C’était il y a un peu moins de 3 semaines lors du festival Artefacts à Strasbourg. Nous avons eu la chance d’interviewer le grand Wax Tailor juste avant de découvrir son nouveau spectacle.

Wax Tailor

ITMM : Vous accordez énormément d’importance au visuel de vos lives. Comment ce nouveau show a-t-il été créé ? Qu’est ce qui est différent par rapport à l’ancienne tournée ?

Wax Tailor : Alors c’est la construction même qui a changé. Cela est dû à la nature du nouvel album qui se veut plus comme un conte, une histoire. Je voulais absolument travailler autour de ça tout en trouvant un moyen d’y insérer des anciens titres, ce qui n’est pas évident. La différence est dans la mise en scène aussi. Au lieu de travailler sur du décor physique, là j’ai préféré travailler sur du décor projeté avec un espace de projection plus vaste. Le tout est un peu pensé comme un décor d’intérieur de chambre pour coller à l’histoire de l’album. Ensuite j’ai voulu découper le live en scènes pour coller à l’idée de récit, et donc l’idée c’est qu’à chaque débuts de scènes on retourne vers la narration. Après, la différence c’est aussi que cette fois  j’ai travaillé avec 20 réalisateurs alors que sur la tournée précédente il n’y en avait qu’un. Musicalement, l’approche est également différente puisque j’ai travaillé avec un guitariste et un bassiste en plus.

ITMM : Le cinéma continue à avoir toujours autant d’influence dans la construction de vos albums ?

WT : Oui toujours. Après c’est un ensemble entre le rapport à l’image et la scénarisation qui pour moi se rejoignent évidemment.


ITMM : Concernant le nouvel album justement, on remarque que vous avez gardé les même featurings que lors de vos précédents opus. Est-ce que maintenant on peut dire que Wax Tailor est devenu un collectif ?

WT : En fait il y a 2 choses. Déjà rien n’est impossible puisque sur cet album il n’y a qu’un seul morceau avec Charlotte Savary ce qui m’a assez étonné moi-même ! Mais peut-être que sur le prochain il y en aura 7 ou peut être qu’il n’y en aura pas. Enfin aucun morceau avec Charlotte ca m’étonnerait mais tout est possible.

Et puis après c’est à l’envie c’est un peu comme un réalisateur qui a ses acteurs fétiches avec qui il aime bien renouveler des expériences. Je pense que tu travailles différemment quand tu as des vraies relations d’amitié avec les gens. Après il y a aussi des envies spontanées avec des personnes qui apparaissent sur chaque album et dont je sais quasiment à coup sûr qu’ils ne seront pas sur le prochain. Pas parce que ça s’est mal passé mais parce que cette collaboration correspondait à un moment précis. Après je dis ça mais on est pas l’abri ça peut très bien se refaire

ITMM : Cet été vous êtes programmé sur presque tous les festivals. Comment vous vivez ça ?

WT : Oui d’ailleurs j’étais un peu en réaction face à ça. J’ai envie de dire « ne nous mettez pas tous dans le même panier » dans le sens ou il y a 2 façons de lire le truc.

Si je me mets à la place du spectateur je suis assez d’accord avec cette idée générale qu’on voit un peu toujours les mêmes artistes dans les festivals. Après en tant que principal intéressé je met un petit bémol, qui ne change pas le fond du problème, mais qui veut dire : attention. La différence c’est qu’il y a des gens dans cette liste d’artistes présents dans tous les festivals qui sont des gens en « airplay à tout va ». Ils sont sur toutes les radios, ils sont matraqués dans tous les médias. Alors ca ne veut pas dire que c’est mauvais ce qu’ils font ! Un mec comme Asaf Avidan je n’ai pas de soucis mais voilà, il est partout quoi ! Alors que nous quelque part je me dis on n’a aucun réseau radio à part Nova et France Inter qui nous jouent un peu avec les radios indé. Du coup je suis au contraire super fier d’être sur autant de festivals dans le sens où je sais ce que ça veut dire. Si on est là c’est qu’on a fait nos preuves sur la route et puis du coup on va pas se plaindre, c’est cool.

ITMM : Petite question rituelle. On est In The Morning Mag qu’est ce que vous faites in the morning ?

WT : Je check mes mails en premier puis café/informations histoire de voir ce qu’il se passe dans le monde.

Propos recueillis par Renan Gervais & Thibaut Tayo


Laisser un commentaire