L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Free State of Jones –

Pourquoi on croirait ce film tout droit sorti des années 90.

Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas là d’une insulte ni même d’une remarque sarcastique. Non car les films des années 90 auxquels Free State of Jones semble faire échos sont des références dans leur style. On parle tout de même d’oeuvres telles que Braveheart, The Patriot ou encore Robin des Bois, Prince des Voleurs. Ce nouveau long-métrage mettant en scène le désormais ultra bankable Matthew McConaughey fleure bon la violence, la milice civile s’opposant à des lois injustes et l’héroïsme de ceux qui n’ont plus rien à perdre. Un blockbuster, un vrai qui, même s’il s’inspire d’une histoire réelle semble avoir l’originalité que n’ont plus les derniers mastodontes que le Cinéma hollywoodien nous a offerts ces derniers temps.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Victoria –

Pourquoi les films français fortement distribués se sentent obligés de ressembler à des téléfilms.

Non, vraiment, on pose la question, pourquoi ?

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– War Dogs –

Pourquoi toute cette polémique concernant Jonah Hill au Grand Journal est décevante.

Au-delà de la blague tentée par la nouvelle miss météo du Grand Journal (Ornella Fleury), que vous l’ayez trouvée drôle ou non, ce qu’il faut retenir de ce battage médiatique c’est son ridicule absolument improbable. On tape sur le groupe Canal Plus, un peu partout, un peu tout le temps et à présent un peu pour rien. La vanne est franchement pas honteuse et le fait que Jonah Hill ait abandonné sa promo française à cause de cette dernière n’a pas été prouvé. Que Konbini et les Inrocks détestent Bolloré c’est leur droit, tout le monde a ce droit et c’est bien légitime d’en user tant le bon Vincent multiplie les mauvaises décisions de bon gros sac à merde (à l’intérieur comme en dehors du groupe Canal). Cependant, vouloir détruire une personne (Ornella Fleury donc) à qui on ne laisse même pas une semaine pour faire ses preuves c’est un peu facile. Laissons-lui le bénéfice du doute et ayons au moins l’honnêteté intellectuelle de reconnaître qu’il n’est pas facile de se faire une place à la télé, surtout dans une émission qui part en sucette depuis un bon moment maintenant et qui a vu passer de grands talents au même poste.

L’autre déception que l’on peut légitimement avoir concernant cette ridicule polémique c’est l’attitude de Jonah Hill pendant toute l’émission et même après. Jonah Hill tout le monde l’adore et comme Ornella l’a dit dans ses « excuses » de lundi on a tous l’impression que c’est un peu notre pote dans la mesure où on a la chance de l’avoir vu grandir au Cinéma, passant de Superbad au Loup de Wall Street avec une maestria et un naturel désarmants. On a le sentiment d’avoir été à ses côtés lors de ses premières cuites et de connaitre personnellement Michael Cera par la même occasion. On l’a vu grandir et on serait presque fiers de lui, tels des parents lambda devant leur petit garçon qui s’affirme de plus en plus, ne se contentant plus d’être le petit gros/rigolo de service. C’est peut-être d’ailleurs parce qu’il essaie de se détacher de cette image que Jonah Hill n’accepte plus, même avec humour, que l’on fasse la moindre remarque concernant son physique, physique dont il a pourtant beaucoup joué par le passé. C’est sans doute parce que l’on aime ses personnages que l’on a pas su voir l’homme qu’il était réellement depuis toutes ces années.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Where to Invade Next –

Pourquoi Michael Moore revient à point nommé.

Michael Moore c’est le mec qui fout un gros coup de pied dans la fourmilière pour voir ce qui en sort et ce n’est généralement pas très joli. Même si ce dernier use parfois de grosses ficelles et n’est pas du genre à nuancer son propos on ne peut que le remercier de mettre en lumière, au moins aux yeux de ses compatriotes américains, les aberrations du monde qui nous entoure. En ces temps pour le moins troubles en ce qui concerne les Etats-Unis, il ne peut être déplaisant de voir que certains osent un minimum remettre en cause un système trop replié sur lui-même pour voir que d’autres horizons sont possibles.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Laisser un commentaire