L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Alice de l’autre côté du miroir –

Pourquoi avoir donné une suite à un film que personne (ou presque) n’avait aimé.

Le premier volet des aventures d’Alice (et du chapelier et de tout un tas de personnages caricaturaux de l’univers de Tim Burton) avait réussi le tour de force de déplaire à un public habituellement acquis à la cause Burton/Depp autant qu’aux critiques et qu’aux personnes plus…extérieures. Esthétiquement imparfait et bénéficiant d’un casting qui en faisait soit beaucoup trop soit pas assez (sans compter le fait que Burton n’avait visiblement pas tout assimilé de l’univers en tant que tel), cette adaptation de Lewis Carroll avait tout de même bien fonctionné au box-office US et cet état de fait est généralement suffisant pour lancer une suite voire même une franchise. Les décisionnaires de Disney n’avaient visiblement pas pris en compte le fait que c’est lors de sa première semaine d’exploitation que le premier film avait cartonné, laissant le bouche-à-oreille faire son office par la suite. C’est donc tout naturellement que cette suite est en train de tranquillement se planter aux Etats-Unis, sans que cela surprenne qui que ce soit.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Ils Sont Partout –

Pourquoi Yvan Attal est plus mégalo que parano.

L’une des premières questions que l’on pose à Attal depuis le début de sa tournée promo est « vous sentez-vous au quotidien victime d’antisémitisme ? ». Ce à quoi il répond qu’on ne se rend pas compte, que c’est chiant, que c’est tout le temps, que c’est devenu la norme, qu’il a rien demandé à personne etc. Une simple recherche internet/médias nous prouve qu’effectivement les agressions pour motifs raciaux, religieux ont largement augmentées ces dernières années et, soyons honnêtes, le communautarisme de tous types n’est allé qu’en augmentant, à l’image du racisme et de l’antisémitisme. Un constat difficile à accepter à une époque où les gens sont amenés à se mélanger de plus en plus, à voyager, à fuir des pays en guerre et autres actions qui amènent au vivre ensemble, contraint ou non. Yvan Attal n’est pas plus parano qu’un autre, il est monomaniaque. Mais attention pas monomaniaque quant au sujet de l’antisémitisme ou de l’antisionisme qui trop souvent ne dit pas son vrai nom, non, il est monomaniaque quant à sa propre personne. Qu’il s’agisse de Ma Femme est une Actrice ou de ce dernier films à sketchs, ses personnages portent son prénom et vivent des situations qui lui appartiennent. Qu’on parle de soi dans ses films c’est une chose. Qu’on ne parle QUE de soi ça n’intéresse que la famille proche et encore (les films de vacances n’intéressent que ceux qui y étaient par exemple, arrêtez de faire chier vos amis/votre famille avec ça). Yvan Attal, sous ses airs timides et gênés, se sert de ses longs-métrages comme de thérapies, sans se préoccuper de ce que nous on peut en penser au final. Il aura cependant toujours de super distributeurs pour nous faire croire qu’on est intéressés par son travail et c’est bien la seule chose qui doit importer pour lui.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Retour Chez ma Mère –

Pourquoi une sortie sur grand écran.

Une photographie TF1, un scénario France 2, une distribution M6 mais une sortie ciné. Cherchez l’erreur.

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire