Après un samedi soir d’une intensité rare le réveil dimanche matin est plutôt dur. Mais il faut y aller après tout on ne vient pas tous les jours dans la capitale alsacienne ! C’est donc à grand coup de café et de doliprane que nous prenons le chemin du Zénith pour la clôture du festival.

 festival-artefacts-2013

La Femme ou l’infâme

La-Femme-live

 La tarte flambée à peine digérée (on a évité la choucroute, trop risquée) nous arrivons sur le site au moment où le concert de la Femme commence. Alors vous dire que nous y allons à reculons n’est même pas assez fort mais, professionnalisme oblige, on se force à aller voir si le live de la nouvelle hype de la chanson française est aussi agaçant que l’album. Vous savez cette « nouvelle scène » soit disant révolutionnaire que l’on voit partout en couverture des magazines ? Cette escroquerie qui consiste à prendre les sons cold wave des années 80 à la Daho et dire que c’est nouveau et super « frais » ? Voilà ce que c’est la Femme. Une mode qui plait aux hipsters parisiens parce que Télérama a dit que c’était « in » (à mettre dans le même panier, Lescop, Aline et Granville). Alors en concert ça donne quoi ?

Et bien pas de surprise ! Une attitude scénique plus que pédante, aucun échange avec le public et des enchaînements à la limite du ridicule. Musicalement on a l’impression d’écouter une bande son qui se répète inlassablement toujours sur le même rythme sans la moindre variation et donc sans le moindre intérêt en live. Pourtant on voit bien qu’il y a une batterie, des claviers et une MPC, mais on se demande si tout ce matos est branché. J’aurai bien voulu vous parler du fond mais encore faut-il qu’il y en ait… Des paroles plus creuses les unes que les autres (anti taxi prends le bus…) et sans le moindre lien. Tout ça dans le but de se faire passer pour des poètes incompris… Une véritable escroquerie, je vous l’ai dit. On peut noter cependant que la voix de la chanteuse est plutôt agréable tant que l’on n’écoute pas ce qu’elle raconte. Le dimanche commence mal et ce n’est pas le prochain concert qui va relever le niveau.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Lescop fout nous la paix

Cf : article sur la femme.

La souffrance finie c’est au bar que nous faisons respirer nos oreilles meurtries. Une bière dans la main nous prenons place pour voir Lou Doillon, espérant enfin écouter de la musique.
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Lou Doillon, l’envoûtanteLou Doillon

Quand nous arrivons la scène est déjà montée. 4 demis-cercles servant de lampadaires sont en place donnant un côté intimiste à ce grand Zénith qui peut paraître impersonnel. Basse, batterie, clavier et guitare, on ne s’attendait pas à autant d’instruments pour une artiste qui nous a livré un album plus acoustique qu’électrique. Les musiciens rentrent, suivis par une Lou Doillon légèrement nonchalante mais plutôt classe dans son poncho. Début du concert et immédiatement on se rend compte que les balances ont été bâclées. La basse couvre tout et déclenche un bourdonnement assourdissant dans nos pauvres petits tympans. La voix de Lou (oui je l’appelle par son prénom) est également beaucoup trop forte ce qui est plutôt délicat pour une chanteuse qui mise plus sur la fragilité que sur la puissance de son organe vocal. Pas facile donc de rentrer dans le bain. Heureusement les morceaux sont efficaces et nous rentrons petit à petit dans l’univers Cat Powerisant de l’ancien mannequin. Un répertoire uniquement anglais mais qui ne néglige pas pour autant l’importance des textes et ça fait vraiment plaisir. Les morceaux s’enchainent « Devil or angel » « One day or an other » et on découvre une vraie chanteuse live. Un charme envoûtant notamment grâce aux petits mots qu’elle échange avec le public avec lequel elle crée une intimité presque immédiate. Une reprise également que l’on attendait pas et que je n’avais jamais entendue à la gratte sèche « Should I stay or should I go » des Clash. Mais le moment où les frissons nous sont montés dans le dos, c’est quand elle a chanté son premier single « I.C.U » qui restera pour moi un morceau majeur, d’une sensibilité incroyable. On peut le dire maintenant Lou Doillon est une vraie chanteuse et pas seulement une de ces énièmes actrice-mannequin-fille-à-papa que l’on voit partout (n’est ce pas Mélanie Laurent ?)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Benjamin Biolay poésie et brutalité

 Benjamin-Biolay

Je dois admettre que je suis loin d’être objectif quand commence le concert de Biolay. Son précédent album « La Superbe » m’avait littéralement cloué. Une plume incroyable, des mélanges musicaux novateurs et surtout une violente nostalgie communicatrice. Première fois que je le vois en live et je suis comme un gamin même si son dernier opus ne m’a pas complètement convaincu. Entrée en scène sobre dans le noir et ça commence. Micro sur le pied, une main tremblante s’y accroche, on se demande qui des deux tient l’autre. L’atmosphère est plantée, le concert ne sera pas une ode à la beauté de la vie loin de là et Biolay (oui je l’appelle par son nom) reste fidèle à lui même avec cette mine d’homme grave marqué par la vie. Il mélange habilement les morceaux du nouvel album « Aime mon amour », « Ne regrette rien » et des plus anciens devenus cultes « La superbe », « A l’origine », « Padam », le tout dans une ambiance chargée d’émotion qu’il sait si bien faire passer à son public. Entre les morceaux, il allume clope sur clope et vide deux verres que l’on soupçonne d’être du bon vieux whisky coca. Oui le spleen ne l’a pas quitté et c’est peut être tant mieux puisque c’est dans ce domaine qu’on l’aime. Accompagné de musiciens tous plus brillants les uns que les autres, ce live nous laisse un gout âpre dans la bouche comme si toute sa détresse était passée à travers nous. Concert d’une rare beauté pour un artiste rare comme on aimerait en voir plus souvent.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Woodkid exceptionnel

Woodkid live

C’est au tour de la grosse tête d’affiche de la soirée de se produire. Woodkid c’est le nouveau petit génie made in France qui s’est fait connaître à l’international en tant que clippeur pour des stars comme Drake, Lana Del Rey ou encore Rihanna. Son premier album sorti en mars de cette année a été un véritable raz de marrée. Considéré par tous comme une révolution « The golden age » est l’événement musical le plus excitant depuis de nombreuses années. Nous avons la chance de pouvoir juger ce soir de ce que ça peut donner en live. Pour profiter de l’ensemble de la mise en scène du show nous nous plaçons dans les gradins pile en face de la scène. L’intro se fait annoncer par des grands coups de trombone comme on sonne l’arrivée du roi dans son château. La projection vidéo se lance sur l’immense écran avec les visuels de ces fameuses clés qu’il a tatouées sur ses avants bras, les spots placés en plus sur la scène se dirigent vers nous et tout s’arrête pour laisser place au maître de cérémonie. Casquette, short et tee shirt on ne peut pas dire qu’on s’attendait à ça. La vidéo reprend et laisse place à un visuel d’intérieur de cathédrale qui avance donnant un effet de profondeur incroyable et parfaitement adapté pour ouvrir avec le morceau « The Shore ». Sa voix est d’une profondeur remarquable à chaque fois sur le fil, ce qui ajoute encore dans l’émotion de ses compositions. D’entrée, on se dit qu’on va avoir droit à un spectacle incroyable et c’est peu de le dire. Je manque presque de mots pour expliquer à quel point ce concert est parfait. Tout est absolument en place. De la position des musiciens à l’utilisation de la lumière, tout est fait pour nous faire rentrer de plain-pied dans l’univers cinématographie de Woodkid. La profondeur et la grandiloquence de ses morceaux sont parfaitement adaptés aux projections toutes magnifiques. On passe de la cathédrale à une statue romaine puis à un voyage au dessus de la mer pour atterrir sur un rocher posé au milieu de rien. Malgré toute cette préparation et cette mise en place incroyablement bien synchronisée, il peut quand même jouir d’une liberté de déplacement sur scène et ne s’en prive pas. Il va chercher le public, saute partout, monte sur le dos d’un de ses batteurs et se permet en plus de discuter avec le public. Pour en revenir à la musique en elle même, 3 cuivres, 2 batteries, un clavier et une MPC. Rien de plus et c’est exactement ce qu’il fallait. La profondeur des percussions rythme le spectacle tandis que les cuivres et le piano s’occupent de la mélodie. Tout est en place, pas une seule fausse note. A l’heure où j’écris, je ne suis pas encore remis de ce que j’ai vu. Une beauté pareille est rare et exceptionnelle. Jamais un concert ne m’avait autant ému et retourné les tripes. Woodkid est définitivement le génie que l’on avait annoncé.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Archive sans surprise archive-concert

Passer après une telle expérience, c’est pas de chance. En plus, ces 3 jours de festival nous ont un peu usés et ce Zénith commence légèrement à nous oppresser. On se rend donc péniblement au concert de clôture du festival : Archive.

Au risque de choquer, je n’ai jamais été un énorme fan de ce groupe bien que je reconnaisse volontiers leur talent. Cependant, pour les avoir vus déjà 3 fois je ne m’attendais pas à grand chose de différent et heureusement. Rien de bien neuf sous les étoiles, si ce n’est les morceaux de leur nouvel album qu’ils défendent plutôt bien en envoyant des riffs bien chargés et des montées vocales impressionnantes. Mais bon ça ils le font depuis des années, il est peut être temps d’innover un peu au moins dans le show. Et puis ce n’est pas l’acolyte Renan qui va m’aider à rentrer dedans puisqu’il pique déjà du nez au bout du troisième morceau. Bref, un concert pas désagréable mais loin d’être à la hauteur d’une fin de festival. Nous partons donc avant la fin, comme une grande partie du public.

C’est donc la fin de ces 3 jours en pays alsacien. Bilan : on reviendra l’an prochain avec un immense plaisir. Même si tous les concerts n’étaient pas de niveau égal, on a quand même pris de belles claques et passé un week-end entièrement dédié à la musique et ça, ça n’a pas de prix. Encore un grand merci au festival et en particulier à Anne-Sophie qui nous a accordé les accréditations ainsi qu’a Marc et Matthieu qui se sont occupés de nous pour les différentes interviews. Bravo Strasbourg,  tu as définitivement ta place dans le paysage des festivals français.

 Thibaut Tayo.


Laisser un commentaire