Samedi, JOUR 2, il pleut, il fait froid, mais il en faudrait plus pour nous décourager en ce début de journée. Réveil chez l’ami Loïc qui nous prête gentiment son parquet pour décuver chaque soir de retour de nouba (Merci Loïc, je plaisante, ces lattes de bois sont très confortables).

festival-artefacts-2013

La conférence de Presse de Wax Tailor est programmée pour 14h, on se dépêche donc de rejoindre le Zénith sous une pluie battante. A notre arrivée, on nous annonce qu’aucun journaliste ne s’est pointé, « JC » (Jesus christ ?) nous attend donc dans sa loge pour une interview très privée… Et merde, moi qui comptait comater tranquillement en conf de presse me voilà en 1ere ligne. Heureusement que l’ami Thibaut est là, rôdé à l’exercice, donc OUI, nous avons THE interview (à paraître très prochainement).

Nous ressortons de là tout contents, il pleut toujours autant, le vent en plus, direction la galerie commerciale qui jouxte le zenith pour aller siroter quelques bières en attendant la conf de presse de C2C. 17h, même coup, en fait de conférence, nous aurons droit à une entrevue très sympathique avec DJ Atom et 20syl dans le catering du festival (à suivre). Le temps de rejoindre la salle, la « fanfare en pétard » nous accueille au son tonitruant des cuivres.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 La fanfare en pétard

Fanfare en petard

Jolie performance du sextet strasbourgeois. Saxos, trompette, soubassophone et caisse claire, pas de doute c’est bien une fanfare qui joue au Zenith, mais quelle patate ! Je ne connais rien au groupe hormis les 3 lignes du programme et appréhendait un énième « Tryo la Rue Kétanou Ogres de Barback et tout ce foutoir reggae rock festif et franco français qui me gave complet » mais force est de constater que ça envoie du lourd. Philippe « Gaston » Rieger, le chanteur et saxo alto de la formation balance un flow qui n’a rien à envier aux meilleurs représentants du rap hexagonal. Le groupe a en plus la bonne idée d’être fort sympathique, enchaînant les prises de participation du public. La salle, peu remplie en cette fin d’après-midi, se déhanche, saute sur place, on en redemande, jolie prouesse pour un groupe programmé à cette heure-ci. Pas de doute que ces gars là ne resteront pas longtemps confinés au microcosme strasbourgeois… Affaire à suivre.

                 

La fanfare en pétard – Noir comme l’or

Petit arrêt au stand pour faire le plein de houblon, nous faisons le tour des animations et stands du festival, plutôt pauvres. Coup de cœur cependant pour l’espace « consoles vintage » qui retrace l’histoire des consoles de salon en proposant aux geeks que nous sommes de reprendre en main ces manettes d’un autre temps. Du bon vieux Pac Man, en passant par Pong et la chasse au canard, je me régale. Quelques cartons plus tard on se décide à retourner dans la pénombre enfumée de la salle du zenith pour aller écouter la fin du show de Kery James.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Kery James

keryjames

Artiste engagé, aux textes politiques, le rappeur a un sacré palmarès à son actif et des titres vraiment bien écrits, chocs, mais là impossible d’accrocher. La balance est pourave, on n’entend pas la moitié des mots et tout ce baratin sur les clivages banlieue-reste du monde et blancs-noirs me gonfle au plus haut point. On repart comme on est venus, sans grande conviction.

                 

Kery James – Lettre à la République

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Keny ARKANA

kenyarkana

La soirée se poursuit avec Keny Arkana… Décidément c’est la soirée « victimes », et vas-y que je te taille une fois de plus la France, le monde, la guerre, ces salauds de capitalistes, les tueurs de dauphins et les enculeurs de mouches. Tout ça est bien cliché, « Babylone » en prend plein la gueule, intéressant de voir comme l’utopie fait toujours autant recette. Ce rap militant a son public, la salle est comble, autour de moi les gens connaissent toutes les paroles de ses chansons. Je lui concède cependant une sacrée voix, des textes percutants et une présence scénique incroyable. Keny se donne et enchaîne ses tubes « gens pressés », « vie d’artiste », « j’ai osé »… Je me surprends à bien kiffer. Accompagnée de vrais musiciens sur scène, ça fait toute la différence. Le show est bien construit, la foule en redemande, mais les dernières paroles moralisatrices de la fin sont malheureusement de trop.

               

 Keny Arkana – Gens Pressés
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 Wax Tailor Wax live

Nouvelle halte aux stands, les collègues strasbourgeois nous rejoignent dans la place. J’ai froid, il pleut, j’ai faim… Un sandwich merguez plus tard nous voilà devant la scène pour écouter le nouveau Wax Tailor. Depuis notre entrevue avec l’artiste en début d’aprem nous attendons avec impatience le show afin de pouvoir se faire un avis sur le nouvel album « Dusty Rainbow from the dark » en live. Nous ne serons pas déçus. Fidèle à lui-même, ce ciseleur de sons alterne entre mélodies trip hop et hip hop qui développe… On reconnaît là son style. Au final les collaborations évoluent peu, on retrouve Charlotte Savary, Mattic et le duo ASM, on découvre Aloe Blacc. La scénographie est particulièrement travaillée. Grand fan de cinéma devant l’éternel, Wax tailor a opté pour les projections cinématographiques en arrière plan. C’est beau et feutré, on découvre l’ambiance intimiste d’une chambre à coucher pour ce show pensé comme un conte sonore divisé en petites scénettes. Nouveautés et classiques s’alternent parfaitement, le concert se conclue sur le délicat « Que sera », repris en cœur par la foule, ravie. Pour les amateurs, vous aurez plus que l’occasion de le voir en live cet été, le bonhomme est l’artiste le plus programmé cette année en festival…à bon entendeur

                 

Wax Tailor feat Charlotte Savary – Dusty Rainbow
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

C2C

C2C live

ATTENTION !! Mouvements de foule en perspective, l’heure a sonné où C2C entre en scène. Les Djs préférés du public français, qui ont tout explosé depuis la sortie de leur album Tetra nous reviennent d’une tournée aux states qui a vu leur talent consacré au pays de leur idole : Stevie Wonder ! 20syl et Dj Atom nous ont expliqué plus tôt dans la journée les nouveautés du show, nous avons hâte de voir de quoi il s’agit.

La salle est B.L.I.N.D.E.E, des espèces de gros cons poussent derrière et l’on manque de se faire piétiner dans les 1ers rangs, on sent que la soirée atteint son paroxysme. Le public est de tous les âges, ados pré-pubères et trentenaires, ce groupe réconcilie les générations. Pour ceux qui n’auraient pas vécu en France ces 12 derniers mois, C2C c’est LE groupe bankable du moment (à tort ou à raison), c’est simple on ne peut pas écouter la radio ou regarder la télé sans entendre leurs mix repris à toutes les sauces dans les jingles des émissions. Je peux comprendre que certains conchient cette notoriété soudaine, cependant c’est largement mérité, leur show est une vraie tuerie. Précipitez vous pour les voir en live si ce n’est déjà fait, ça vaut vraiment le coup. Le nouveau live est plus chiadé, la dimension scénique est poussée jusqu’à l’extrême pour un groupe de Djs : on ne se contente plus des simples platines, les musiciens entrent en scène : cuivres, joueur de Kora et xylophone, on a droit à la totale. Les différentes plateformes scéniques donnent une vraie dynamique à l’ensemble. Les graphismes et projetions sont toujours aussi sublimes, on tortille du cul comme à l’accoutumée dès les premières mesures. On finira tout de même le concert du haut des gradins, on commence à se faire vieux pour la fosse… Quelle cohue ! Un grand live, à voir et revoir.

C2C – Down the road

 Après cet épuisant épisode l’énergie a quitté nos corps. On se fait violence pour rester écouter le dernier concert de la soirée : DJ Kentaro.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Dj Kentaro Dj kentaro

Le bonhomme en a dans les dix doigts. Une caméra le filme de face, retransmise sur écran géant. C’est là qu’on mesure toute l’étendue de la technique du maître. Ce type est ouf aux platines, nous sommes à des millénaires du « press play » de David Guetta. Ce Dj là ne passe pas son temps les mains en l’air à chasser les mouches pour la simple et bonne raison que celles-ci sont vissées aux platines. Un grand moment de « Dj-ing » !


Dj Kentaro – DMC 2002

Au bout du rouleau on s’échappe avant la fin, histoire de ne pas se taper la marée humaine au sortir du zénith. L’air frais nous fait du bien, un after dans un squat strasbourgeois se profile à l’horizon. On serait vraiment trop cons d’aller se coucher maintenant, ce week-end est à son apogée. A demain pour la suite des aventures d’ITMM à « Flammeküche land »…

Ci-dessous un instantané de cette soirée dans le squat Strasbourgeois. Encore une soirée folle dont on se souviendra longtemps.

Renan

Squat strasbourg

© Wendy petite photographie


Laisser un commentaire