A l’occasion de la sortie de leur premier album « Stendhal Syndrome », nous avons rencontré le duo electro parisien Synapson. Nous avons pris le temps de parler de leur premier opus et de leurs projets. Retour sur cet entretien.

ITMM : Parlez-nous de « Syndrome de Stendhal ». Quel est votre sentiment par rapport à la réalisation et la sortie de ce premier album ?

Beaucoup d’ émotions. La concrétisation de 4 ans de travail. Une certaine appréhension quant à la réaction des auditeurs par rapport à notre album. On espère qu’ il plaira au plus grand nombre.

ITMM :« Stendhal Syndrome » ça claque comme nom d’album. Qui est à l’origine de cette idée ? Peut-on justement dire que votre musique est psychosomatique ?

En général l’ ensemble de nos titres sont validés par les deux membres du groupe, mais les propositions viennent de Paul. Concernant le coté psychosomatique de notre musique c’ est à vous de nous le dire…

ITMM : Dans ses romans, Stendhal campe essentiellement des jeunes gens aux aspirations romantiques de vitalité, de force de sentiment et de rêve de gloire.  Est-ce qu’on peut faire le parallèle avec votre musique ?

C ‘est ce que l’ on espère faire ressentir aux personnes qui écouteront l’ album. Ce titre d’ album peut paraître prétentieux, mais il faut savoir qu’ il a été choisi car il correspond à ce que nous avons ressenti en le faisant :

– La force de notre duo, qui nous a permis d’ en arriver où nous en sommes.
– Le sentiment d’ avoir produit une musique qui nous correspond.
– Quant au rêve de gloire, il est présent dans la tête de beaucoup d’ «artistes »  y compris dans les nôtres.

Mais notre but premier est avant tout de faire partager notre musique et qu’ elle provoque ce syndrome au plus grand nombre.

ITMM : Vous êtes souvent entre NYC et Paris. Est-ce que cela vous a beaucoup influencé en terme de composition et de vision musicale ?

On est surtout parti à NYC pour tourner nos clips avec Paradoxal Inc. On a eu la chance de bosser avec Antoine Manceaux et Louis de Caunes. On a aussi eu la chance de jouer dans quelques clubs, le Lavo et Le Bain (été d’amour).  C’est vrai que c’est une ville assez folle qui inspire tous les jeunes de notre âge, mais je ne pense pas que cela a influencé nos compositions. On est influencés par les musiques du monde entier. Avec le net, il n’y a plus besoin de prendre de billets d’avion pour écouter les différents tendances à travers le monde.

ITMM : Depuis vos débuts, vous êtes assez pointus sur la cohérence qu’il existe entre votre musique et l’image que vous y posez dessus. Quel est votre sentiment par rapport à ça ?

On a toujours essayé de proposer de la qualité. Depuis le début, on s’est forcé à bien mastériser nos sons et remix alors qu’on était plus qu’indé. Ensuite, concernant notre présentation lors des soirées, on s’est naturellement orienté vers un style smart pour souligner une fois de plus cet esprit « qualitatif » et respectueux du public.

ITMM : J’ai remarqué que comme chez les Pink Floyd vous avez un véritable fil rouge de création autour de vos visuels.  A qui faites vous appel ? Comment se déroule cette démarche artistique ?

Depuis le début, on a eu la chance de bosser avec Sistart, notre graphiste basé à Montréal qui nous assure à chaque fois de supers visuels. Vu qu’on bosse beaucoup avec les réseaux sociaux c’est super important d’avoir une belle charte graphique. Ça donne envie aux gens de cliquer.

ITMM : On sait que vous étiez les DJ officiels du festival de Cannes en 2012. Le « strass et les paillettes » font-elles parties intégrantes de votre univers?

Heu… Non pas encore du moins. Après le festival c’est vraiment cool car c’est super intéressant. On joue pleins de morceaux différents afin d’habiller au mieux le tapis rouge qui voit défiler les stars du monde entier. Outre les soirées et l’euphorie du festival, ça nous a permis de faire de bonnes rencontres pour Synapson.

ITMM : Beaucoup de médias vous considèrent comme un duo actif de la nouvelle French Touch? Est-ce que ce n’est pas trop dur à assumer ?

Oui c’est vrai. C’est surtout la pression quand on joue à l’étranger. Il faut représenter au mieux le coq. Je sais pas encore si on fait partie intégrante de la French Touch, car pour cela il faut la validation de nos ainés, mais c’est plutôt  flatteur.

ITMM : Est-ce que vous avez prévu de faire une tournée française ?

On est en pour-parler avec nos bookers (Savoir Faire), mais sans parler encore de tournée les dates vont se multiplier : stay tuned on www.synapson.fr !

ITMM : Avez-vous plus de potes depuis que vous faites de la musique ? de conquêtes ?

Non, on n’est pas encore Daft Punk. Mais les filles sachez que vous êtes les bienvenues à nos soirées.

ITMM : Vous faites quoi IN THE MORNING ?

Le matin j’allume mon système son et je choisis avec prudence le premier morceau de la journée. Si je suis à la bourre j’écoute France Info sous la douche.

ITMM : Merci à vous !

Propos recueillis par Gali

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’album en écoute :

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Quelques clips de Synapson à regarder :

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pour se procurer le nouvel album de Synapson, « Stendhal Syndrome » en digital c’est : ICI

Vous pouvez suivre l’actu du groupe sur FACEBOOK ou sur www.synapson.fr


Laisser un commentaire