L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Born to be Blue

Pourquoi Ethan Hawke vaut mieux que ce que le grand public a l’air de croire.

Ethan Hawke est connu du grand public pour quelques grands succès tels que Le Cercle des Poètes Disparus ou Bienvenue à Gattaca et pas mal de choix de carrière discutables ( Training Day, Assaut et j’en passe ). Pour qui n’a pas l’âme d’un cinéphile, le bel Ethan n’est ni plus ni moins qu’un acteur médiocre dont la filmographie n’a pas réellement de fil conducteur. En revanche, si l’on se penche sur tout ce qu’il a pu faire dans le Cinéma indé’ on se rend compte qu’on a affaire à un mec qui n’a pas peur de faire des choix forts, de disparaître pour quelques temps des circuits de distribution « hollywoodiens » et qui tente, toujours. La trilogie « Before » comme Boyhood ont valeur d’exemple tout en appuyant les qualités d’acteur d’Ethan Hawke. C’est avec ces projets (et tout ce qu’il a également pu faire dans le Théatre) que l’on réalise que monsieur a peut-être parfois simplement voulu cachetonner ou qu’il a pu se faire embobiner par l’idée d’un film qui au final n’aura pas eu le résultat escompté, comme beaucoup malheureusement. Il serait dommage de ne voir en lui que cette personne tout comme il est dommage de ne jamais ne serait-ce que le considérer lorsque l’on évoque les meilleurs acteurs actuels. Une erreur qui sera peut-être réparée avec ce bipic consacré à Chet Baker.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Dalida

Pourquoi la sortie de ce film n’a aucun sens.

Il y a quinze ans, lorsque les derniers fans de Dalida étaient encore de ce monde et avaient un minimum d’audition il aurait été plutôt pertinent de sortir ce genre de film. Mais aujourd’hui, qui en a encore quelque chose à branler du destin, somme toute tragique, d’une chanteuse dont ce que l’on retient est la ringardise, quelques vieux scopitones et des tubes qui n’avaient ce statut que parce que l’industrie musicale avait beaucoup moins à proposer qu’aujourd’hui ? On ne doute pas de l’intérêt relatif de la vie de la personne ni même que les thèmes abordés puissent être intemporels, non, tout ce que l’on se demande c’est pourquoi sortir ça en 2017. La campagne de promo, énorme et visant à nous faire croire qu’il s’agit là d’un mythe au moins aussi important que les Beatles n’y changera rien. Du moins on l’espère. Il ne manquerait plus que ça, un « revival Dalida »…( les cabarets avec spectacles de transformistes ça compte pas, c’est un public de niche ).

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La Grande Muraille

Pourquoi la polémique du « whitewashing » n’est pas toujours pertinente.

Depuis quasiment le début de l’Histoire du Cinéma la pratique du « whitewashing » (pratique qui consiste à donner à des acteurs blancs des rôles de personnages qui ne le sont pas) pose problème. Enfin, elle a de tous temps été de mise mais posait sans doute moins de problèmes quand on y pense. John Wayne en Gengis Khan en est le meilleur exemple. C’est plus récemment, avec Jake Gyllenhall dans Prince of Persia ou Christian Bale en Moïse que la polémique a repris du poil de la bête. Oui, ces exemples sont frappants et l’indignation qu’ils ont pu susciter est juste. Cependant, pour La Grande Muraille le problème est tout autre. On a en effet reproché le fait que le rôle d’un héros combattant des grosses bestioles sur la muraille de Chine soit attribué à Matt Damon. L’indignation ici n’a pourtant pas lieu d’être, le film étant une fiction mettant en scène un espèce de mercenaire qui se bat contre des MONSTRES ! Oui, des putains de monstres, on est pas dans un film historique et on a bien le droit d’embaucher qui on veut pour jouer dans une fiction. Toute cette polémique n’est pas à l’avantage de ceux qui l’alimentent car c’est vers d’autres films, eux tout à fait ridicules dans leurs choix de castings que leur courroux devrait se diriger. Le « whitewashing » peut effectivement être problématique, on ne peut le nier mais voir du racisme partout ne fait rien avancer.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

The Birth of a Nation

Pourquoi est-ce qu’on mélange tout, quitte à en oublier l’oeuvre elle-même.

Polémique au Cinéma, deuxième ! Ici pas question de « whitewashing » (même si ça serait super marrant étant donné le sujet du film en question) mais plutôt d’un mélange des genres toujours un peu dérangeant et sujet à discussions quand on parle d’art, que l’on essaie de ne pas tout mélanger mais que ça s’avère plus compliqué que prévu. The Birth of a Nation ressemble à s’y méprendre à l’une de ses fresques historique et grandiose comme Hollywood sait si bien les faire. Il est ici question du soulèvement du peuple noir aux Etats-Unis par la prisme d’un homme ayant réellement existé. Sujet fort, histoire vraie, mise en scène a priori léchée, tout était là pour que ce long-métrage rafle toutes les récompenses possibles (même si c’est vrai que cette année, avec La la Land tout a l’air plus compliqué à ce niveau). Mais alors pourquoi bouder de toutes les cérémonies officielles The Birth of a Nation ? Pourquoi ne même pas l’évoquer dans la course au Oscars ? Pourquoi la promo semble-t-elle, relativement, anonyme? Pour une raison qui dépasse le Cinéma, tout simplement. Le metteur en scène du film ( Nate Parker, qui en est également le scénariste et acteur principal ) a été, il y a plus de six ans, accusé d’agression sexuelle. La Justice est ce qu’elle est avec ce genre d’affaire mais tout ce que l’on sait c’est qu’il a été acquitté, non-lieu, non-coupable, etc… L’affaire pourrait en rester là mais le problème par-dessus l’autre problème est que la personne l’ayant accusé s’est donnée la mort il y a peu de temps. Plusieurs questions se posent, le débat mérite d’être ouvert mais jusqu’à preuve du contraire on ne sait pas si ce suicide est lié ou non à cette « vieille » affaire (encore une fois il n’est pas question de disculper Nate Parker, on ne fait ici que relater des faits qui sont publics). Quoi qu’il en soit c’est cet enchaînement d’événements totalement glauques qui font qu’un film auquel ont participé plus d’une personne se retrouve plutôt passé sous silence alors que son propos aurait sans doute mérité plus de couverture médiatique. Si Nate Parker est coupable il mérite d’aller en prison et pas de faire des films pour Hollywood. En revanche, le film existe et il semble injuste de faire payer toute une équipe et, par vases communicants, les personnes qui ont réellement vécu cette histoire de liberté, de chaînes brisées… Polémique donc…

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

The Last Face

Pourquoi ça a l’air totalement à chier.

Tranquillement, Sean Penn est en train de faire n’importe quoi avec sa carrière. Ses derniers films en tant qu’acteur auraient du nous donner des indices mais on a rien voulu voir, aveuglés que nous étions par sa carrière, ses engagements, son charisme… Mais là il semble avoir dépassé l’entendement en terme de nullité. Une histoire d’amour sur fond d’engagement humanitaire au Liberia. Un paternalisme visiblement à gerber, des bons sentiments qui ne peuvent pas avoir leur place dans certains contextes. Non merci. Pour vous éclater on vous conseille un pot-pourri de critiques de film par la presse sur Allociné, ça vaut le coup. Mais toi Sean, reviens, refais des bons films, devant ou derrière la caméra. Et si tout le problème vient de là ben re-bois, on s’en fout nous, on t’aimait alcoolique et toxico, t’es pas trop vieux pour ces conneries.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Laisser un commentaire