L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La Communauté

Pourquoi Thomas Vinterberg déteste-t-il autant sa famille.

Lorsque l’on pense à Vinterberg c’est Festen qui vient à l’esprit en premier. Plusieurs fois récompensé, le chef-d’oeuvre dogmatique avait pour lui une véritable volonté d’innovation tout en faisant montre d’un classicisme assumé. Une histoire de repas de famille qui vire au règlement de compte (honteusement volé par le fort surestimé Melancholia) en partant sur le terrain du viol et de l’inceste. Famille je vous aime donc. Avec La Communauté le cinéaste danois revient à un sujet qui semble lui tenir à coeur à savoir ce vernis qui s’écaille sur les familles à mesure que le temps passe, que l’on s’intéresse de plus près à leurs histoires. Un sujet visiblement moins maîtrisé sur ce dernier film si l’on en croit les premiers échos critiques (sans surprise tant Vinterberg semble n’être au final qu’un « one shot » du septième art).

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Live by Night

 Pourquoi c’est chouette que Ben Affleck adapte Denis Lehane même si c’est pas ce livre-là qu’on attendait.

Denis Lehane c’est un des auteurs américains qui nous a le plus scotché depuis le milieu des années 90. Juste le mec qui a signé Mystic River et Shutter Island dont les adaptations au cinéma étaient plutôt très réussies. Ben Affleck réalisateur c’est trois films très solides, Argo, The Town et Gone Baby Gone (déjà adapté d’un roman de Lehane). Alors quand Affleck s’attaque au deuxième livre de la trilogie Coughlin du maître du polar c’est forcément excitant et ça donne envie d’aller le voir. Une histoire de gangsters, entre Boston et la Floride, pendant la prohibition. Même sans Lehane derrière c’était tentant. On a toujours un peu peur des adaptations de livres qu’on adore, mais clairement celui-là semble à voir. Le seul bémol, c’est que de la trilogie Coughlin ce n’était pas cette adaptation que les lecteurs attendaient le plus. Un pays à l’aube, le premier volet est une oeuvre magistrale dont nous rêvons tous d’une bonne adaptation par un réalisateur qui aura les tripes de se lancer dans cet énorme projet. Il va falloir attendre encore un peu alors on va patienter avec Live by Night.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Un Sac de Billes

Pourquoi Patrick Bruel semble avoir un problème avec « la Seconde Guerre Mondiale » et ses conséquences.

Tout le monde en France connait Patrick Bruel, tout le monde. Cependant sa présence dans les médias semble inversement proportionnelle à sa cote de sympathie. Enfin, ce n’est pas vraiment son côté sympathique qui est remis en cause (monsieur est un bon client et ne fait que très rarement la gueule sur les plateaux télés) mais plutôt son talent. Chanteur de variété au sens pas vraiment noble du terme, joueur de poker médiocre (pour un professionnel s’entend) et surtout, acteur qui joue le plus souvent son propre rôle dans des films qui ne méritent rarement mieux qu’une sortie direct-to-dvd. Concept qui n’existe pas vraiment en France mais qui serait bien pratique pour pouvoir filtrer la qualité de certaines oeuvres, soit dit en passant. Sa filmographie rejoint très souvent son engagement politique, officiel et donc connu de tous, en faveur d’Israël et d’une certaine forme de devoir de mémoire concernant les exactions nazies envers les juifs au cours de la seconde Guerre Mondiale. Et c’est là que ça devient chiant. C’est bon Patrick, on a compris. Que tu sois traumatisé par ce qui est arrivé à des personnes de la même religion que toi (voire même à ta famille) c’est tout à fait normal et personne n’oserait remettre cela en cause. Maintenant, ce qui est très emmerdant c’est que cela se matérialise par des choix de films merdiques au thème redondant et qui laissent à penser que plutôt que la qualité d’un film lui-même c’est à son sujet que tu dis oui. Si l’on ne savait pas à quel point tu es engagé POUR les interventions militaires d’Israël on pourrait croire à une belle volonté de ta part mais lorsque l’on t’entend parler on ne peut s’empêcher de penser à une forme de prosélytisme un peu écoeurante, redondante et donc en totale inadéquation avec ce que l’on se fait comme idée de l’Art. L’Art ça doit servir à ouvrir l’esprit, pas à l’orienter. Sans compter que le livre Un Sac de Billes on a déjà du se le taper au collège pour certains d’entre nous et que par conséquent on a pas besoin de voir ça sur grand écran. Sérieusement, fais comme d’hab, sort un téléfilm tout pourri qu’on regardera pas, pas la peine de mobiliser une équipe de tournage professionnelle.

Et en plus Christian Clavier joue dedans…

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

xXx : Reactivated

Pourquoi plusieurs d’entre nous, selon toute vraisemblance, ne verront jamais un film dans lequel joue Vin Diesel.

On peut répondre à cette question sans vraiment avoir à développer un argumentaire solide et en n’utilisant que des titres de films : xXx (tous ou presque), la saga Fast and Furious, Baby-Sittor, Jugez-moi Coupable…Ah si, Vin Diesel a joué dans Il Faut Sauver le Soldat Ryan donc on l’a déjà vu dans un film. Malheureusement on ne se souvient absolument pas de ce que l’on imagine être un simple passage dans le chef d’oeuvre de Spielberg.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire