L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

 

– La Belle et la Bête –

Pourquoi ça va marcher quoi qu’il arrive.

Remake live d’un très grand classique Disney datant d’une époque où Disney faisait encore de très grands classiques (Aladin, Le Roi Lion…), La Belle et la Bête va bénéficier d’Emma Watson et de sa hype inexplicable en tête d’affiche, d’un public actuel composé de personnes qui n’ont sans doute vu aucune des oeuvres originales en rapport avec la Belle et la Bête et même de quelques polémiques assez ridicules pour assaisonner le tout ( un personnage a priori ouvertement gay, la poitrine d’Emma Watson…). Vraiment, cette nouvelle interprétation du conte légendaire a tout pour réussir au Cinéma.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

 

– Brimstone –

Pourquoi le « western poseur » a encore de beaux jours devant lui.

Un décor froid (dans tous les sens du terme), un scénario qui tarde à se mettre en place, des acteurs qui regardent dans la vague, une ambiance pesante, une montée en tension progressive et finalement des films qui peuvent valoir le détour pour peu qu’on soit patient et/ou que l’on ait un sens de l’esthétisme un minimum développé. Vous connaissez ce genre de film, il existe depuis que le western existe. Le « western poseur » est un style à part entière que les plus mauvaises langues qualifieront de chiant, à tort assez souvent. Quand on y pense, même Sergio Leone avait ce côté observateur du paysage et de ses comédiens, préférant souvent installer une atmosphère plutôt qu’une intrigue trop développée. Depuis quelques années et L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford on assiste à un retour au premier plan d’un style, que l’on aime ou pas mais qui devrait durer et qui a su trouver une continuité avec The Rover (malgré un côté également rétro-futuriste) et même The Hateful Eight quand on y pense bien. Ce Brimstone aura en outre le mérite de nous faire redécouvrir Dakota Fanning à qui la petite soeur commençait un peu trop à voler la vedette.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Going to Brazil –

Pourquoi c’est dommage de se sentir obligé de plagier pour proposer un contenu « original » lorsque l’on veut faire une comédie en France.

On pouvait attendre plus malin, plus neuf, plus personnel de la part de Patrick Mille après le très réussi La Jungle et sa partition totalement maîtrisée. Bon, entre temps il a réalisé un truc avec Izia Higelin, une sorte de bio fantasmée de la fille de Bhl qui n’est autre que sa femme donc bon, on commençait à sincèrement douter du sens commun du bonhomme. Avec Going to Brazil on est en plein dans ce qui fait du mal aux comédies françaises depuis quelques temps à savoir ne pas savoir trouver un univers propre, des idées neuves, des concepts inédits. Les metteurs en scène français voulant se frotter au comique populaire ont trop souvent ce réflexe de mimétisme sur leurs cousins américains et c’est particulièrement triste pour qui connait les oeuvres originales et démasque la supercherie au premier plan de la contrefaçon. Mickaël Youn en est le meilleur exemple, lui qui nous a pris pour des idiots incultes n’ayant pas internet (ni la télévision, ni quoi que ce soit d’autre comme média à portée de main) au fil de ses scénarios. On est d’autant plus tristes pour Going to Brazil car mettant en scène un casting composé de personnes que l’on aime profondément (on parle surtout de toi Alison Wheeler…).

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire