L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Captain America : Civil War –

Pourquoi chaque critique d’un film « Marvel » ne peut être que la répétition de la précédente

Tant que le MCU (Marvel Cinematic Universe pour les incultes) nous servira les mêmes types de héros, avec la même photographie, les mêmes acteurs aux charismes relatifs (rendre Mark Ruffalo transparent est un véritable tour de force) et des scénarios impliquant d’avoir vu une trouzaine d’autres films pour avoir la moindre idée de leur sens et bien la critique formulée sera toujours la même. Deadpool, dans sa construction et dans son ton tentait quelque chose quand Doctor Strange part avec de belles intentions, au moins artistiques. Il est cependant ici question de Civil War, la suite de Captain America, le Soldat de l’hiver mais également d’Avengers et de tout un tas de trucs. On touche ici aux limites du « Cinéma de franchises » qui aujourd’hui nous force, comme pour une série télé, à avoir vu tout un tas de trucs qui ne nous intéressent pas nécessairement (Captain America, Hulk et on en passe…). La différence avec une série demeure que pour cette dernière on n’est tout de même pas obligés de payer 10 euros par épisode.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Donald Trumbo –

Pourquoi on est toujours contents de voir Bryan Cranston

Un pouvoir comique éprouvé (son rôle de Hal dans Malcolm), une puissance dramatique insoupçonnée jusqu’alors mais sublimée par son rôle de Walter White dans Breaking Bad et une cote de sympathie qui ne va qu’en augmentant grâce à certains seconds rôles au Cinéma et à ses passages télé, Bryan Cranston est définitivement un acteur à part qui, à l’instar de certains autres comédiens, aura pris pas mal de temps avant de voir sa carrière réellement décoller. On ne peut donc que se réjouir de la voir occuper un premier rôle dans un film qui s’annonce d’assez bonne qualité. Un juste retour des choses pour celui qui voit enfin Hollywood le respecter à sa juste valeur. En témoigne sa nomination aux derniers Oscars.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Green Room –

Pourquoi le survival mérite plus de « travail » (de mise en scène, d’écriture etc…)

Le survival est un genre accouchant de films trop souvent bâclés n’ayant pour seul objectif que la surenchère dans leurs scènes gores. On peut également parfois y voir des jeunes gens super bien foutus finir à moitié nus, les deux ne sont pas incompatibles. Qu’un « vrai » metteur en scène s’occupe de réaliser son propre film du genre, avec une équipe qui tient la route et un minimum d’écriture et tout le monde crie au génie (Saw, Hostel…). On tourne cependant vite en rond et les enjeux ne sont que rarement prenant pour le spectateur qui au final ne retiendra qu’une scène de torture porn ou deux ainsi qu’un twist tiré par les cheveux (Saw II…). Avec Green Room l’occasion est belle de réussir un pari pour Jeremy Saulnier avec des premières images qui ont tout simplement l’air différentes de ce que l’on a l’habitude de voir (dans une certaine mesure évidemment), une histoire qui a au moins le mérite d’être plus qu’un simple prétexte et des acteurs pour le moins crédible (qui n’aime pas Imogen Poots). On retrouve même Patrick Stewart ce qui donne une certaine crédibilité à l’ensemble. Green Room a de nombreux arguments pour ressembler à un pari réussi…

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– On aurait pu en parler : Maggie a un Plan, Nos Souvenirs (qui a l’air très chiant), Tracks

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire