L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– La Colère d’un Homme Patient –

Pourquoi le « film de vengeance » est un genre à part entière.

Charles Bronson en est le symbole ultime, la plupart des westerns spaghettis également. De Mad Max aux histoires de super-héros en passant par la plupart des oeuvres de Park Chan-Wook, il a très souvent été question de vengeances dans le Cinéma et si les critiques et le grand public aiment à définir un style de films par son environnement ou son rythme, force est de constater que la vengeance en elle-même relève du genre. La Colère d’un Homme Patient emboîte le pas de ses plus fameux prédécesseurs et semble avoir ce rythme plutôt lent et contemplatif inhérent à son style. Une mise en place plutôt longue est à prévoir, préparant à une deuxième partie (ou à un final, on ne le sait pas encore) plutôt crue, violente et sans concession. Plus qu’un simple thème, la vengeance pourrait mériter son propre rayon dans un vidéo-club. Si les vidéo-clubs existaient encore.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Django –

Pourquoi une évocation d’un personnage célèbre sera toujours plus pertinente qu’un simple biopic.

Les biopics ont cette prétention d’être exhaustifs et de connaitre sur le bout des doigts leur sujet alors qu’on est très souvent dans de l’adaptation d’une biographie écrite et non autorisée. La mise en scène est généralement très scolaire, appliquée et le scénario ne nous apprend quasiment rien que l’on ne savait déjà. On peut donc parler d’inutilité de l’exercice. L’évocation, l’exercice de style est bien souvent plus pertinent car offrant au metteur en scène une vraie liberté, une interprétation toute personnelle du sujet et de sa vision du personnage dont il est question. L’exemple le plus frappant étant Gainsbourg, vie héroïque de Sfar qui n’a jamais prétendu être autre chose qu’un conte, quand bien même la plupart des éléments rapportés étaient vrais. La preuve s’il en fallait une que le biopic n’est pas le genre le plus pertinent en terme de Cinéma, que ce dernier donne rarement de bons résultats et qu’un When You’re Strange de Dicillo sera toujours meilleur que The Doors d’Oliver Stone.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Les Gardiens de la Galaxie 2 –

Pourquoi Marvel va encore tout saloper avec préméditation.

Le premier volet des Gardiens de la Galaxie était cool pour peu qu’on le prenne comme une comédie plus que comme un film de super-héros à proprement parler. C’était léger, on retrouvait Chris Pratt alors qu’on le voyait à l’époque toutes les semaines dans Parks and Recreation, ça tranchait avec les autres trucs Marvel qui tournaient en rond et tout le monde ou presque était séduit. Aujourd’hui Les Gardiens de la Galaxie ne sont plus là que pour cocher une case « comique » sur le cahier des charges, pour rejoindre le reste des Avengers sous peu et Chris Pratt n’a plus rien du génie comique qui l’animait, étant devenu un ersatz de mec musclé/beau gosse qui cabotine dans des blockbusters bien pâles. On sait maintenant que tout l’univers Marvel a pour but de se retrouver et que chacun des films efface son semblant d’identité pour pouvoir être assimilé par une certaine globalité dépourvue d’âme ayant pour seul objectif d’être rentable, tout le temps, avec n’importe lequel de ses films. Laissons le bénéfice du doute à cet épisode des Gardiens de la Galaxie, sans trop se faire d’illusion et en sachant que ce qui suivra ne pourra être que pire.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire