the-revenant-film

L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Merci Patron !

Pourquoi on va essayer de vous en (re)parler plus tard

Quelques éminents membres de l’équipe de rédaction avaient eu la chance de voir en avant-première le film de François Ruffin à l’occasion du Festival International du Film Grolandais, à Toulouse. Ces derniers avaient adoré, vous dépeignant l’oeuvre en des termes élogieux et vous encourageant fortement à aller voir ce long-métrage militant, preuve filmique que le petit, à force de combat(s) peut mettre à terre le gros. Le gros, ici c’est Bernard Arnault et les petits ce sont des employés, victimes de licenciements économiques, qui, à l’aide de Ruffin et de son équipe vont finir par obtenir gain de cause. Sans arme, ni haine, ni violence mais avec beaucoup d’humour et d’humanité. Recommandé par nous, vous l’aurez compris.

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pattaya

Pourquoi il faut arrêter d’encourager « ces » films

Du bon gros film de beaufs, de débiles, de potes, sans véritable scénario mais avec la promo fort dégueulasse qui va bien. Elmaleh, Bentahla, Ramzy, un nain (parce que c’est tellement rigolo les nains, hahaha), Hanouna et Arthur à la promo, des chansons « originales » causées par Lacrim et autre Alonzo, des bandes-annonces bien nulles avec des gags pour ados attardés (« J’avais un maître, il s’appelait Maître Gims« . Re-hahaha). Tout est fait pour que ce « film » soit détesté sans le moindre visionnage préalable. Détesté pour qui aime le Cinéma, pour qui a un minimum de goût en ce qui concerne l’humour. On sent bien que les mecs se revendiquent du Saturday Night Live, de Ben Stiller, d’Apatow, de Ferrell, de Carell, de la bande de potes quoi. Cependant la bande de potes sur laquelle ils prennent exemple possède quelque chose que nos chers compatriotes de la gaudriole n’auront visiblement jamais : du second degré. Vous savez, ce truc qui fait que même le gag le plus gras du monde peut contenir une forme de finesse, un sens caché, une double lecture… N’allez pas voir Pattaya, n’encouragez pas ces gens à continuer et à entretenir la débilité des ados de France. On peut s’aérer le cerveau de temps en temps. Mais tant qu’à l’aérer autant en profiter pour mettre des trucs un minium intelligents à l’intérieur.

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

The Revenant

Pourquoi, malgré un battage médiatique massif, The Revenant n’obtiendra aucun Oscar

Leo DiCaprioIñárritu, des grands espaces en décors naturels, des plans séquences, Tom Hardy, un ours… Tout est fait pour que The Revenant obtienne un maximum de statuettes. Et c’est là tout le problème. Quand quelque chose paraît trop évident, une surprise n’est jamais à exclure. Plusieurs surprises sur ce coup-là. Si DiCaprio n’a rien obtenu pour Le Loup de Wall Street ou Aviator il n’obtiendra jamais aucune récompense. Iñárritu est, de son côté, le champion en titre avec Birdman et faire un back-to-back aux Oscars c’est tout de même assez rare. Allez, meilleurs décors ? Oh et puis en fait non, on parle de décors naturels, ça serait trop facile et ne récompenserait que des repérages. Reste Tom Hardy que tout le monde adore mais qui a encore le temps et qui devra s’effacer devant Christian Bale cette année. So long The Revenant, t’avais pourtant tout bien fait mais personne n’aime les histoires courues d’avance. Comment ça Hollywood les adore ? Ah et bien dans ce cas…

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire