’est la raison pour laquelle on est en droit de se demander ce que va donner ce nouveau long-métrage, remake d’un classique du Cinéma américain. On craint le pire avec un potentiel produit dépourvu de personnalité et mettant en scène une bande de vieux qui cabotinent, faute de mieux. Wait and see mais bon, peut-être Zach Braff avait-il trouvé son style et se devait de s’y tenir pour quelques années encore.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Get Out –

Pourquoi on peut faire rire, faire peur et dénoncer avec tous les sujets.

Mettons nous tout de suite d’accord, Get Out a créé la sensation partout où il est déjà sorti et arrive en France précédé d’une forte réputation. Méritée ou non nous n’en savons rien mais le sujet lui-même prête à ce qu’on s’y intéresse. Transformer le racisme, la ségrégation, l’étroitesse d’esprit du monde (qui est tout sauf une problématique récente contrairement à ce que ceux qui tombent des nues ces derniers temps semblent croire) en un film d’angoisse et d’horreur, le tout en conservant un esprit subversif pouvant visiblement prêter à rire dans le cadre de certaines séquences est un tour de force, une idée qui sort de l’ordinaire et donne inévitablement envie d’en savoir plus. La photographie semble belle et réaliste, passant d’une esthétique fraîche à une noirceur angoissante en fonction des scènes, sans jamais renier ce qu’elle s’essaie à faire transparaître. Get Out est peut-être le produit hybride issu de notre époque qui saura aborder de graves sujets sans jamais quitter son ambition d’être du Cinéma. Un pamphlet légitime mais pas ennuyeux et didactique, une manière nouvelle et contemporaine d’élever les consciences en abordant et prouvant l’absurde de certaines idées. On est sans doute là face à un virage qui ne peut que faire du bien, à tous.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Tunnel –

Pourquoi le Cinéma asiatique en général et sud-coréen en particulier devient de plus en plus grand public.

Le Cinéma asiatique a toujours été très prisé des cinéphiles qui n’ont jamais hésité à conseiller à leurs potes un bon Kitano ou un Tsui Hark dans les années 90. Des films pas toujours faciles d’accès car obéissant à des codes généralement éloignés de ceux dont on a l’habitude en occident (Hollywood est aussi passé par là, donnant une vision souvent unilatérale de ce que doit être un blockbuster). Or, depuis quelques temps et l’avènement de Park Chan-wook avec Old Boy en particulier, le très grand public s’est mis à s’intéresser à un Cinéma venu d’horizons qui lui paraissaient inaccessibles jusqu’à maintenant. Le tout sans compter le fait que même Scorsese et Spike Lee ont voulu faire leurs remakes de films qu’ils avaient sans doute appréciés et dont ils voulaient montrer leur versions à des personnes qui ne s’y seraient peut-être pas penchées de manière naturelle. Les fortunes sont diverses, Scorsese ayant réussi son pari avec The Departed (remake de Infernal Affairs, de Lau et Mak) quand Lee se plantait totalement avec son Old Boy, aussi moche qu’inutile et vide de la saveur du matériau d’origine. Depuis, The Host et The Strangers, pour ne citer que les plus connus des derniers chefs-d’oeuvres sud-coréens, ont su se faire une place de choix dans le coeur des cinéphiles du monde entier. Si cette place est de plus en plus importante c’est aussi parce que plutôt que de se faire financer par des studios hollywoodiens et de se faire sucer leur moelle artistique, les metteurs en scène concernés ont su s’adapter à leur nouveau public sans jamais se renier ni vendre leurs âmes. Des mecs comme Tsui Hark en ont fait l’amère expérience et ont préféré quitter ce qu’ils prenaient pour un eldorado pour retrouver l’amour qui était le leur pour le Cinéma, le vrai, le leur. Japonais, hongkongais, sud-coréen (et j’en passe), qu’il soit de genre ou plus intimiste, le Cinéma asiatique n’est plus désormais réservé qu’à un public de niche et ressemble de plus en plus à l’alternative la plus solide et créative au Cinéma américain. En attendant l’avènement de Bollywood aux yeux du grand public ?

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire