L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

 

– 20th Century Women –

Pourquoi il faut arrêter de voir le mumblecore comme la propriété exclusive des hispters.

Pour commencer tâchons de définir le mumblecore. On pourrait se contenter de définir ce mouvement comme une branche du Cinéma indépendant américain, pour faire très simple. Cependant, si ce mouvement possède un nom qui lui est propre c’est parce qu’au départ, plutôt que de traiter de problèmes pouvant toucher tout un chacun, émouvoir le plus grand nombre ou s’attribuer les caractéristiques du film de genre en tant que tel, le mumblecore a fait le choix d’aborder des sujets qui ne touchent qu’une certaine partie de la population. Une partie de la population trop peu susceptible d’émouvoir le grand public avec ses problèmes de riches, de connards prétentieux, d’architectes/designers/graphistes/écrivains/bloggers indépendants en recherche de piges et toujours incertaine quant au fait de choisir la personne qui partagera le reste de leur vie. Le mumblecore a pris le parti de s’intéresser à son nombril ou plutôt au nombril de ceux qui l’ont lancé. On parle ici de productions faussement fauchées, de sujets ne parlant généralement qu’aux personnes entre 25 et 35 ans et d’acteurs ayant l’air à moitié amateurs, le plus souvent. Vous connaissez ces films mais n’avez pourtant jamais réalisé qu’ils appartenaient à un courant spécial, défini. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui les thèmes étant la propriété de ces soi-disant hipsters sont devenus universels. Nous sommes à peu près tous des hispters. Davantage touchés par While we’re Young que par la majorité des films grand public. Deal with it. Et preuve s’il en est qu’on cherche à donner des noms à tout et n’importe quoi, le mumblecore se voit petit à petit remplacé par la normcore (ou quand être normal devient une tendance). Ce qui techniquement n’a pas beaucoup de sens.

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– A ceux qui nous ont offensés –

Pourquoi Fassbender fait aujourd’hui partie des plus grands.

Fassbender, malgré ses quelques écarts de route artistiques ( Jonah Hex, Assassin’s Creed, X-Men…) confirme, film après film, qu’il est définitivement à compter parmi les acteurs qui comptent. Pas véritablement un jeune premier, pas non plus totalement installé comme étant une légende ( de ceux dont tout un chacun connaît le nom ) il rentre dans la catégorie des Michael Shannon, Michael Pitt, Adam Driver, ( il y a encore une semaine j’aurais ajouté Mahershala Ali mais maintenant qu’il est oscarisé monsieur a passé un cap ) et tant d’autres dont le nom m’échappe à cet instant précis. De grands comédiens, futurs grands parmi les grands et qui sont d’ores et déjà des têtes d’affiche. Croisons les doigts pour que ce dernier film ne fasse pas partie de la très légère liste des erreurs de ce bon vieux Michael.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Logan –

Pourquoi c’est la dernière chance pour les films issus de l’univers X-Men.

Parce que beaucoup trop de merdes ont jalonné la carrière cinématographique des adaptations de l’univers X-Men, parce que les films concernant Wolverine n’étaient pas du meilleur goût ( allons même jusqu’à considérer le premier comme une énorme bouse ), parce que la bande-annonce de ce Logan tente un peu trop de se prendre au sérieux, de proposer une photo léchée, de la violence graphique et du Johnny Cash en fond, on ne pourra plus pardonner une autre erreur. Quoi qu’il en soit, ce spin-off devrait être le dernier mettant en scène Hugh Jackman dans le rôle qui en a fait une star. L’occasion de partir sur une bonne note, pour tout le monde. Avant un reboot, soyez-en certains…

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Patients –

Pourquoi Grand Corps Malade n’a pas l’air de s’être trop fait chier sur ce coup-là.

Alors ok, Patients reçu a de très bonnes critiques, dans l’ensemble, le sujet a l’air bien abordé, puissant, traité avec humour mais quand même, ça fait un peu flemmard de la part de Grand Corps Malade de commencer par un truc totalement auto-biographique. Bon, on lui accordera également le fait que débuter de cette manière est assez commun. Traiter de ce qu’on connait pour se frotter à un nouvel art c’est pas la pire idée du monde tant cela permet de se familiariser avec ce dernier. On attendra malgré tout son prochain long-métrage pour juger de ses qualités de scénariste/metteur en scène…

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

– Trainspotting 2 –

Pourquoi cette suite sent très bon.

Parce que tout le casting du premier opus est de retour. Surtout parce que depuis Trainspotting premier du nom Danny Boyle n’a eu de cesse de progresser en tant qu’auteur, metteur en scène, visionnaire… Boyle n’a plus grand chose à prouver, plus trop d’argent à amasser. S’il s’est montré motivé à l’idée de donner une suite à son chef-d’oeuvre c’est qu’il savait où il allait, pourquoi il le faisait et surtout qu’il avait une idée précise de ce qu’il voulait. On est confiants, les premiers échos sont excellents et la nostalgie jouera également un rôle dans l’appréhension que l’on aura de ce T2. Les suites ne sont que très rarement à la hauteur mais on est ici en droit de s’attendre à un Parrain 2 plutôt qu’à un Ocean’s 12 ( ces exemples n’engagent que celui qui les emploie, un article concernant les suites ratées et réussies arrive très bientôt, juste après visionnage de Trainspotting 2 ).

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Laisser un commentaire